Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2011 3 22 /06 /juin /2011 00:05

 

Robespierre (2)

 

Texte : Eva Julot 

 

 

hulot

   

Mise en scène : Nicolas Holy

  

La traite

 

Rôle titre : Josy Lavache

 

 

Sans titre

 

Éclairage : Lorenzo della Villa Urbana

  

 

 

  theatre--2-.jpg

 

– Alors les enfants, vous ne voulez pas d’OGM ?

– Nan !

– Des nanomatériaux ?

– Nan !

– Du gaz de schiste ?

– Nan !

– De l'électricité nucléaire ?

– Nan !

– Des centrales thermiques ?

– Nan !

– Une agriculture moderne ?

– Nan !

– De la croissance ?

– Nan !

– Du chômage ?

– Nan !

– De la misère ?

– Nan !

– Bon, ben, euh …

 

  

4 Florence, M. dell'Opera, Pieta, Cantoria, Luca della Robb

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 20:30

 

OMS

 

Dans un bulletin du 15 juin dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recense 3362 cas de contamination par la bactérie Escherichia coli O104:H4, dans 14 pays européens, aux États-Unis et au Canada. Trente sept de ces cas ont été mortels.

 

 

 

hydroponie (2)

 

Samedi dernier, 11 juin, l'origine de la contamination a été confirmée par les autorités allemandes. Il s’agit de graines germées en provenance d'une ferme du nord de l'Allemagne pratiquant l'agriculture biologique .

 

 

concombres

 Je me suis fait attaquer vertement pour avoir prétendu que l’origine de la toxi-infection était due aux concombres bio en provenance d’Espagne. Je n’ai pas vraiment dit ça dans mon précédent article. Je ne tirerai donc aucune gloriole revancharde du fait que, cette fois, il est attesté que le produit incriminé provient d’une ferme bio.

 

 

E. coli (2)

 

En effet, selon Jean Daniel Flaysakier "Ces pousses sont mises (...) à des températures de 37°C. Et pour des bactéries à tropisme digestif, c’est le Club Med ! (...) Il suffit (…) que les pousses aient été légèrement souillées au départ pour que la mise en culture chaude fasse croître de façon exponentielle la quantité de bactéries. C’est cette énorme quantité ingérée, ce qu’on appelle l’inoculum, qui a fait que des adultes jeunes en pleine forme aient pu être malades à ce point."

 

 

thermostat--2-.jpgJe n’ai pas pu vérifier que ces graines sont bien mises dans une atmosphère à 37° pour les aider à germer, mais le Codex alimentarius* confirme qu’en général, les procédés de germination employés pour la production de germes exigent le maintien des graines dans un milieu chaud et humide pour une période de deux à dix jours.

Le facteur de risque principal pour ce produit est donc la température à laquelle on fait germer les graines. C’est pourquoi il faut être d’autant plus vigilant sur les sources possibles de contamination.

 

 

Dans le cas qui nous occupe on ignore, et on ne saura peut-être jamais, d’où vient la contamination qui a touché l’exploitation où les graines étaient mises à germer. Parmi les plus probables, il y a trois possibilités :

  

DSC06533

 

- défaut d’hygiène du personnel

 

 

 

eau--3-.jpg

 

- eau avec laquelle on humidifie les graines pour les faire germer, souillée par le bacille.

   

Soybean (4)

 

 - graines achetées porteuses du bacille.

 

 

 

 

Dans un document du Codex alimentarius* datant de 2003 on lit :

 

Soybeans (4)

Ces dernières années, les graines germées ont vu leur popularité s’accroître considérablement. Elles sont beaucoup appréciées pour leur valeur nutritive. Cependant, le nombre croissant de cas d’intoxication alimentaire associés aux germes crus soulève des inquiétudes chez les organismes de santé publique et les consommateurs quant à l’innocuité de ces produits.

 

Et encore :

Les enquêtes sur les flambées d’infection indiquent que les micro-organismes trouvés sur les germes proviennent généralement des graines.

 

AbreuvoirLa plupart des graines fournies aux producteurs de germes sont produites pour les cultures fourragères et les pâturages et n’ont donc pas fait l’objet des bonnes pratiques agricoles permettant de prévenir la contamination microbienne des graines destinées à la germination, notamment à cause de la mauvaise utilisation d’engrais naturels ou d’eau d’irrigation contaminée.

 

Mais enfin, quand même, en principe, les graines fournies pour faire des germes bio doivent elles-mêmes être des graines bio provenant d’exploitations bio.

 

Cet épisode infectieux a été l’occasion de fantasmes nombreux, multiples et infondés sur Internet. Je ne m’attaquerai qu’à un seul d’entre eux.

  

labo (4)

 

La souche du bacille en cause étant résistante à plusieurs antibiotiques, il ne pouvait donc s’agir, pour les esprits tordus, que de bactéries modifiées génétiquement dans des laboratoires fous et/ou militaires, relâchées volontairement ou accidentellement dans l’environnement. Certains ont été jusqu’à imaginer un complot pour discréditer l’agriculture bio au profit des multinationales comme Monsanto. En réalité la bactérie était effectivement résistante à plusieurs antibiotiques mais parfaitement sensible à beaucoup d’autres, couramment utilisés en médecine.

  

 

Hotel-Dieu---Copie--2-.jpgSi les antibiotiques n’ont pu être utilisés pour combattre la maladie, nous apprend la Société française de microbiologie, c’est tout simplement qu’il est fortement déconseillé de traiter massivement par antibiotiques les sujets atteints sous peine d’aggraver l’état clinique du patient. En effet, la lyse bactérienne observée lors d’un traitement antibiotique entraîne la libération d’endotoxines bactériennes aggravant la symptomatologie.

 

 

 

charolais.jpgPour ce qui est de l’infection par les steaks hachés, actuellement en cours en France, il ne s’agit pas de la même souche d’Escherichia coli. Un article de Jean-Daniel Flaysakier apportera au lecteur intéressé toutes les informations utiles sur les précautions à prendre pour consommer des steaks hachés, dont ont sait depuis fort longtemps qu'il s'agit  de produits à risque.

 

 

 

 

NB1 Personnellement je n'aime pas les pousses de soja et n'en mange quasiment jamais.

 

maïs épis

 

S'agissant de graines, je préfère nettement le pop-corn ! J'aime beaucoup les steaks hachés et comme j'ai le goût du risque, je les mange plutôt saignants !

  

 

 

 

NB2 Les écolos, les OGM, le bio

 

La surface mondiale cultivée certifiée bio est estimée à 37, 5 millions d’hectares fin 2009, selon Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, en hausse de 6% par rapport à 2008.

  

supergicies-GM.JPGEn 2010, 148 millions d’hectares ont été cultivés avec des OGM dans le monde (+10 % par rapport à 2009) ! Depuis quinze ans qu'on cultive des OGM dans le monde, aussi bien pour l'alimentation humaine que pour l'alimentation animale, on n'a pas détecté un seul cas de maladie lié à leur ingestion, encore moins un seul mort, mais les écolos  nous bassinent avec le principe de précaution.

 

morts--2-.jpg

 

Des germes bio font plus de trente morts en quelques semaines. A-t-on entendu les écolos ? Vive le bio, brevet qui met à l'abri de leurs imprécations !

 

 

 

 

* La Commission du Codex Alimentarius a été créée en 1963 par la FAO et l'OMS afin d'élaborer des normes alimentaires, dont les buts sont la protection de la santé des consommateurs, la promotion de pratiques loyales dans le commerce des aliments et la coordination de tous les travaux de normalisation ayant trait aux aliments entrepris par des organisations aussi bien gouvernementales que non gouvernementales.

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Bio
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 00:15

 

 

Sans titre - 1

 

Escherichia coli est une bactérie qui colonise l’intestin de nombreux animaux à sang chaud. La très grande majorité des souches de ce germe sont d'inoffensives commensales des espèces dont elles sont les hôtes, mais quelques unes sont à l’origine de maladies très graves, qui peuvent être mortelles.

 

 

 

DSC06270

 

Hier soir dimanche, la souche virulente d’Escherichia coli responsable d’hémorragies intestinales, transmise par la consommation de concombres originaires d'Espagne, a fait au moins dix morts en Allemagne.

  

 

 

 

Hamburg

 

Le nombre de personnes infectées a augmenté au cours du week-end, avec au moins 467 cas d'infections intestinales pour la seule ville de Hambourg, dont 91 cas, plus graves, de syndrome hémolytique et urémique.

 

 

 

Des cas sont déclarés dans d’autres pays de l’union européenne, dont trois en France.

 

 

serres3

Le système d’alerte mis en place par l’Union européenne, très performant, a permis de remonter aux exploitations agricoles d’où sont originaires les lots de concombres incriminés. Les deux exploitations sous serres en causes, situées en Andalousie, ont été interdites de commercialisation.

 

 

logo

 

Ce qu’en France on a peu entendu dans les media et peu lu dans la presse, c’est que ces deux exploitations produisaient en agriculture biologique.

Hier soir, Le Monde, par exemple, n’en avait toujours pas informé ses lecteurs. Faut-il croire que l'idée que des produits « bio » puissent tuer des consommateurs exerce sur les journalistes un effet de sidération aussi puissant que l'affaire DSK sur l'opinion publique ?

 

 

étal (2)

 

Pour l’instant, les autorités espagnoles défendent la réputation des produits nationaux en arguant que ces concombres ont pu être contaminés en aval des exploitations d’origine, dans la chaîne de transport et de commercialisation, ce qui n'est pas exclu. 

 

 

DSC06243Il est néanmoins bien connu des professionnels qu’en production légumière, plus spécialement pour les légumes qui trainent par terre, comme les cucurbitacées, les épinards ou certaines salades, le risque de contamination par des germes d’origine fécale est accru en agriculture biologique, où seuls les engrais organiques, la merde, quoi, pour parler clair, sont autorisés.

 

En 2005, aux États-Unis, un épisode à Escherichia coli virulentes, transmises par des épinards « bio », a été responsable d’un décès, de vingt-trois cas d’insuffisance rénale et de plus de cent cinquante hospitalisations.

 

Hôpital

D’autres risques sanitaires accrus en production biologique sont bien documentés, notamment la présence de toxines naturelles produites par les champignons parasites insuffisamment éliminés par les méthodes biologiques. Il s’agit notamment des aflatoxines, hautement cancérigènes, fréquemment détectées dans les céréales et les arachides, ou des patulines, dans les pommes et les jus de pommes, responsables pour leur part de lésions congestives graves des poumons, des reins et de la rate ainsi que d'atteintes nerveuses et de paralysies.

 

 

Il ne sera pas question dans cet article des pesticides, sinon pour dire,

 

pesticides--22--copie-1.jpg- d’une part, qu’en agriculture conventionnelle, les résidus sont absolument sans danger pour la santé des consommateurs, compte tenu de la réglementation fixant les doses journalières admissibles (DJA) et du dispositif de contrôle mis en place dans l’Union européenne,

 

- d’autre part, que contrairement à ce qu’on fait croire à l’opinion, l’agriculture biologique fait elle aussi appel à des pesticides qui, pour être naturels*, n’en ont pas moins des inconvénients pour la santé.

  

* Et encore ! La bouillie bordelaise est-elle un produit naturel ?

 

Ma conclusion

Les produits de l'agriculture biologique ne sont peut-être pas plus dangereux que ceux de l'agriculture conventionnelle mais, ce qui est certain, c'est qu'ils ne le sont pas moins.

 

bonimenteur-copie-1

 

Je pense que « les allégations santé » qui consistent à faire croire que les produits « bio » sont plus sains ou ont de meilleures qualités nutritionnelles que les produits issus de l’agriculture conventionnelle est une des plus vastes arnaques à la consommation des temps modernes.

 

 

Lire aussi

Non, l'agriculture biologique ne peut pas nourrir l'humanité 

Non, les produits alimentaires conventionnels ne sont pas « bourrés » de pesticides

Pesticides, le chiffre du jour

Avantages nutritionnels des produits bio ? Bof !

Pesticides : une bonne nouvelle qu’on n’a pas entendue à la télé

Pesticides, le chiffre du jour : 9000 !

Pesticides, un remarquable rapport parlementaire

Pesticides, le chiffre du jour qui ne veut rien dire !

Pesticides, le rapport parlementaire (suite)

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Bio
commenter cet article
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 07:00

 

 

 

Karski (4)

 

Jan Karski est un héros de la résistance que les Polonais opposèrent à la barbarie nazi. Son témoignage sur le ghetto de Varsovie, dans le film Shoah de Claude Lanzmann, reste gravé de façon indélébile dans la mémoire de tous ceux qui l’ont vu.

 

 

 

mon-temoignage--2-.jpg

 

En 1944 il a écrit « Mon témoignage devant le monde Souvenirs 1939-1943 » en vue de sensibiliser l’opinion américaine à la situation et à l'avenir de la Pologne.

 

En France, on connaît très mal l’histoire de la Pologne en général et de cette période en particulier. Le récit de Jan Karski, étayé de nombreuses notes historiques de l’éditeur fort bien faites, est édifiant sur la brutalité impensable exercée par les nazis en Pologne occupée.

 

 

On apprend aussi les grandes lâchetés, ou petites trahisons, comme on voudra, commises par les gouvernements britannique et français envers la Pologne, de la déclaration de guerre jusqu’à Dunkerque.

  

Monsieur Hitler (3)

 

En août 1939, la France exerça toutes les pressions possibles pour que la Pologne retarde la mobilisation générale, car il ne fallait pas « provoquer Monsieur Hitler ».

 

 

 

attaque

Le 29 août l’ambassadeur français demandait encore de retarder la mobilisation générale, que le gouvernement polonais finit par déclarer le 30 août, perdant ainsi vingt-quatre précieuses heures, les Allemands attaquant le 1er septembre.

 

 

Le protocole militaire franco-polonais du 17 mai 1939 stipulait qu’en cas d’attaque allemande contre la Pologne, la France déclencherait une offensive générale contre l’Allemagne à partir du quinzième jour qui suivrait la mobilisation française.

 

La drôle de guerre

Le 7 septembre la France se contenta de lancer une offensive très limitée contre la forêt de la Warndt, qui coûta 196 tués aux Allemands. Le 12 septembre le commandement franco-britannique décida de ne pas engager d’autre offensive, mais s’abstint d’en informer la Pologne. Le début de la drôle de guerre, en somme !

 

 

Molotov--2--copie-1.jpg

On apprend la félonie de l’Armée rouge qui, ayant envahi la Pologne en vertu du pacte secret Ribbentrop-Molotov et qui, rencontrant les soldats polonais du front occidental en déroute, pour les désarmer plus facilement, leur fit croire que les soviétiques étaient entrés en Pologne pour combattre l’Allemagne, et que leurs armes leur seraient rendues très prochainement.

 

  

 

Général Weygand

 

 

En juin 1940, Paul Reynaud, le maréchal Pétain et le général Weygand faisaient pression sur le gouvernement polonais en exil pour que la Pologne soit incluse dans l’armistice, ce qui fut refusé énergiquement par celui-ci.

  

 

 

 

 

 

Churchill (2)

 

Churchill sauva l’honneur de son pays en aidant la « nouvelle armée polonaise », de quatre-vingt quatre mille hommes, reconstituée en France, à embarquer pour l’Angleterre.

  

 

 

 

Wladyslaw Sikorski

 

Lors de la défaite de la Pologne, fin septembre 1939, le président polonais, empêché par son internement en Roumanie d’exercer sa fonction, transmettait ses pouvoirs dans les formes constitutionnelles à l’ancien président du sénat, lequel releva de ses fonctions le gouvernement, également interné, et désigna le général Sikorski comme premier ministre. Un gouvernement en exil fut constitué, qui résida d’abord en France et, après la défaite, en Angleterre.

 

 

En Pologne occupée, sous la houlette du gouvernement en exil, l’État clandestin, progressivement constitué, assurait des fonctions militaires et civiles, aussi bien politiques qu'administratives et judiciaires. Il jouait un rôle important dans la vie et l’organisation de la population polonaise (presse clandestine, code de moralité publique qui déterminait ce qui est acceptable et interdit dans les relations quotidiennes avec l’occupant, sabotages, etc.)  

 

Deux exemples significatifs parmi beaucoup d’autres.

 

Doctor

 

En 1939 les nazis mettaient fin à tout enseignement secondaire et supérieur en Pologne. Le département de l’Éducation de la Résistance parvint à maintenir un enseignement clandestin. En 1942, dans le seul district de Varsovie, 85 000 enfants et jeunes gens avaient bénéficié de cet enseignement. Il va sans dire que les enseignants, les élèves et leurs familles ainsi que les étudiants risquaient ainsi leur vie.

 

 

 

 

diplômeLe baccalauréat et des diplômes universitaires tels que le doctorat étaient attribués clandestinement. Un diplôme du bachot pouvait être rédigé ainsi par le président du jury : « Merci pour votre charmante visite du 29 septembre 1942. J’en ai été très satisfait. Vous m’avez dit des choses si intéressantes. Bravo. » Beaucoup de ces cartons furent validés après la fin de la guerre.

  

 

emprunt russeEn 1941, la situation financière de la Résistance est mauvaise. Elle lance, avec succès, un emprunt auprès de la population. Les bons étaient rédigés dans le style suivant : « Je vous remercie pour le don de X kilogrammes de pain. Je ferai de mon mieux pour vous le restituer dès que possible. » Cet emprunt aurait dû être remboursé à la fin de la guerre mais ce ne fut pas le cas. Pour les communistes qui prirent le pouvoir, il n’était pas question de rembourser une dette contractée au nom des « fascistes » exilés à Londres.  Contrairement à la validation de diplômes, le remboursement d’un emprunt, c’est coûteux ! Une vieille habitude communiste inaugurée en 1918 !

 

 

Van Eyck - Les époux Arnolfini

 

Un exemple de l’ignominie allemande : dans la seconde moitié de 1942, dans les campagnes, les Allemands soumirent les mariages à une autorisation préalable des autorités, laquelle était pratiquement toujours refusée. Lorsque des enfants naissaient de mariages contractés secrètement, ils étaient enlevés à leur famille. 200 000 enfants auraient été ainsi déportés dans le Reich, dont on a perdu toute trace.

 

 

  

 

Jan Karski exerça successivement diverses tâches dans la Résistance. A l’été 1942, celle-ci décida de l’envoyer à Londres, pour rendre compte au gouvernement polonais en exil et aux Alliés de la situation en Pologne et transmettre les messages des quatre partis démocratiques de la coalition gouvernementale à leurs représentations respectives à Londres.

 

ghetto (12)La Résistance lui demanda de rencontrer les représentants des organisations juives de Pologne pour transmettre leurs messages aux destinataires qu’elles désigneraient. C’est ainsi que Jan Karski fut conduit, de fil en aiguille, à visiter clandestinement, par deux fois, le ghetto de Varsovie.

  

 

camp

 

Tout aussi clandestinement il se rendit  au camp d’Izbica Lubelska, qui était l’antichambre du camp d’extermination de Belzek. Dans ces trois occasions Jan Karski risqua sa vie plus que d’habitude.

 

 

 

ghetto (4)

 

Le récit de ce qu’il a vu dans le ghetto de Varsovie et dans le camp d’Izbica Lubelska est poignant comme rarement. 

 

 

 

 

Franklin Roosevelt (5)

 

À Londres il rencontra le général Sikorski, premier ministre polonais, Anthony Eden, ministre des affaires étrangères britannique. À Washington il fut reçu longuement par le président Roosevelt. Dans les deux pays il rencontra les représentants des organisations juives.

 

 

 

ghetto (6)

 

Il fut sans doute le premier à pouvoir témoigner de visu auprès des Alliés de l’extermination des Juifs d’Europe.

  

 

 

Après sa rencontre avec Roosevelt, il espérait revenir au plus vite servir en Pologne.

 

YaltaLe Gouvernement polonais lui enjoignit de sensibiliser l’opinion américaine à la situation de la Pologne et à son sort futur. C’est ainsi qu’il parcourut les États-Unis durant l’année 1943, y donnant d’innombrables conférences, qui rencontrèrent beaucoup de succès, et rédigea Mon témoignage devant le monde en 1944. Ce qui n’empêcha pas Roosevelt et Churchill d’abandonner la Pologne à Staline.

  

 

En juin 1982, l’institut Yad Vashem décerna à Jan Karski le titre de « Juste parmi les nations ».

 

Le récit de Jan Karski dans Mon témoignage devant le monde est tour à tour palpitant, émouvant, poignant. Avec la préface et l’ensemble des notes de l’éditeur, sa lecture donne un assez bon aperçu de l’histoire tragique de la Pologne du début du XXe siècle jusqu’à la prise du pouvoir par les communistes. À lire par tous ceux qui aiment l’histoire ou, tout simplement, la Pologne.

 

Blason Rawicz

 

NB pour les initiés : page 406 de l’édition signalée, Jan Karski dit qu’il rencontre Rawicz, délégué général du gouvernement. Pour protéger les résistants, le plus souvent, le texte de Jan Karski, publié alors que la Pologne est encore occupée, modifie les noms de lieux, les noms de personnes et les pseudonymes, qui sont rétablis dans les notes de l’éditeur. Une de celles-ci indique : « Rawicz » n’a été le pseudonyme d’aucun des délégués en chef successifs du gouvernement en exil. Il s’agit ici de Cyril Ratajski… N’empêche, dans son Témoignage devant le monde, Jan Karski a rencontré un Rawicz !

 

 

 

Pour prolonger cet article :

 

mon témoignage (2)

Jan Karski, Mon témoignage devant le monde Souvenirs 1939-1943, Ed. Robert
Laffont, Coll. Point, 
 janvier 2011

 

 

Une vidéo à la mémoire des martyrs du ghetto de Varsovie (5' 13")

 

  

 

Un aperçu du témoignage de Jan Karski dans Shoah (en anglais, non sous-titré, 11' 30")

Un deuxième aperçu (en anglais, non sous-titré, 9' 55")

 

 

shoah

 

Rien ne vaut l'original :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Émotion
commenter cet article
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 00:24

 

 

Une fois n’est pas coutume. Le présent article, après un bref rappel historique, va, pour l’essentiel, renvoyer à un article qui n’est pas de moi. Je n’ajouterai mon grain de sel qu’en conclusion.

  

Katrina.jpg

 

Il y a bientôt six ans, le 29 août 2005, l’ouragan Katrina atteignait la côte sud des États-Unis.

 

 

 

FEMA - 14976 - Photograph by Jocelyn Augustino taken on 08-Le 31 août, à la suite de la rupture d'une digue, une bonne partie de la Nouvelle-Orléans, construite sous le niveau de la mer, s'est retrouvée submergée, certains secteurs sous six mètres d'eau. La submersion de la ville, avec son cortège de victimes, de destructions et de misères, a duré plusieurs semaines.

  

 

FEMA - 15006 - Photograph by Jocelyn Augustino taken on 08-

 

Pourquoi donc la Nouvelle-Orléans était-elle si mal protégée ? La réponse souvent entendue : parce que l’administration américaine n’avait pas voulu y mettre le prix et n’avait pas renforcé ni entretenu correctement le système de digues qui la protégeait.

 

 

Dans l’article Des digues, des poissons … et des hommes, de l’excellent blog de PapyJako, on entend un autre son de cloche.

  

Pontchartrain.jpg

 

Des travaux jugés nécessaires pour protéger efficacement la ville, en empêchant la montée des eaux de la prendre à revers par le lac Pontchartrain, n’ont pu être menés à bien par l’US Army Corps of Engineers.

 

 

 

DSC05323

 

Le projet dut être abandonné suite à un jugement donnant raison à deux organisations environnementalistes qui avaient saisi la justice d’une demande d’interdiction, au motif que les ouvrages nuiraient à la reproduction de certaines espèces de poissons.

 

 

Tous les détails de cette affaire dans l’article cité de PapyJako, dont je ne puis que recommander la lecture intégrale et passionnante.

 

Bush Oval Office phone call (2)

 

« Katrina, c’est la faute à l’impéritie du Gouvernement. » « Le nuage s’est arrêté à la frontière ! » deux histoires pour nous bourrer le mou qui se ressemblent un peu, non ?

 

 

 

 

Pour en savoir plus :

 

Des digues, des poissons... et des hommes

 

Et aussi l'article de France Info d'août 2010, Katrina cinq ans après le Nouvelle Orléans essaie de trourner la page , selon lequel les travaux en question sont en cours de réalisation. 

 

Lire aussi

« Le nuage s’est arrêté à la frontière » : une accusation calomnieuse

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 00:50

 

 Sans titre - 2 

 

 

Jeudi dernier, au Téléphone sonne, sur France Inter, le sujet de la conversation mondaine était : Questions sur l'état de la terre 2011 : climat, manque d'eau, risques industriels, biodiversité, ressources naturelles mais pas éternelles…

 

  

 

 

 

13 AI

 

 

Et encore : gros plan sur l'état d'une planète en devenir : changement climatique, risques industriels, industrie du nucléaire, biodiversité, ressources non renouvelables, pollution, alternatives économiques et changement de "modèle" de mode de vie.

 

 

 

 

Contrairement aux bonnes émissions, les invités étaient, à certaines nuances près, tous d’accord :

  

modèle

 

 

Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives économiques, revue de science économique dont le niveau scientifique ne dépasse guère celui de la science économique léniniste.

 

  

 

 

 

 

bosch paradis

 

 

Lucien Chabason, conseiller à la direction de l’Institut du développement durable et des relations internationales. Développement durable jusqu’à quand ? Le durable, c’est bien long, surtout vers la fin !

  

 

 

 

 

delacroix

 

Olivier Godard, Directeur de recherche au CNRS, économiste qui, dans sa jeunesse, n’a pas dit que des bêtises sur la gestion des risques mais qui, depuis, a tourné casaque versus « flatter l’opinion ». (Il devait avoir besoin de crédits pour son labo !)

 

  

En somme on s’est congratulé en famille, en se payant même le luxe de modérer quelques opinions écolo-extrémistes des auditeurs.

 

couv

 

Je ne reviendrai pas ici sur toutes les idées reçues et les préjugés, sans compter quelques solides contrevérités, mises en avant pour contribuer à la « prise de conscience » écologique. Chacun pourra s’amuser en écoutant l’émission Du pur jus mode Télérama ! L’aphorisme le plus souvent entendu : « Il faut changer notre mode de vie ». Merci pour la leçon de morale, qu’en tout état de cause personne, à commencer par ceux qui l’assènent, ne suivra !

 

 

Le point que je veux commenter aujourd’hui : les riches donnent le mauvais exemple.

 

À un auditeur qui s’indigne d’un projet de golf de trois cents hectares dans l’Allier, Guillaume Duval répond :

 

Bourdichon l'homme riche

 

« C’est une question centrale, celle des inégalités. Tant que les riches ne seront pas obligés de changer de mode de vie et auront des modes de vie aussi gaspilleurs, avec autant d’argent à dépenser, on évoquait tout à l’heure les hôtels à six cents Euros la nuit ou à onze mille Euros la nuit, on aura beaucoup de mal à limiter nos gaspillages dans l’ensemble, non seulement parce que les riches gaspillent beaucoup mais surtout parce que leur mode de vie sert de modèle à l’ensemble de la planète.

 

 Je ne sais pas pourquoi, mais Gala ou Voici vendent plus qu’Alternative économique et tant que les riches ne changeront pas de modèle ce sera très difficile de demander aux pauvres de se serrer la ceinture sur les émissions et de na pas rêver de vivre comme les riches, d’aller au golf en quatre-quatre à n’importe quelle saison et sous n’importe quelle latitude. »

 

Mes observations, en commençant par les accessoires et en terminant pas l’essentielle.

 

david

 

1° Que Monsieur Duval ne comprenne pas que Gala et Voici vendent plus qu’Alternative économique – que cela soit dit ironiquement ou non – montre sa profonde méconnaissance de l’âme humaine.

 

 

MG2° Les vrais riches, ceux qui se payent des hôtels à onze mille Euros la nuit, ne se rendent pas au golf en quatre-quatre mais en Porsche, en Lamborghini ou en Bentley. Ceux qui s’y rendent en quatre-quatre sont des classes moyennes supérieures. Monsieur Duval est un piètre sociologue.

  

  

murillo.jpg

 

3° Que le rédacteur en chef d’une revue qui se prétend de gauche regrette que le comportement des riches empêche de demander aux pauvres de se serrer la ceinture montre à quel point de déliquescence l’idéologie de gauche est tombée. Plus réactionnaire, c’est difficile à imaginer !

 

 

 

 

  

img026

 4° Monsieur Duval nous assène sans plus réfléchir que les riches donnent le mauvais exemple.

À la fin du quattrocento, lorsque les aristocrates florentins lancèrent la mode  importée de la cour ducale vénitienne  de l’usage de la fourchette dans les repas, que ne furent-ils vilipendés !

  

 

 

florence (2)

 

D’autant plus qu’user de la fourchette, quand on ne l’a pas appris dans l’enfance, est d’une difficulté qui conduit à des maladresses parfois ridicules. On accusa ces florentins d’excentricité, de dépravation et de décadence.

 

 

 

Aujourd’hui, cinq siècles plus tard, si, pour des raisons de sécurité par exemple, on interdisait la fourchette dans les prisons françaises, les belles âmes comme Monsieur Duval, à juste titre d’ailleurs, protesteraient contre une atteinte insupportable aux droits de l’homme et à la dignité des prisonniers.

 

Pascal a dit : « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà. »

En le paraphrasant, on pourrait dire :

« Privilège d'aujourd’hui, droit imprescriptible de demain. » 

Tel est l'un des moteurs du progrès social.

 

Le Nain

 

 

 

 

 Trident neptune

 

 

 

 

 

Lire aussi :

Le Tartuffe ou L'imposteur, une interview d'Yves Cochet

L'écologie en bas de chez vous

Villeurbanne, la ville dont le maire voulait sauver la planète

La nouvelle religion : l'écologisme (billet d'humeur, encore que...)

Les Templiers, modernisateurs méconnus

Culpabilité postmoderne

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 00:00

 

épopée d'Atrahasis

 

Dans l’article L’explosion démographique, une peur vieille comme l’humanité, pour illustrer l'ancienneté de cette peur, je me suis tenu aux seuls éléments strictement nécessaires rencontrés dans l’un des plus vieux mythes connus, le mythe babylonien d’Atrahasis.

Ce mythe raconte à la fois l’origine de l’homme et le déluge. Il présente des similitudes avec le récit de la Genèse par des détails que j’ai passés sous silence.

 

 

Ghiberti création d'Adam

 

 

C’est ainsi que dans l’épopée d’Atrahasis, l’homme fut tiré de l’argile à laquelle on mélangea le sang d’un dieu et la salive d’une déesse. Dans la Genèse, Yahvé modela l’homme avec la glaise du sol et lui souffla dans les narines un souffle de vie.

 

  

 

 

 

Kyo, corbeauC’est ainsi que sept jours après que les pluies du déluge cessèrent, Atrahasis envoya une colombe à la recherche d'une terre émergée. La colombe revint au bateau. Puis il prit une hirondelle et la lâcha ; l'hirondelle revint aussi. Enfin, il envoya un corbeau ; le corbeau, ayant trouvé terre, ne revint pas. Il y avait donc une terre en vue, à laquelle le bateau d’Atrahasis aborda.

 

 

Heraklion tourterelle

 

Bien que l’épisode de la colombe de Noé revenant avec un rameau dans son bec soit formellement l’inverse, il est clair que l’inspiration littéraire de ces deux récits est la même.

  

 

 

 

Il y a quelques jours seulement, bien après la rédaction de mon article, je lisais dans un article* de la revue Commentaire :

 

Michel Ange création d'Adam

 (…) les cosmogénèses babyloniennes expliquent la création de l’humanité par la volonté des dieux d’établir entre eux la paix en se déchargeant sur les hommes des durs labeurs qui furent cause de leur discorde. À l’opposé, la cosmogénèse judéo-chrétienne place un Dieu personnel à l’origine de la création de la personne humaine faite à l’image de son Créateur qui ne la façonna point pour le suppléer dans des travaux ingrats. Le passage de l’Impersonnel au Personnel, du tout indifférencié au particulier bien défini induit une vision du monde contradictoire avec celle du monde babylonien antique.

 

 

Par où l’on voit que la même source d'inspiration littéraire peut illustrer deux visions opposées de la transcendance.

 

* Le catholicisme comme religion politique en France, Jean-Louis Clément, Commentaire, Numéro133/Printemps 2001

  

JoYeUsEs PâQuEs !

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 07:00

 

Dans une interview accordée au site Developpementdurable.com   Yves Cochet, député de Paris, déclare :

 

Sans titre - 1

 

« Je crois par ailleurs à un projet de société plus sobre, dans laquelle il y aurait moins de biens, mais plus de liens, c’est-à-dire moins de surconsommation. L’idée serait alors de partager avec nos frères du Sud. Notre mode de vie est en effet tout à fait inexportable à l’ensemble de la planète.

 

 

 

Sans titre - 2Pour les pays riches, il y a enfin ce que l’on appelle la baisse de l’empreinte écologique, qui est un critère bien plus intéressant pour mesurer la santé d’une population que le PIB. L’empreinte écologique de la France est beaucoup trop forte : comme le disait le président Chirac, il faudrait trois planètes Terre si tout le monde vivait comme un Français !

 

Mozart (2)

  

Il faut donc baisser notre exubérance consumériste, quitte à vivre avec moins de matériel et d’énergie. Car le bonheur n’est pas dans la surconsommation ! Il est dans les relations humaine, l’amour, le sport, les militantismes syndicale, associatif, politique, la méditation, la lecture et Mozart. »

 

 

 

Ecce homo

 

Encore un qui se prend pour Jésus, version soft. L’écolo-bobo n’est pas plus prêt à vendre tous ses biens et à tout quitter pour suivre Yves Cochet que le jeune homme riche pour suivre Jésus.

 

Alors, comme il faut essayer de lui soutirer sa voix à la prochaine élection, on arrondit les angles. En apparence seulement.

 

 

 

 

La Nain Famille de paysans

 

Ça fait longtemps qu’Yves Cochet méprise le peuple et les plus pauvres, qui ne rêvent pas de surconsommation mais simplement de bénéficier du minimum de confort souhaitable sans connaître pour autant des fins de mois difficiles.

 

 

  

 

marine nationale

 

Yves Cochet prend les électeurs pour des imbéciles. Après, il fera semblant de se lamenter de ce que la marine nationale fasse de plus en plus de voix dans l’électorat populaire.

 

 

 

pole emploi

Je propose à Yves Cochet de se rendre dans une agence de pôle emploi expliquer au chômeurs que ce n’est pas en trouvant du boulot mais en militant à Europe-écologie-les-verts qu’ils trouveront le bonheur.

 

 

 

Lunettes (6)

 

Je propose à Yves Cochet d’aller expliquer dans une manif pour les retraites que ce n’est pas en gagnant un peu plus d’argent que les retraités pourront s’acheter des lunettes et des sonotones mais en émettant moins de GES.

  

 

Shanghai Pudong

  

Je propose à Yves Cochet d’aller expliquer aux ouvriers chinois qui ont obtenu de très substantielles augmentations de salaire en faisant grève qu’ils ne devraient pas chercher à rejoindre notre niveau de vie.

 

 

 

missionnaires de la charité (3)

 

Je propose à Yves Cochet d’aller dans une réunion syndicale CGT proposer que les salariés français revendiquent une diminution de salaire pour donner la différence aux pauvres indiens de Mère Teresa, ce qu’il appelle « partager avec nos frères du sud ».

 

 

 

Assemblée nationale

 

Je propose à Yves Cochet de renoncer à la différence entre son revenu et le revenu moyen des intervenants habituels sur ce blog, pour le leur donner. Un parlementaire qui perçoit les indemnités d’un député français, donner des leçons de pauvreté à ses concitoyens, c’est quoi ça ? C’est inqualifiable.

 

 

 

Tartuffe Imposteur

 

 

Monsieur Yves Cochet ne fera jamais tout ça. Il ne fait ces belles déclarations que bien à l’aise face à un auditoire de bobo-nigauds convaincus d’avance. Monsieur Cochet est donc un hypocrite, un Tartuffe.

 

 

 

 

 

NB La rumeur voudrait faire croire que Monsieur Cochet est de gauche…

 

tartuffe

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 21:31

 

 

Galerie

 

Le musée de la civilisation gallo-romaine de Lyon est bâti dans la colline de Fourvière.

  

 

 

 

Le muséeConstitué d’une sorte de longue allée qui serpente sous terre en pente douce, il est très agréable à visiter et son architecture intérieure est plutôt belle et très originale. Les quelques baies vitrées qu’il possède dominent le théâtre romain. Il mérite bien un album.

 

 

Casque-grec-en-bronze-copie-1.jpg

 

 

La période couverte par le musée commence à l’âge du bronze.

 

 

 

 

 

 

Dieu lare

 

 

On y admire beaucoup d’objets à vocation cultuelle, de diverses dimensions, et des ornements funéraires.

 

 

 

 

 

Main, doigts, anneau

 

Beaucoup d’objets de la vie quotidienne aussi, tels qu’amphores, clés, lampes à huiles, verreries, bijoux.

 

 

 

 

Caracalla

 

 

On n’a droit qu’à deux bustes d’empereurs.

 

 

 

 

 

 

Table claudienne

 

Mais la table claudienne reste le témoignage d’un acte politique majeur : le discours que l’empereur Claude prononça en 48 au Sénat pour accorder aux Gaulois de la Gaule dite chevelue, l’éligibilité aux magistratures romaines, notamment au Sénat.

 

 

 

Ce discours fut gravé dans le bronze par les Gaulois pour l’immortaliser et l’afficher dans un lieu hautement symbolique, qui devait être le sanctuaire fédéral.

 

Tacite Annales2

 

La table a été brisée en son milieu et on n’a retrouvé que sa partie inférieure. Nous ne connaissons donc qu’une partie du discours de Claude, d’un style passablement amphigourique. Dans Les Annales, Tacite nous a donné sa version de ce discours, réécrite par lui, d’une limpidité lumineuse. 

 

 

 

 

Mosaïque

 

De nombreuses mosaïques admirables et des motifs décoratifs en bas reliefs.

 

 

 

 

Trésor de Vaise L'Abondance

 

 

Et puis le fameux trésor de Vaise, découvert en 1992 à l’occasion de fouilles archéologiques préventives, qui comporte un nombre impressionnant d’objets en métaux précieux, presque tous en argent.

 

 

 

 

 

 

Voir l'album.

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Émotion
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 06:00

 

 

tsunami8

 

J’ai commencé la rédaction de cet article un peu avant le tremblement de terre au Japon, le tsunami et l’accident nucléaire de Fukushima.

 

 

 

tcehrnobyl nuage2

 

Je me demandais alors si l’actualité ne commandait pas de traiter un sujet moins vieilli que Tchernobyl et son fameux « nuage arrêté à la frontière ».

 

 

tele

 

Par exemple, pourquoi Tchernobyl plutôt que le prétendu documentaire, charlatanesque, de Marie-Monique Robin, intitulé Notre poison quotidien, qui sera diffusé ce 15 mars sur Arte ? Ce machin chimiocondriaque accuse – une fois de plus, c’est tellement facile – l’alimentation d’être à l’origine d’une prétendue et inexistante épidémie de cancers. Pseudo-documentaire dont une campagne de promotion magistralement conduite m’a amené à ne pas trouver l’ombre d’un cheveu d’une critique dans les articles de presse annonçant sa diffusion.

 

 

mmr10 (2)

 

 

Un charlatan qui veut nous faire croire que les cancers sont causés par notre alimentation, alors qu’elle-même, selon son propre aveu, fume comme un pompier depuis trente ans.

 

 

 

Fukushima4

 

Une fois connu l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima, je me suis demandé s’il était bien décent de maintenir mon sujet, dont l’actualité était pourtant soudainement redevenu brûlante...

 

 

tsunami-enfant2.jpg

 

... compte tenu des souffrances et des angoisses encourues par le peuple japonais, manifestant une fois de plus un stoïcisme qui force l’admiration.

 

 

 

Tout bien réfléchi, j’ai répondu : oui.

 

Fukushima2

 

Dans les jours, semaines et mois qui viennent, nous allons être abreuvés d’interprétations sur cet accident, alors, autant savoir sur qui nous pouvons compter pour nous conter mensonges et calomnies ou pour nous dire la vérité.

 

 

L’accident catastrophique de Tchernobyl a eu lieu le 26 avril 1986.

 

pierre pellerin 1986 (6)

Le 29 avril, le Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI), dirigé par le professeur Pierre Pellerin, communiquait à l’Agence France Presse la composition du nuage, qu’il connaissait grâce aux moyens mis en œuvre à sa diligence. Le 30 avril, lorsque le nuage arrivait aux frontières de la France, le SCPRI adressait un communiqué aux agences de presse. Le vendredi 2 mai, lendemain du 1er mai, jour le plus universellement chômé en France, ces informations étaient reprises par la presse.

 

 

Sans titre - 5

 

Ce jour-là Libération titrait : « La longue dérive européenne d'une nuée radioactive ». Dans l’article on lisait : « Pierre Pellerin, le directeur du service central de protection contre les radiations ionisantes (SCPRI), a annoncé hier que l'augmentation de radioactivité était enregistrée sur l'ensemble du territoire, sans aucun danger pour la santé. »

 

 

Bien que le SCPRI ait informé l’opinion du « passage du nuage sur l’ensemble du territoire », le 6 mai 1986, un communiqué incohérent et contradictoire du ministère de l’Agriculture déclarait : « Le territoire français, en raison  de son éloignement a été totalement épargné par les retombées de radionucléides consécutives à l’accident de la centrale de Tchernobyl  » ; affirmation fausse, immédiatement suivie d’une affirmation contraire : « À aucun moment les hausses de radioactivité observées n’ont posé le moindre problème d’hygiène publique ». La contradiction est évidente, s’il y a eu « hausses de la radioactivité », c’est bien qu’il y a eu passage du nuage !

  

 

Sans titre - 6

 

Le 12 mai, le journal Libération titrait : « Le mensonge radioactif ». Avec, en sous-titre : « Le nuage radioactif a bien survolé une partie de l'hexagone » et  « Les pouvoirs publics ont menti, le nuage radioactif de Tchernobyl a bien survolé une partie de l'hexagone : le professeur Pellerin en a fait l'aveu deux semaines après l'accident nucléaire. »

 

 

 

pierre pellerin 1986 (8)En dépit du communiqué du ministère de l’Agriculture qui portait à confusion, cette affirmation est fausse, puisque l’autorité officielle en charge de cette question, le SCPRI, dirigé par le professeur Pellerin, avait publié l’information dès le 30 avril.  Elle est aussi contraire à ce que le journal Libération lui-même écrivait dix jours plus tôt.

 

Six ans plus tard, le 9 mai 1990, Monsieur Roger Fauroux, Ministre de l’Industrie et de l’Aménagement du territoire, déclarait à l’Assemblée nationale : 

Assemblée nationale« Je dois préciser, parce  qu’il y a, me semble t-il, une légende noire qu’il importe d’exorciser, qu’au cours du fameux week-end du 1er mai 1986, le Service Central de Protection contre les  Rayonnements Ionisants a donné, heure par heure, aux populations des informations concernant le passage du nuage radioactif. J’ai là une chronologie, que je tiens à la disposition des membres de cette Assemblée, qui indique que rien n’a été dissimulé. »

 

Par la suite les calomnies contre le professeur Pellerin se sont multipliées.

  

nucleaire.jpg

 

Dans le livre Ce nucléaire qu'on nous cache, publié chez Albin Michel en 1993, Mesdames Hélène Crié et Michèle Rivasi l’accusent d'avoir « menti aux Français ». Le professeur Pellerin a porté plainte contre les auteurs.

Le 8 décembre 1999 le tribunal de Paris s'est déclaré incompétent, parce qu'à l'époque des faits le Professeur Pellerin était fonctionnaire public : en conséquence, il aurait dû intenter son action devant le tribunal correctionnel. Sur le fond le tribunal a cependant reconnu la diffamation.

 

 

Le 23 octobre 1999, au cours de l’émission de télévision « Tout le monde en parle » sur France 2, Monsieur Mamère traitait le professeur Pellerin de « sinistre personnage (…) qui n’arrêtait pas de nous raconter que la France était tellement forte (…) que le nuage de Tchernobyl n’avait pas franchi nos frontières ».

 

Daumier-Les-deux-avocats-copie-1.jpgLe 11 octobre 2000, la 17ème chambre correctionnelle du tribunal de Paris a condamné Monsieur Mamère pour avoir accusé le Professeur Pellerin de « mensonge », ainsi que le président de France 2, Marc Tessier. Le tribunal a reconnu le caractère « incontestablement diffamatoire » des propos tenus, et a condamné Monsieur Mamère à 10 000 francs d’amende et 50 000 francs de dommages et intérêts.

Le 3 octobre 2001 la Cour d’appel de Paris confirmait la condamnation de Monsieur Mamère et de Marc Tessier pour diffamation envers le Professeur Pellerin,

 

Par jugement du 22 octobre 2002, la Cour de cassation rejetait le pourvoi de Monsieur Mamère et de Marc Tessier contre l’arrêt du 3 octobre 2001 de la Cour d’appel de Paris.

 

Monsieur Mamère a saisi la Cour européenne des doits de l’homme qui, par un jugement du 7 novembre 2006, a condamné la France, au motif qu’en ce cas d’espèce la liberté d’expression était plus importante que la protection de la réputation d’une personne.

 

Centrale-nucleaire---Saint-Vulbas.jpgJe ne crois pas que ce jugement ait pour l’instant en rien effacé les conséquences des jugements des tribunaux français, tant en ce qui concerne l’amende que les dommages et intérêts. Ni même l’inscription de la condamnation de Monsieur Mamère à son casier judicaire, motif qu’il avait invoqué publiquement pour justifier sa saisine de la Cour européenne. Sinon, il n’aurait pas manqué de s’en vanter.

 

Centrale nucléaire Cruas (3)

 Les adversaires de Pierre Pellerin ne désarment pas : la Commission indépendante de recherche sur la radioactivité (Criirad), un machin nucléocondriaque, fondé en 1986 par la formidable Michère Rivasi, a déposé une plainte en février 2001 contre les ministres qui, à l'époque, étaient en charge directement ou indirectement de la santé.

 

 La Criirad a ensuite lancé un appel à témoins, pour trouver tous ceux qui, souffrant d'un cancer de la thyroïde, pouvaient avoir intérêt à lier leur affection au fameux « nuage » de Tchernobyl. Elle se portait partie civile, en mars 2001, au nom des 171 personnes réunies dans une association de malades de la thyroïde.

 

bertella (2)

 Le lien entre les retombées du nuage de Tchernobyl et le cancer de la thyroïde des plaignants étant impossible à prouver, le 31 mai 2006, le juge d'instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy a mis en examen le professeur Pellerin, soupçonné d'avoir minimisé l'impact sanitaire de ces retombées, pour "tromperie aggravée".

Depuis cette date, aucune nouvelle, sinon des fuites du genre fax du cabinet du juge ou des avocats des parties civiles à des journalistes se prétendant d’investigation. Pas d’annonce de renvoi devant un tribunal.

 

 

madone 0Il est vrai que Madame Bertella-Geffroy est une habituée des instructions qui n’en finissent pas car elle n’arrive pas à les clore. La seule fois qu’elle y est arrivé depuis qu’elle a en charge les dossiers lourdement médiatisés du pôle santé, tous les accusés qu’elle avait renvoyés devant la cour ont été innocentés. Mais ce juge d’instruction est adulé par les victimes ou leurs familles, car « elle les écoute ». Plutôt que la madone des sleepings, la madone des victimes, en quelque sorte !

 

St George et le dragon, musée de Kerkyra

 

En attendant, le professeur Pellerin doit être âgé de 91 ans, et cet homme qui a, entre autres services éminents rendus à l’humanité en matière de radioprotection, découvert qu’on pouvait éviter, par l’ingestion préventive d’iode, les cancers de la thyroïde dus à la pollution de l’atmosphère par de l’iode radioactif, risque d’être enterré sans que son innocence ait pu être défendue dans un débat contradictoire et  public. Mais ça ne doit pas être la préoccupation de madame le juge. Quand on se prend pour Zorro, on se prend pour Zorro.

 

Gageons que l’instruction et – en cas de renvoi devant un tribunal – la cour, auront pour le moins du mal à mettre en évidence les conséquences sanitaires de la « tromperie aggravée », si celle-ci s’avérait prouvée.

En effet, les données épidémiologiques ne vont pas dans ce sens. L’Institut national de veille sanitaire déclare en effet ceci :

« Les cancers de la thyroïde représentent près de 7000 nouveaux cas par an en France en 2005 avec un taux d'évolution du taux d'incidence standardisé de l'ordre de 6 % par an entre 1980 et 2005. Leur augmentation est ancienne, continue depuis 1975. Elle a commencé avant 1986 et ne semble pas s’être accélérée après 1986. Cette augmentation est également constatée dans la plupart des pays d’Europe de l’Ouest mais aussi aux États-Unis, non touchés par cet accident, avec une augmentation très similaire en France et aux États-Unis. La répartition Est-Ouest sur notre territoire rend peu plausible l’hypothèse d’un effet Tchernobyl. »

  

Je tire de tout cela trois conclusions.

 

bouc emissaire3

 

1° Un bouc émissaire, en l’occurrence le professeur Pellerin, est utile aux idéologues militants de l’écologisme pour incarner une notion abstraite comme « le lobby nucléaire ».

 

 

1984--4-.jpg2° L’expression « Le nuage s’est arrêté à la frontière » est devenu l’équivalent en langage écolo-alarmiste, de la vieille expression populaire, si bien illustrée par Jacques Dutronc dans sa chanson « On nous cache tout, on nous dit rien ! », alors que le sens donné à la première expression, devenu quasiment un tic de langage écolo, est purement et simplement un mensonge. C’est un des sommets de la perversité de la novlangue écologiste.

 

cruas.jpg3° Demain, quand il s’agira de comprendre ce qui se sera passé au Japon, il vaudra mieux écouter les professionnels du nucléaire que les militants écolos, armés de leurs préjugés et de leurs idées reçues. Je n’ai pas écrit « UN professionnel… » mais « LES professionnels… », avec leurs avis nuancés, divers et éventuellement contradictoires.

 

Pain (4)En effet, quand on souhaite savoir comment on fait du bon ou du mauvais pain, il vaut mieux s'adresser à des boulangers – bien qu’ils aient un intérêt économique à l’exercice de leur métier, un lobby donc – qu’à son conseiller général !

 

 

Mon hommage au peuple japonais et à son courage

 tsunami2 (2) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tsunami3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tsunami6

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

tsunami enfant2

 

 

 

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche