Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2009 4 20 /08 /août /2009 15:51

 


Les Phares

 

Rubens, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,
Oreiller de chair fraîche où l'on ne peut aimer,
Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,
Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer ;



Léonard de Vinci, miroir profond et sombre,
Où des anges charmants, avec un doux souris
Tout chargé de mystère, apparaissent à l'ombre
Des glaciers et des pins qui ferment leur pays ;



Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures,
Et d'un grand crucifix décoré seulement,
Où la prière en pleurs s'exhale des ordures,
Et d'un rayon d'hiver traversé brusquement ;



Michel-Ange, lieu vague où l'on voit des Hercules
Se mêler à des Christs, et se lever tout droits
Des fantômes puissants qui dans les crépuscules
Déchirent leur suaire en étirant leurs doigts ;



Colères de boxeur, impudences de faune,
Toi qui sus ramasser la beauté des goujats,
Grand cœur gonflé d'orgueil, homme débile et jaune,
Puget, mélancolique empereur des forçats ;



Watteau, ce carnaval où bien des cœurs illustres,
Comme des papillons, errent en flamboyant,
Décors frais et légers éclairés par des lustres
Qui versent la folie à ce bal tournoyant ;



Goya, cauchemar plein de choses inconnues,
De fœtus qu'on fait cuire au milieu des sabbats,
De vieilles au miroir et d'enfants toutes nues,
Pour tenter les démons ajustant bien leurs bas ;



Delacroix, lac de sang hanté des mauvais anges,
Ombragé par un bois de sapins toujours verts,
Où, sous un ciel chagrin, des fanfares étranges
Passent, comme un soupir de Weber ;



Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes,
Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces Te Deum,
Sont un écho redit par mille labyrinthes ;
C'est pour les cœurs mortels un divin opium !



C'est un cri répété par mille sentinelles,
Un ordre renvoyé par mille porte-voix ;
C'est un phare allumé sur mille citadelles,
Un appel de chasseurs perdus dans les grands bois !



Car c'est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage
Que nous puissions donner de notre dignité
Que cet ardent sanglot qui roule d'âge en âge
Et vient mourir au bord de votre éternité !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Émotion
commenter cet article

commentaires

Amélie 27/03/2012 21:55

Bonjour, j'ai trouvé votre article très interessant !
Mais j'aimerais savoir quel est le titre du tableau que nous pouvons voir concernant Puget ?
Je vous remercie davance pour votre réponse. Bonne soirée.

Laurent Berthod 27/03/2012 23:08



Merci de l'intérêt que vous avez porté à cet article. J'en donne les droits de reproduction aux enseignants pour leurs cours.


Il s'agit de L'Education d'Achilles par Chiron, huile sur toile, c. 1690, exposée au Musée des Beaux-Arts de Marseille.


Cordialement.



claude choquet 23/08/2009 23:01

c'est très bien cette mise en images somptueuses d'un poème dont j'adore particulièrement la dernière strophe! et puis peut-être que je repiquerai ton montage pour mes première si je "fais" Baudelaire? biz clôd

Annette 21/08/2009 23:39

Un régal des sens, comme toujours chez Baudelaire, alliant cette fois les yeux et les sons .Je crois avoir raté les légumes mais je vais rechercher.

dissertation proposal 21/08/2009 09:50

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!_________________dissertation proposal

Leclercq 20/08/2009 18:39

Magnifique! Rien à dire de plus!

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche