Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 décembre 2010 6 11 /12 /décembre /2010 16:00

 

rapport couverture 

  

En novembre dernier, l’Institut national du cancer a publié une étude intitulée Dynamique d’évolution des taux de mortalité des principaux cancers en France.

 

 

  

Fourvière, Loyasse

 

Cette étude analyse l’évolution des taux de mortalité par cancer de 1983 à 2007 et, pour la période allant de 1995 à 2005, la met en regard de l’évolution du taux d’incidence de cette maladie.

  

 

L’incidence est le nombre de cas nouveaux de cancers enregistrés une année donnée. La mortalité est le nombre de morts par cancer une année donnée. Les taux sont ces deux nombres rapportés à la population.

  

incidence age

 

Le cancer est une maladie dont l’incidence et la mortalité augmentent avec l’âge.

 

 

 

Angola-2005

 

Si l’on veut faire des comparaisons dans le temps, ou entre des pays dont les pyramides des âges sont différentes, il faut opérer une standardisation.

 

 

pyramide.jpg

 

On prend les taux de mortalité et d’incidence constatés dans chaque tranche d’âge de la population et on les applique aux effectifs des classes d’âge d’une population dont la pyramide des âges est choisie arbitrairement.

 

Dans l’étude dont il est question ici, la pyramide des âges retenue est celle de la population mondiale, de façon à pouvoir effectuer des comparaisons internationales (qui ne sont pas abordées dans l’étude mais qui pourraient faire l’objet de développements ultérieurs).

Quelles sont les principales conclusions de cette étude ?

 

Tout d’abord, une excellente nouvelle

La baisse de la mortalité par cancer s'accélère en France.  

 

Taux de mortalité par cancer (moyennes quinquennales)

 

De 1983-87

 à 1993 -97

De 1993-97

 à 2003-07

Au total sur les deux périodes

Hommes

-7 %

-16 %

-22 %

Femmes

-6 %

-8 %

-14 %

  évolution mortalité

 

Pour ce qui concerne les cancers les plus fréquents

 

carotte (5)

 Chez l'homme, les diminutions les plus importantes concernent les cancers liés au tabac et à l’alcool. 

Chez la femme,  la mortalité par cancer du poumon a progressé fortement .

 

substitut

 

Ces évolutions sont liées à l’évolution des comportements.

 

 

 

 

Pour le cancer de la prostate et pour le cancer colorectal, les baisses se sont particulièrement accélérées lors de la dernière décennie.

 

Aachen

 

 

La diminution de la mortalité par cancer du sein s’est amorcée dans la dernière décennie.

 

 

 

Évolution des taux de mortalité et des taux d’incidence.

La mise en regard de l’évolution de l’incidence et de la mortalité est nécessaire pour comprendre la maladie.

La mortalité résulte de l’incidence (occurrence des nouveaux cas) et de la létalité (taux de décès chez les malades).

alcool

 

L’incidence est liée aux facteurs de risque.

 

 

Hôtel Dieu

 

La létalité reflète à la fois la gravité du pronostic et les résultats de sa prise en charge.

 

 

 

dosage2.jpg

 

Plus le dépistage et le diagnostic sont précoces plus le pronostic est favorable.

  

 

Alors que la mortalité a diminué au cours de la décennie 1995-2005 - la seule pour laquelle on dispose des données permettant de mettre en regard mortalité et incidence - l’incidence tous cancers confondus a augmenté chez l’homme comme chez la femme au cours de cette décennie .

 

Selon les cancers on distingue cinq profils d’évolution :

 

 

Profil 1 : l’incidence et la mortalité ont diminué conjointement

DSC05221-copie-2.jpg

 

La baisse de l’incidence des cancers des voies aérodigestives supérieures, de l’œsophage et du poumon chez l’homme peut être reliée à la baisse de la consommation alcoolo-tabagique.

 

histopatho

 

Chez la femme, la baisse de l’incidence du cancer du col de l’utérus serait liée au dépistage et à la détection précoce des lésions précancéreuses.

 

 

Profil 2 : l’incidence a diminué et la mortalité s’est stabilisée

Lymphe-regions-copie-1.jpg

 

C’est le cas de la maladie de Hodgkin chez l’homme pour lequel le taux de mortalité, très bas et en constante diminution, s’est stabilisé au cours des dix dernières années.

 

 

Profil 3 : l’incidence s’est stabilisée et la mortalité a diminué

Les localisations concernées sont le cancer colorectal chez l’homme et le cancer de l’utérus chez la femme

colon.jpg

 

La baisse de la mortalité par cancer colorectal, alors que l’incidence reste stable ou diminue faiblement, serait liée à un diagnostic plus précoce associé à une amélioration de la prise en charge.

 

 

Profil 4 : l’incidence a augmenté et la mortalité s’est stabilisée ou a diminué

Mammographie

 

Les progrès dans le diagnostic précoce et/ou la prise en charge thérapeutique sont les facteurs explicatifs les plus souvent rencontrés dans cette situation. C’est le cas notamment du cancer de la prostate et du cancer du sein.

 

 Ce profil concerne aussi :

- chez l’homme, le cancer du rein, le lymphome malin non hodgkinien, les cancers du système nerveux central, de la thyroïde, des testicules

- chez la femme, le cancer de la thyroïde, le lymphome malin non hodgkinien, les cancers des lèvres-bouche-pharynx, du larynx, de l’œsophage et le cancer du système nerveux central, le mélanome cutané, le myélome multiple, la maladie de Hodgkin

 

Profil 5 : l’incidence et la mortalité ont augmenté.

C’est le cas du cancer du poumon chez la femme et du mélanome cutané chez l’homme.

Ce profil concerne également le myélome multiple chez l’homme.

fumer1

 

La hausse de l’incidence du cancer du poumon chez la femme reflète l’impact de la hausse du tabagisme féminin.

 

parasol.jpg

 

Chez l’homme, la hausse de l’incidence du mélanome cutané est probablement liée à l’impact – différé ‒ d’expositions excessives aux rayonnements UV.

 

 

Conclusions

alcool3Une partie de la baisse de la mortalité par cancer s’explique par la baisse importante de l’incidence de certains cancers au pronostic particulièrement lourd, comme le cancer de l’œsophage, le cancer de l’estomac, les cancers des voies aérodigestives supérieures chez l’homme, grâce aux changements de comportements alcoolo-tabagiques et alimentaires.

  

estree

 

Dans le même temps, des cancers comme le cancer du sein ou le cancer de la prostate sont dépistés plus tôt. Leur nombre augmente donc, mais, traités plus tôt, la mortalité diminue.

 

 

Personnellement, en analysant attentivement les tableaux du rapport, j’observe que pour tous les cancers dont la mortalité est élevée (> 6 pour 100 000) et qui ont vu leur incidence augmenter, l’augmentation est liée soit à l’évolution des comportements soit à la précocité plus grande des diagnostics.

Tous les cancers dont l’incidence a augmenté et dont on ne peut attribuer cette évolution aux comportements ou à la précocité des diagnostics ont des taux de mortalités faibles (< 6 pour 100 000) ou très faible (< 1 pour 100 000).

 

bombe.jpg

 

Pour le profane en médecine que je suis, mais néanmoins habitué à lire les tableaux de chiffres et les graphiques, il n’y a ni épidémie ni explosion des cancers, contrairement à ce dont on essaye de nous persuader par des répétitions incessantes.

 

 

Latour--Le-Tricheur.jpg

 

 

Mesdames et Messieurs les écologistes, répéter mille fois une erreur ou un mensonge n’en fait pas pour autant une vérité.

 

                                                                                                                                         Le tricheur à l'as de carreau

 

Pour en savoir plus

 

Brève présentation de son étude par l'Institut national du cancer lui-même, avec lien vers l'étude : La baisse de la mortalité par cancer s'accélère en France

  

Le tableau récapitulatif des profils :

profils

 

Lire aussi

Écologisme et cancer : mythologie et réalités

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 22:31

 

  

 Iccat 

peche (5)

   

Samedi dernier, les États concernés par la pêche au thon rouge, réunis à Paris, au sein de la Cicta (Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique, Iccat en anglais), ont adopté un quota pour la pêche au thon rouge en Méditerranée.

 

 

Iccat (2)

   

Ils l'ont arrêté à 12 900 tonnes en 2011, contre 13 500 tonnes en 2010, alors que les ONG environnementalistes réclamaient une division par deux de ce quota.

 

 

logoQuelques jours avant l’ouverture de cette conférence, deux chercheurs de l’Institut de la recherche pour le développement (IRD) étaient interviewés dans la deuxième partie de l’émission Question d’époque, de Louise Tourret et Florian Delorme, sur France Culture.

 

Alain Fonteneau, spécialiste des thonidés à l’IRD, y confirme la teneur de l’article que j’avais consacré en avril dernier à cette affaire du thon rouge.

  

époqueVous pouvez écouter et/ou télécharger cette émission tant qu’il en est encore temps. Le sujet de la pêche commence à 22′14″.

 

laurent (2)

     

Au-delà de la petite satisfaction toute personnelle que me procure cette confirmation, les propos tenus par Alain Fonteneau sont passionnants.

 

 

thonsEn résumé, Alain Fonteneau explique que le quota actuel permet au stock de thons rouges de l’Atlantique de se reconstituer de façon satisfaisante.

Je cite : « L’avis des scientifiques est clair, il est que si on maintient le quota de 13 500 tonnes, le stock est en très bonne santé dans les années prochaines. »

 

Et encore : « Aucun risque de surexploitation, aucun risque d’extinction, bien entendu ».

Sans-titre---2.jpg

Enfin : « Aux XVe, XVIe et XVIIe siècles, on a pêché 25 000 à 30 000 tonnes, pendant des siècles et des siècles. Quand les stocks seront remontés à l’objectif de 2022, on pourra pêcher facilement 30 000 tonnes de façon permanente. »

 

 

mammouth.jpg

 

L’an dernier les ONG exigeaient l’arrêt de la pêche. Cette année elles se contentaient de réclamer une réduction de 50 % du quota. Étonnante, la rapidité avec laquelle évolue leur position, non ?

 

 

 

 

Sans titre - 3  

NB La Commission européenne s’était alignée sur la demande des ONG. Bruno Le Maire, au nom de la France, s’appuyant sur les rapports scientifiques, demandait le maintien du quota de l’an dernier.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 01:19

 

 

Sans titre - 1

 

 

Je me souviens d'Hubert Reeves, clone du prophète Philippulus, affirmant que les OGM ne sont pas une question scientifique mais une question morale.

 

 

 

 

Senat--5-.jpg

 

 

Je me souviens d’avoir entendu Bernard Chevassus-au-Louis, alors patron du Muséum d'histoire naturelle, opposer à la démocratie « des associations de défense » et des « conférences de citoyens » prônée par Monsieur Jacques Testart,  la démocratie représentative, celle de l’Assemblée Nationale, du Sénat et du Conseil Économique et Social.

 

 

 

Levi-Strauss

Je me souviens de Claude Lévi-Strauss déclarant dans l’une des nombreuses interviews pour un de ses anniversaires : « Houellebecq ? J’ai dit de l’Islam à peu près la même chose que lui, bien qu’en termes plus choisis. On a le droit de dire ce qu’on pense des religions, on a le droit de les critiquer. Il eût été impensable de mon temps qu’on fasse un procès pour cela. »

 

Kant

 

Je me souviens de Me Thierry Levy, se faisant invectiver par Fogiel, « Oui, allez-vous en, vous n’avez qu’à partir ! » pour avoir dit une chose pourtant bien établie, au moins depuis Emmanuel Kant : « Patrick Henry est un homme, comme tout être humain il a droit à la dignité ». Je me souviens de Maître Thierry Levy se levant et sortant. Je me souviens qu’il était l’invité de Fogiel.

 

 

 

DSC01854.jpg

 

Je me souviens qu'à sa sortie de prison l’ancien président de l’Association pour la recherche sur le cancer a été traqué par les photographes de presse et que cela ressemblait à une chasse à l’homme.

  

 

 

 

Jean Moulin (4)

 Je me souviens de Véronique Nahoum-Grappe débitant que la prise d’otage de sept cents civils innocents dans un théâtre de Moscou ne relevait pas du terrorisme mais de la résistance. Je me souviens que la Résistance s’attaquait à des objectifs militaires, à des autorités d’occupation, mais pas à des populations civiles.

 

 

 

BourdichonJe me souviens avoir entendu Albert Jacquard, dans son grand cycle de dénigrement de l’agriculture, déclarer qu’elle était à la source de la grande misère que représente l’obligation pour l’humanité de travailler pour vivre. Je me souviens m’être demandé ce que Monsieur Jacquard faisait encore derrière un microphone, produit de cette société moderne où l’on se tue au travail, et pourquoi il ne rejoignait pas une tribu de cueilleurs-chasseurs.

  

 

Lyon anticycloneJe me souviens d’avoir entendu Me Roux défendre que José Bové, lors d’une de ses nombreuses exactions, avait agi en état de nécessité, chacun ayant le droit de vivre dans un environnement sain, qu’en détruisant les plants OGM, les faucheurs ont voulu éviter un danger imminent. Je me souviens m’être demandé si Maître Roux aurait accepté de me défendre si j’avais fait sauter la raffinerie de Feyzin, qui répand ses miasmes soufrés dans toute la région lyonnaise.

 

visonJe me souviens de la déclaration de Karl Lagerfeld : « Tout le monde se souvient de l’époque où Brigitte Bardot portait du vison et du léopard. Le vison est une bête très méchante qui déteste les hommes. On mange bien de la viande et on met des chaussures en cuir, je ne vois pas vraiment la différence avec le fait de porter de la fourrure ».

 

 

Ground Zero (2) 

Je me souviens de Jean Baudrillard expliquant que l’attentat du 11 septembre était un acte symbolique. Je me souviens d’avoir pensé que Jean Baudrillard aurait dû demander à chacune des 2797 victimes ce qu’elle pensait de la nature symbolique de cet acte.


 

 

 

 WTC6

 

 WTC4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 WTC20

 

 

 WTC21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  WTC17

 

  WTC19

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

WTC14

 

 

 

 WTC15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 WTC22

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 00:47

 

 

Capturer2 

Dans sa contribution au rapport de l’Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques dont j’ai parlé dans mon article du 29 mai dernier, le groupe animé par les Professeurs Maurice Tubiana, André Aurengo et Paolo Boffetta a abordé cinq questions.

 

 

Caducee

 

Après l’impact sanitaire des pesticides, je résumerai ici la façon dont les auteurs envisagent les deux questions qu’ils abordent ensuite. 

 

 

 

Peut-on se passer des pesticides ?

 

araire en fer

 

 

La nécessité de protéger les cultures de leurs ennemis est aussi ancienne que l’agriculture elle-même.

 

 

 

   

coquelicots (16)En effet, les ennemis des cultures sont très nombreux : champignons, bactéries, virus, arthropodes, nématodes, oiseaux, rongeurs, mollusques, mauvaises herbes, etc. Ils sont susceptibles de diminuer fortement les récoltes et d’en altérer la qualité.

  

 

bio

 

Le rôle des produits de protection est de diminuer l’impact de ces agressions. À ce jour, aucune agriculture développée dans le monde, y compris l’agriculture biologique, n’a réussi à s’en passer.

  

 

 

 

 

pesticides

 

Les produits de protection des cultures, moyen moderne de cette lutte pour la vie, constituent un ensemble très varié de substances chimiques ou d’agents biologiques. On peut les classer selon leurs fonctions (fongicides, insecticides, herbicides…), selon leur nature chimique (substances minérales, organométalliques, organiques…), selon leur mode d’élaboration (extrait végétal, mimétique de substance naturelle, produit de fermentation, chimie de synthèse…) etc.

 

 

Cette extrême diversité de nature et de fonction vide de son sens toute critique globale a priori. Il n’y a pas de corrélation entre l’origine de ces substances, leur toxicité ou leur écotoxicité.

 

pesticides-applicateur.jpgAujourd’hui, une substance n’arrive entre les mains de l’utilisateur que dix à douze années après sa découverte, délai minimum nécessaire à la réalisation d’une longue série d’études concernant l’homme et l’environnement. Ces précautions mettent les consommateurs à l’abri d’intoxications chroniques. Néanmoins la manipulation est l’épandage de ces substances ne sont pas anodins pour l’applicateur.

 

 

riz (2)La population mondiale qu’il faudra nourrir passera de 6,5 milliards d’habitants aujourd’hui à 9,5 milliards avant 2050. Il faudra accroitre encore plus rapidement la production alimentaire, afin de mieux nourrir une fraction importante de l’humanité actuellement sous-alimentée et éviter de mettre en culture trop d’espaces vierges. Cela implique non seulement le maintien de rendements élevés mais leur augmentation sur les terres déjà cultivées.

 

 

moissonneuse-batteuse--27-.jpgOr, sans pesticides les rendements diminuent fortement. En effet les pesticides préservent de chutes de rendements allant de 20 à plus de 50 %. La protection des cultures est déterminante pour rentabiliser les investissements (semences, engrais, machinisme, irrigation, main d’œuvre…) nécessaires pour accroître la productivité.

 

 

 

Quelles seraient les conséquences d’une diminution de 50% de l’utilisation des pesticides en France ?

 

Borloo4.JPG

 

Un des objectifs assignés par le Grenelle de l’Environnement est de diminuer de 50 % l’usage des pesticides dans un délai de dix ans.

 

  

La mise en œuvre d’une directive européenne de 1991 a déjà éliminé bon nombre des 984 substances qui existaient dans l’UE en juillet 1993. Au terme de ce processus la pharmacopée sera réduite à moins de 250 substances fin 2010. C’est donc essentiellement sur ce reliquat que s’appliquerait la diminution de 50 % projetée. Ce genre de politique fragilise la protection et accroît le risque de résistances.

 

blé (12)C'est ce qui s'est passé au Danemark où, au terme d’une politique d’éviction, ce pays, auparavant autosuffisant en blés panifiables, en importe aujourd’hui la quasi-totalité et ne produit plus que des blés fourragers et du maïs destinés à l’alimentation animale, moins exigeants en produits de protection.

 

mais-epi.jpg

 

Les normes de qualité relatives à la présence de mycotoxines (toxines hautement cancérigènes produites par des champignons parasites) dans les produits alimentaires entrent actuellement en vigueur. Elles peuvent affecter les céréales et le maïs bien au-delà de 10 % de la production nationale.

 

 

pommes.jpgL’intensification des travaux mécaniques voire le recours à des sarclages manuels pour remplacer le désherbage chimique, des réfactions à la récolte, une augmentation des pertes au transport, la moindre tenue des produits frais à l’étalage, impacteraient les coûts alimentaires et toucherait d’abord les fruits et légumes, productions fragiles dont les nutritionnistes conseillent au Français, pour leur santé, d’augmenter la consommation.

 

Une surenchère purement nationale conduisant à éliminer un grand nombre de substances ayant satisfait par ailleurs aux normes européennes – les plus sévères au monde – amènera à délocaliser ces productions vers d’autres pays de l’Union ou du monde.

 

img008-Porto.jpgOr, dans tous les pays développés, les enquêtes sur les résidus dans les produits frais montrent des taux de dépassement plus élevés sur les produits importés, très souvent en raison des différences de réglementation d’un pays à l’autre. Le nombre de cas de dépassement devrait donc s’accroître.

 

 

chrysomele.jpgAvec la croissance des échanges intercontinentaux, la pression des organismes nuisibles est en constante évolution. Pour les seuls ravageurs des cultures, quarante-et-une espèces nouvelles ont été introduites sur le territoire français entre janvier 2000 et juin 2005. Cette mondialisation du parasitisme nécessite de maintenir disponible une gamme de produits diversifiés pour faire face à des situations imprévues.

 

 

dollarLa difficulté d’obtenir l’autorisation pour de nouveaux produits de protection des plantes et les coûts de la recherche ont beaucoup ralenti la création de nouveaux moyens ces dernières années. En 2000, les industriels estimaient qu’amener sur le marché une seule substance active coûtait aux alentours de 184 millions de dollars US et signalaient le net ralentissement de l’innovation depuis cinq ans.

 

 

Pour en savoir plus

Le rapport parlementaire

 

Lire aussi

Pesticides, un remarquable rapport parlementaire

et

Pesticides, le chiffre du jour qui ne veut rien dire !

Pesticides, le chiffre du jour : 9000 !

Pesticides : une bonne nouvelle qu’on n’a pas entendue à la télé

Non, les produits alimentaires conventionnels ne sont pas « bourrés » de pesticides

Pesticides, le chiffre du jour 

Le médiatique Professeur Belpomme, lanceur de fausses alertes 

 

Van Gogh,2 champ de blé avec vol de corbeau, Amsterdam

 

 

 

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 00:20

Mise à jour du 4 avril 2012

Un commentateur, dont je persiste à contester les raisonnements erronés, a néanmoins communiqué des tables de valeurs nuritionnelles, d'où il ressort que celle sur laquelle je m'étais appuyé pour rédiger le présent article, contenait une erreur, la valeur calorique du pain (erreur corrigée depuis lors dans la table en ligne). La nouvelle valeur du pain blanc, après correction, rejoint celle de la baguette de pain, laquelle est quasiment identique dans la table que j'avais utilisée et dans celle communiquée par le commentateur. Par ailleurs la table des valeurs nutritionnelles de la viande de boeuf est quasiment identique dans les deux tables. Enfin, dans les tables communiquées par ce commentateur les valeurs caloriques des différentes côtelettes d'agneau sont inférieures à celle de la table que j'ai utilisée et les apports protidiques légèrement différents. J'ai donc réctifié les différentes valeurs et les ratios en découlant pour les aligner sur celles des tables communiquées par ledit commentateur. Pour les côtelettes d'agneau j'ai retenu celles des côtelettes les plus caloriques (c'est-à-dire mangées avec le gras). Je n'ai pas modifié les valeurs de la viande de porc qui ne figurent pas dans ces tables. Pour que le lecteur puisse se rendre compte des modifications ainsi intervenues, l'ancien texte  a été conservé et a été barré. Les comparaisons entre valeurs nutritionnelles des aliments qui figurent dans l'article sont inchangées, à l'exception du jambon frais est des côtes d'agneau premières, dont l'apport calorique devient largement supérieur à celui de la baguette pour le premier et légèrement pour les secondes. En fin d'article j'ai mis un lien vers chacune des tables signalées par ce lecteur. Merci à lui de m'avoir permis de rectifier une erreur.


 



Staeck.jpg

 

Ces derniers mois on a entendu la doxa écolo-bienpensante fulminer de façon quasi obsessionnelle les pires condamnations à l’encontre de la viande.

 

 

 

Sa production est accusée de contribuer de façon importante à la production de gaz à effet de serre.

 

vacche allaitante (3)

 

Elle est aussi coupable d'obliger à consacrer des surfaces à l'alimentation des animaux, les soustrayant ainsi à la production de céréales  directement consommées par les humains,  ce qui empêcherait de nourrir la population du globe.

 

 

 

bacchus2

 

 

 

Sa consommation est accusée d’être mauvaise pour la santé car facteur de surcharge pondérale et d’obésité.  

 

 

 

 

 

Donner à manger à ceux qui ont faimEn fin de compte cette fable est très morale, puisque le pécheur contre la nature et contre les pauvres est puni par où il a péché.

  

Dans le présent billet je m’attaquerai au mythe de la viande qui fait grossir. Ce n’est pas que les deux autres idées ne soient pas également des mythes, mais j’y reviendrai une autre fois.

 

 FAO
 Le rapport publié en 2009 par la FAO à propos de l'élevag dans le monde est fort intéressant quoique mal rédigé, trop touffu, sujet à de multiples répétitions et donc difficile et ennuyeux à lire. En outre, croyant sans doute se faire ainsi plus facilement accepter, il flatte trop souvent les idées à la mode. En l’occurrence, il ne peut s’empêcher de conforter l’idée que la consommation de viande contribue au développement de l’obésité. Malheureusement pour cette thèse, le rapport ne réussit à mobiliser en sa faveur qu’un seul exemple, celui de la consommation de poitrine d’agneau et de croupions de dindes.

 

 

dinde.jpgAinsi, à la page 46 de ce rapport peut-on lire : « Le Gouvernement de Fidji, préoccupé par la teneur élevée en graisses de la poitrine de mouton et des croupions de dinde et par les répercussions sanitaires de l’importation de ces produits, a décidé d’interdire l’importation de poitrine de mouton et la vente de ces produits (qu’ils soient importés ou produits localement). (…) S’inspirant de l’exemple de Fidji, le Gouvernement des Tonga a interdit l’importation de poitrine de mouton. En 2007, le Gouvernement du Samoa a également imposé une interdiction totale des importations de croupions de dinde pour appuyer des mesures visant à freiner le problème du développement rapide de l’obésité ... »

 

La forte préférence alimentaire pour la poitrine de mouton et les croupions de dinde, très spécifique des habitants des Fidji, des Tonga et des Samoa est certainement dangereuse pour leur santé mais ne peut être considérée comme significative d’un effet malsain d’une consommation normale et équilibrée de produits carnés.

 

sucreSur le plan de l’équilibre nutritionnel des aliments relativement aux problèmes de poids, les deux éléments primordiaux sont l’énergie, d’une part, apportée par les sucres et les graisses, et les protéines, d’autre part, constituants structurels majeurs des tissus des animaux que nous sommes. 

  

 

obésité1

 

Une alimentation saine doit apporter les protéines nécessaires à l’élaboration de nos tissus (muscles, système nerveux, sang, etc.) et l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Si l’alimentation est insuffisamment protéinée on s’expose à des carences de tous ordres. Si elle est suffisamment dotée en protéines mais trop chargée en sucres ou en graisses, elle conduit à une prise de poids inconsidérée pouvant aller jusqu’aux obésités les plus graves. C’est pourquoi le rapport entre l’apport calorique et l’apport protéique d’un aliment est un ratio très important pour les nutritionnistes.

 

 

ble--13-.jpg

 

Comment se situent les produits carnés en regard des autres grandes catégories d’aliments, comme les produits à base de céréales d’un côté et les fruits et légumes de l’autre.

 

 

Les produits carnés présentent la spécificité d'être relativement pauvres en énergie et concentrés en protéines.

  

Quelques exemples d’apport énergétique

 

pain (3)

Le pain blanc dispense 366 kilocalories pour 100 grammes La baguette dispense 255 kilocalories pour cent grammes alors que les viandes les plus caloriques, côtelettes d’agneau ou jambon frais n’en apportent que 330. en apportent 232 pour les côtes d’agneau filet, 276 pour les côtes d’agneau premières et 330 pour le jambon frais.

 

 

Le bœuf est très peu calorique, le faux filet, morceau moyennement gras, n’apporte que 148 kilocalories pour 100 grammes.

 

baconParmi les produits carnés il y a certaines charcuteries qui sont plus caloriques que le pain : le lard, avec 670 kilocalories pour 100 grammes, a l’apport calorique le plus élevé des produits carnés. Mais le bacon est moins calorique que le pain : 191 kilocalories par 100 grammes seulement.

  

 

 

La concentration protéines/énergie des viandes est plus élevée que celle des céréales


Pain blanc : 24 milligrammes de protides par kilocalorie

Baguette de pain : 28 milligrammes de protides par kilocalorie.

 

 

jambon

 
Jambon frais et côtelettes d’agneau : 45

Jambon frais : 45
Côte d'agneau première : 45
Côte d’agneau filet : 76

 

 

fauxfilet2.jpg

 

Faux filet de bœuf : 148

 

 

 

 

  _______________________

 

 

riz

 

Par où l’on voit que, dans l’ensemble les viandes, sont beaucoup moins caloriques que les produits à base de céréales, dont le pain est le prototype, mais dont les pâtes et le riz ne sont pas très éloignés.

 

 

 

radisSi on lit souvent que nos ancêtres cueilleurs-chasseurs trouvaient la satisfaction de leurs besoins en énergie dans la viande, c’est que leur autre source alimentaire était constituée de racines et de fruits qui, à l'exception des fruits secs, apportent peu d'énergie et peu de protéines.

 

lapin de garenne

 

C'est pourquoi les produits d'origine animale enrichissaient en énergie la ration des chasseurs-cueilleurs du paléolithique, qui restait néanmoins très précaire.

 

 

 

blé (15)

 

L'invention de la culture des céréales a été un très grand progrès pour assurer la ration énergétique des hommes du néolithique devenus des agriculteurs.

  

 

 

img023

 

C’est elle qui a permis l’augmentation de la densité de population, l’apparition et le développement des civilisations urbaines qui sont à l’origine de l’entrée de l’humanité dans l’histoire.

  

 

 

 

McDo6.jpg

 

Conclusion, la consommation de viande ne peut être, sauf les cas exceptionnels signalés par la FAO, qui se comptent sur les doigts d’une seule main, responsable du développement de l’obésité dans les populations. Si Mac Do est un facteur d’obésité, ce qui reste à démontrer, c’est certainement dû aux frites, à la mayonnaise, au ketchup et au pain de mie qui accompagnent le steak haché de ses hamburgers !

  

 

 

 

Pour en savoir plus

Rapport 2009 de la FAO

Valeur nutritionnelles des aliments

Valeurs nutritionnelles du pain

Valeurs nutritionnelles de la viande


 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
25 juin 2010 5 25 /06 /juin /2010 00:00

 

 

Bouligneux (3)

 

La Dombes est une terre de vieille culture. Plateau aux sols argileux très imperméables, elle a longtemps porté une agriculture pauvre. Durant mille ans environ la principale richesse de la Dombes a résidé dans l’exploitation piscicole d’étangs littéralement fabriqués avec l’eau du vaste marais qu’elle était.

 

 

etangCette transformation des marécages en étangs remonterait au XIème siècle et est attestée dès le XIIème.  Elle a été entreprise dans le but de fournir aux moines les poissons pour les longues et nombreuses périodes de maigre auxquelles ils étaient astreints. Puis la Dombes a constitué la principale ressource en poissons frais de la population lyonnaise, fort éloignée de la mer. 

  

La superficie des étangs a atteint son apogée au XVIIIème siècle.

 

Lapeyrouse, étang Branton

 

 

Aujourd’hui on y compte presque 1000 étangs représentant une superficie totale d’environ 11 000 hectares, soit 10 % de la surface de la Dombes.

 

 

Le système d’exploitation des étangs est ancien et original. Il fait alterner une période de mise en eau, appelée « évolage », durant laquelle le poisson est récolté chaque année, et une période appelée « assec », en général d’une année, pendant laquelle le terrain est mis en culture.

 

DSC03425Malheureusement, les étangs nourrissent de moins en moins les hommes et de plus en plus les cormorans, dont la pullulation résulte de la trop grande protection qui leur est accordée en Europe du nord, sans compter les hérons et les cygnes qui ne sont pas non plus sans faire de dégâts.

 

 

cigogne.jpg

 

La cigogne, qui colonise actuellement la Dombes, ne présente pas d’inconvénients pour la pisciculture ou l’agriculture.

  

  

 

 

DSC03380

Grâce aux techniques modernes, notamment l’utilisation des engrais, des amendements et des tracteurs puissants, indispensables pour travailler les terres lourdes, la Dombes est devenue au XXème siècle une terre d’agriculture prospère.

 

  

 

perouges

 

Elle est une terre de très ancienne culture, qui a laissé sa marque dans l’architecture, que l’on peut encore admirer dans ses châteaux, ses églises, ses bourgs et ses villages.

 

 

 

 

 

Bouligneux--5-.jpg

 

L’album ci-contre est une promenade parmi les étangs, à toutes les saisons et sous toutes les lumières.

  

 

 

 

Chatillon (2)

 

 

Il nous emmènera à Châtillon-sur-Chalaronne.

  

  

 

 

Sans-titre---7.jpgIl nous fera visiter Pérouges, l’un des plus beaux villages de France. À l’occasion du G7 tenu à Lyon en 1996, Bill Clinton, ayant demandé à voir un village français, y dîna. On lui servit du Bleu de Gex. Par où l’on voit qu’un américain, même protégé par un service de sécurité à nul autre pareil, est disposé à manger du fromage au lait cru, contrairement à la légende tenace qui affirme le contraire du peuple américain !

 

N.D. de Beaumont

 

Nous admirerons les magnifiques fresques du XVème siècle, redécouvertes récemment, qui ornent la chapelle Notre-Dame, sise dans le hameau de Beaumont.

  

 

 

Enfin, nous assisterons à la pêche d'un étang.

 

Bonne promenade !

 

 

perouges (5)

    

 

Sans titre - 3 

 

 

Perouges (3) 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Émotion
commenter cet article
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 01:02

 

DDT (3)

 

En France, on a du mal à imaginer la violence de la guerre idéologique livrée depuis presque cinquante ans autour d’un produit, le DDT.

 

 

 

carte-anopheles.jpg

 

Le champ de bataille est situé pour l’essentiel aux États-Unis et les victimes, surtout des enfants, dans le tiers-monde.

 

Mexico 1939

 

 

Avant la découverte du DDT au début des années 40, plus de trois millions d'hommes mouraient chaque année du paludisme.

 

 

 

DDT soldat

 

 

Au lendemain de la deuxième guerre mondiale le DDT a permis d’épargner des millions de vies humaines.

 

 

  

 

 

corse cote orientale

 En Corse, après la dernière guerre l’armée américaine éradique le paludisme de la plaine orientale grâce à l'épandage de DDT.

En Grèce, autre exemple, un programme commencé en 1946 fit tomber en trois ans le nombre de cas de deux millions à environ cinquante mille.

  

 

Anopheles albimanusEn 1960, un milliard et demi de personnes vivaient dans des zones anciennement impaludées dont le DDT avait éradiqué le fléau. En 1969, l'éradication était chose faite dans trente-six des cent quarante-six pays insalubres. Dans cinquante trois d'entre eux, le programme d'éradication était en pleine expansion, et vingt-sept autres pays se mettaient à la tâche.

 

Silent-spring.jpg

 

En 1962, la romancière américaine Rachel Carson publie le livre intitulé Silent Spring (Printemps silencieux), dans lequel elle accuse à tort le DDT d'être nuisible pour les hommes, les animaux et l'environnement. Les campagnes que lancèrent alors les mouvements écologistes aboutirent à l’interdiction du DDT aux États-Unis et à des prohibitions en cascade. Le bilan de cette interdiction se calcule en millions de morts.

 

 

 

OMS.jpg

 

En 1967, l'OMS modifiait ses objectifs : il n'était plus question d'« éradication », mais « de contrôle de la maladie, là où c'était possible ». Quelque 63 pays, qui avaient engagé d'énormes dépenses, abandonnèrent la lutte.

 

 

Pourtant en 1969 le directeur de l’OMS déclarait encore : « Le produit est tellement sûr que nous n'avons jamais rencontré de syndrome d'empoisonnement chez nos 130 000 épandeurs, ou parmi les 535 millions d'habitants des maisons traitées. Aucune toxicité ne s’est manifestée dans la population animale sauvage des pays participant à la lutte antipaludéenne.

Plasmodium-.jpg

 

L'OMS n'a aucune raison d'abandonner ce produit qui a sauvé des millions de vies humaines, et si on cessait de le fabriquer il y aurait des milliers de morts et des millions de malades. Il a été utile pour au moins 2 milliards de gens sans coûter une seule vie humaine par intoxication. L'arrêt de l'usage du DDT serait un désastre pour la santé mondiale ».

  

 

DDT 3D

 En 1970, l'Académie des Sciences américaine a fait cette déclaration officielle : « L'homme n'a jamais contracté une dette aussi énorme envers un produit chimique que celle qu'il doit au DDT. On estime que le DDT a sauvé 500 millions de vies humaines en un peu plus de deux décennies, vies que la malaria aurait emportées, et d'une manière inévitable ».

 

En dépit des preuves scientifiques de l'innocuité du DDT sur les humains, l'Agence pour la protection de l'environnement américaine interdit le DDT en 1972.

 

Après la suppression du DDT aux États-Unis, les organisations activistes ont mené campagne pour en interdire l'exportation.

  

Anopheles stephensiCette campagne finit par aboutir en 1986 à ce que l’administration Reagan suspende l’aide financière des États-Unis aux programmes de lutte contre la paludisme à tous les pays qui faisaient usage d'insecticides interdits par le gouvernement américain, dont le DDT. Les pays incapables de mettre en œuvre leurs programmes sans l'aide financière des États-Unis furent empêchés de les réaliser.

 

  

Anopheles Gambiae

 

Au début des années 2000, des pays comme l’Afrique du Sud et l’Ouganda passent outre à la réprobation de l’OMS et aux pressions américaines et relancent des programmes de lutte contre le paludisme utilisant le DDT.

 

 

Bush Ground Zero

 

En juin 2005 le président George W. Bush met un terme à la politique restrictive de son pays en lançant la President Malaria Initiative.

 

 

 

Le 15 septembre 2006, l'Organisation mondiale de la santé annonce que le DDT allait à nouveau jouer un rôle important dans son combat contre la malaria et recommande désormais activement la pulvérisation de cet insecticide à l'intérieur des habitations.

 

panint logoBien qu’aujourd’hui le DDT ne soit plus, comme après guerre, épandu en plein air mais sur les murs intérieurs des habitations, il fait toujours l’objet d’une contestation virulente de la part d’organisations écologistes comme le Pesticide Action Network.

 

Sans titre - 4

 

 

Mais le président Barack Obama maintient le cap fixé par son prédécesseur.

 

 

  

 

mortsEn comptant que les restrictions à l’utilisation du DDT pendant vingt ans ont conduit à une moyenne de deux millions de morts annuelles qui auraient pu être évitées et ne l’ont pas été, on voit que Rachel Carson et les écologistes qui ont mené les campagnes contre le DDT ont plus de victimes sur la conscience que bien des criminels contre l’humanité.

 

  

Pour en savoir plus

 

L'interdiction du DDT a tué des millions d'hommes, J. Gordon Edwards, décembre 1993 : version intégrale ou larges extraits

Désinformation, paludisme et DDT, Jean Brissonnet, décembre 2003,

L’OMS préconise la pulvérisation de DDT à l’intérieur des maisons pour lutter contre le paludisme, Jean Brissonnet, août 2009

DDT, paludisme et journée mondiale de la terre, Gil Rivière-Wekstein, juin 2010

 

Lire aussi 

 

Les écologistes n'aiment pas l'humanité

 

Repost 0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 00:34

 

 

Sans-titre---5.jpgJe me souviens que l’imprimeur qui avait embauché à sa sortie de prison Patrick Henri, kidnappeur et assassin d’enfant, avait été interpellé par le journaliste de cette façon : « Avez-vous pensé aux parents de la victime, qui n’auraient sans doute pas souhaité entendre de nouveau parler de Patrick Henri et le voir revenir à la une de l’actualité ? » Je me souviens que ce même journaliste ne s'est pas posé la question à propos de son émission qui mettait Patrick Henri « en une de l'actualité » sur une grande chaîne généraliste. 

 

 

Elephterna (3)

Je me souviens qu’au musée archéologique de Réthymnon il y a une stèle, trouvée à Elephterna, remontant à une époque comprise entre 650 et 400 avant J-C., sur laquelle est gravée une loi réprimant l’excès de boisson. Je me souviens du Prince, dans Le Guépard, qui aurait pu tout aussi bien dire : « Tout change, mais rien ne change » !

 

 

Sans-titre---6.jpgJe me souviens d’un coin de fleuve colonisé par des crocodiles, qui y font de nombreuses victimes. Je me souviens de la scène où les villageois en achèvent un à coups de pioche dans le crâne, scène précédée de l’avertissement qu’elle est difficilement soutenable. Je me souviens que l’on n’a pas cru utile d’émettre le même avertissement lorsqu’on a montré un pauvre gamin gravement estropié par un de ces crocodiles.

 

loup (3)

 

Je me souviens d’avoir vu à la télé des bergers savoyards chialer des ravages que le loup fait dans leurs troupeaux et de ce que leur travail est devenu invivable.

 

 

 

nid de frelons

 

Je me souviens qu’en Bavière cinq promeneurs attaqués par des frelons nichant au bord du chemin ont frôlé la mort. Je me souviens que là-bas le frelon est une espèce protégée et que les nids ne peuvent être déplacés qu'avec l'accord des autorités.

 

 

 

Je me souviens que le crocodile, le loup et le frelon sont des nuisibles qui font partie des espèces protégées.

  

 

MH

 

Je me souviens que Michel Houellebeck a été traîné en correctionnelle pour avoir déclaré à un magazine littéraire « La religion la plus con, c'est quand même l'islam. Quand on lit le Coran, on est effondré… effondré ! » Je me souviens que le tribunal de la République l'a relaxé.

 

 

Granit

 

Je me souviens d’avoir entendu Emmanuel Le Roy Ladurie souligner l’exploit des paysans bretons qui ont réussi à faire une agriculture productive et rentable sur du granit ! Je me souviens qu’il a dit : « Il fallait le faire ! »

 

 

 

maïs, épis

 Je me souviens que lors d’une famine en Zambie, le président Levy Mwanawasa a appelé les pays donateurs à ne plus envoyer à son pays d'aide alimentaire comprenant des OGM. Je me souviens que neuf jours plus tard, des villageois, dans la province la plus touchée par la famine, ont pillé un hangar dans lequel cinq-cents sacs de maïs OGM étaient entreposés.

 

 

Sans-titre---7.jpg

 Je me souviens des bonnes âmes médiatiques unanimes à approuver une belle action de sensibilisation à l’environnement où des enfants, gantés et bottés comme des éboueurs, nettoient une décharge sauvage à Saint-Paul-en-Jarez. Je me souviens des cris d’orfraie poussés par les mêmes bonnes âmes devant le spectacle d’enfants gagnant leur vie dans les décharges du tiers-monde.

 

 

mais-epis.jpg

 

Je me souviens d'un remarquable documentaire, il y a quelques années sur Arte : « OGM et si Bové avait tort ?» Je me souviens que les temps ont changé.

  

 

 

 

À suivre...

 

Épisode précédent : 

Je me souviens (en hommage à Georges Perec et Sami Frey)

 

 

 

randonnée (3)

 

 

   

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 00:00

 

 

On lit un peu partout, sur des sites d’information générale, sur des sites visant plus spécialement l’information des consommateurs, ou encore sur des sites environnementalistes, que la France est en Europe le pays qui utilise la plus grande quantité de pesticides. On dit qu'elle est le premier utilisateur de pesticides.

 

Sans titre - 4

 

C’est le genre de chiffre destiné à faire peur et à laisser entendre que, puisque les autres en utilisent moins que nous, on devrait être capable d’en faire autant.

 

 

 

img014 (2)

 

 

C’est oublier que la France est le premier producteur agricole européen et celui dont la surface agricole est la plus étendue.

 

 

 

Labourage

 

Si l’on rapporte la quantité de pesticides utilisée à l'hectare de terre arable, la France n’occupe plus que la quatrième place dans l’Union européenne.

 

 

labour2

 

 Ah ! Là, un volume à l’hectare, c’est un chiffre qui veut dire quelque chose et qui est utile au discours des anti-écolos comme moi. Que nenni, ma foi !

 

 

 

img089

La consommation de pesticides dépend également de la nature des cultures : les cultures maraîchères, fruitières, horticoles et viticoles, couramment regroupées sous le terme de « cultures spéciales », sont nettement plus dépendantes des pesticides chimiques que les grandes cultures telles que les céréales à paille, le maïs, le colza…

 

 

Ravello--citronniers-enterrases--6-.jpg

 

Les pays de l'Union européenne les plus consommateurs de substances actives à l’hectare de surface cultivée sont les Pays-Bas, la Belgique et l’Italie, pays très orientés vers l'horticulture et le maraîchage et, pour l'Italie, également vers l'arboriculture et la viticulture.

 

 

En outre, le volume de substances actives épandu dépend de la nature des substances utilisées.

 

vigneC’est ainsi qu’en France la vigne, qui représente très peu en surface, participe pour 20 % à la consommation nationale de produits phytosanitaires. La raison essentielle en est l’usage très important de soufre et de cuivre qui sont deux matières actives utilisées à des doses par hectare élevées dans la lutte contre des maladies qui s’attaquent plus spécifiquement à la vigne.

 

 

oliviers, Lefkes

 

Enfin, la vulnérabilité aux ennemis des cultures, et donc l'utilisation de pesticides, est très liée au climat, la chaleur et l’humidité leur étant généralement favorables. En Europe les pays du nord sont froids et ceux du sud sont secs !

 

 

 

Voilà, voilà, voilà… Juste pour dire que les chiffres peuvent être aussi trompeurs qu’une bonne vieille figure de rhétorique savamment concoctée !

 

 

Pour en savoir plus 

Rapport parlementaire "Pesticides et santé", pages 13 à 17 

 

Lire aussi

Pesticides, un remarquable rapport parlementaire

Pesticides, le chiffre du jour : 9000 !

Pesticides, le chiffre du jour 

Non, les produits alimentaires conventionnels ne sont pas « bourrés » de pesticides  

 

 

  

Repost 0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 17:57

 

 

On lit souvent sous la plume des adversaires des OGM, par exemple sur cette page de Greenpeace, qu’en brevetant les OGM les semenciers obligent les agriculteurs à racheter leurs semences chaque année.

Qu’en est-il en droit et qu’en est-il en fait ?

 

En droit

code-

 

En France, les semenciers disposent de deux systèmes de protection selon le type d’innovation : le certificat d’obtention végétale pour les variétés nouvelles et le brevet pour les inventions biotechnologiques.

 

 

roseLes créateurs de nouvelles variétés végétales, les « obtenteurs » , peuvent faire protéger celles-ci. Cette protection est attestée par un titre de propriété appelé certificat d'obtention végétale. Il interdit à quiconque la production et la commercialisation des semences ou des plants de la variété sans l'accord express de son propriétaire.

 

 

cosse (2)Le système de protection des obtentions permet néanmoins d'utiliser des variétés protégées pour l'expérimentation et pour la sélection, afin d'en créer de nouvelles, sans qu'il soit nécessaire d'avoir l'accord du propriétaire. Cette « exception du sélectionneur » a pour but de ne pas freiner le progrès génétique et d’empêcher d'éventuelles situations de monopole.

 

 

cadran solaire

 

La durée de la protection est de 25 ans.

 

 

moissonneuse batteuse (3)

 

Dans certaines limites et sous certaines conditions, les agriculteurs peuvent utiliser leur récolte comme semences dans leurs propres exploitations (semences de ferme).

 

 

Un brevet pour une invention biotechnologique peut être obtenu si cette invention est nouvelle, susceptible d’application industrielle et si elle implique une activité inventive.

 

CalendrierComme pour un certificat d’obtention végétale, les droits exclusifs conférés par un brevet concernent tous les actes liés à la fabrication et à la commercialisation de l’invention biotechnologique. La durée de la protection est de 20 ans.

 

maïs épi

 

La protection conférée à l’invention s’étend aux variétés dans lesquelles elle est insérée, si ces variétés expriment les propriétés de l’invention, telle que la résistance à un ravageur ou à un herbicide, la production de certaines molécules d'intérêt, etc.  

 

 

moissonneuse batteuse (3)

 

Comme pour une variété protégée par un certificat d’obtention végétale, et exactement dans les mêmes conditions, un agriculteur peut utiliser sur son exploitation des semences de ferme de l’OGM qu’il y a cultivée.

 

fleur de colza (3)Comme pour le certificat d’obtention végétale, les droits conférés au titulaire du brevet ne s’étendent pas aux actes accomplis en vue de créer ou de découvrir et de développer d’autres variétés, l’« exception du sélectionneur ». Pour être libre de droits il faut que la nouvelle variété n’exprime pas les propriétés de l’invention brevetée et qu’elle soit suffisamment différente de la variété initiale.

 

Les droits conférés par un certificat d’obtention végétale ou un brevet pour une invention biotechnologique sont donc très comparables, l’étendue de la protection dans le premier est même légèrement supérieure, par la durée d’une part, et par certains détails qui n’ont pas été rapportés ici.

 

En fait

De façon très simplifiée, depuis longtemps, avant même que les OGM existent, on distingue les espèces dont on cultive des variétés hybrides (exemple, le maïs) et celles dont on cultive des lignées pures (exemple, le blé).

maïs épis

 

Dans le premier cas, les pertes de rendement et les inconvénients de toutes sortes que l’on rencontre lorsqu’on ressème une partie de sa récolte sont tels que les agriculteurs achètent leur semence sélectionnée chaque année.

 

 

blé

 

Dans le deuxième cas, les pertes de qualités agronomiques et technologiques apparaissent progressivement à chaque génération utilisée pour semer. Il est possible de ressemer, sans de trop gros dommages, une partie de sa récolte chaque année durant trois ou quatre générations.

 

 

traquinet (2)Cependant, les exigences liées à la traçabilité (qualités technologiques toujours plus stables nécessaires à la régularité des produits de la meunerie-boulangerie ou de l’alimentation animale, responsabilité civile et commerciale, etc.) conduisent le  plus  souvent les coopératives et les négociants à n'acheter aux agriculteurs que des produits de récoltes issues de semences certifiées.

 

Il est donc de plus en plus fréquent que même pour ce type de plantes les agriculteurs rachètent leur semence chaque année.

  

bonimenteur

  

 

Par ou l’on voit que, sur le plan du droit ou des faits, l’affirmation des écolos selon laquelle les OGM obligent les agriculteurs à racheter leurs semences chaque année, n’est qu’un boniment. Un de plus !

 

 

 

 

Pour en savoir plus :

Protection intellectuelle des innovations en Amélioration des plantes en France : certificat d’obtention variétale et brevet, Académie d’Agriculture de France, La lettre de l’Académie N°6 avril 2010 

Les OGM c’est quoi ? 10 idées reçues sur les OGM

 

Lire aussi

Chronique des boniments anti-OGM - L'affaire Percy Schmeiser

Les anti-OGM montrent leur vrai visage  

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans OGM
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche