Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:50

 

MLP7

 

Ces derniers temps, les responsables politiques y ont été de leurs idées et de leurs propositions électorales concernant l’abattage rituel.


 

 

mediaBeaucoup de chiffres fantaisistes et d’approximations ont été prononcées. Pour la pêche aux voix tout est bon, dans tous les camps. Les journalistes en ont rajouté.




lemaire - Copie

Dans cette affaire, s’il n’y en avait qu’un à sauver, ce serait Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, qui connaît le sujet, il a signé un décret et un arrêté sur cette question le 28 décembre dernier. Mais dans le concert glapissant de klaxons, qui l’a entendu ?




Dans cet article je ne prendrai pas parti sur la question de savoir si un animal égorgé sans étourdissement préalable souffre plus, ou non, qu’un animal qui l’a été. Bien qu’il soit raisonnable de le penser, il ne me semble pas, en toute sincérité, que cela soit aujourd’hui solidement et scientifiquement établi.



leonardo (2)

Et quand bien-même cela le serait, je me garderais bien de me prononcer sur des pratiques religieuses qui ne concernent pas le seul être sacré à mes yeux, l’être humain.






Venons-en aux faits.

Les chiffres.

abattoir (3)Alors que compte tenu des populations concernées, la demande de viande abattue rituellement ne devrait guère dépasser 10 % (estimation très approximative, les statistiques ethniques étant interdites en France) une enquête conduite dans quinze abattoirs établit que 40 % des bovins et 60 % des ovins y sont abattus rituellement et que la proportion d'animaux abattus rituellement a eu tendance à augmenter ces dernières années.


Comment cela peut-il s’expliquer ?


Steak3.jpgDans la presse on a lu que la consommation des arrières étant, selon les cas pour des raisons d’habitude de consommation ou pour des raisons religieuses, moins consommées que les avants par les populations concernées, les premières se retrouvaient dans les circuits de commercialisation des viandes non rituelles et que le consommateur lambda non religieux mangeait ainsi de la viande abattue rituellement.



Cela est vrai, mais cela ne suffit pas à expliquer que l’on abatte selon les rites religieux proportionnellement beaucoup plus d’animaux que la part de la population concernée dans la population totale.


abattoir (4)La raison en est la suivante. Un abatteur, lorsqu’il fait abattre des animaux, ne sait pas à qui il les vendra plusieurs jours plus tard, après achèvement de la maturation de la carcasse en frigo. Il ne sait pas quelle sera sa demande en viande rituelle, problème d’autant plus compliqué que la demande ne porte pas que sur ce critère, mais aussi sur  la race de l’animal, son sexe, son âge, son état d’engraissement, son gabarit. Pour être prêt à satisfaire toute demande et ne pas perdre de marché, l’abatteur se couvre, il fait donc abattre rituellement plus d’animaux qu’il n’en écoulera dans le circuit religieux. Les carcasses surnuméraires se retrouveront sur le marché ordinaire.



Voilà, c’est tout simple. Voilà pourquoi, Madame, Monsieur, vous achetez de la viande abattue rituellement sans le savoir.


logoRéglons maintenant son sort au journalisme à la française. Je m’appuierai sur deux articles du Point, et me garderai donc, sur notre sujet d’aujourd’hui, de critiquer les autres organes de presse.


 

Le N° 2012 du jeudi 8 mars 2012 consacre deux articles à cette affaire d’abattage rituel
.

Image1J’ai trouvé deux affirmations parfaitement erronées, dans l’éditorial de Franz-Olivier Giesbert, intitulé Halalisation à la française (ce n’est pas que le directeur du Point soit particulièrement islamophobe, il est végétarien).

Ce n'est pas une affaire anecdotique, mais une sorte de scandale d'État, enfanté par (…) la cupidité extrême de l'industrie de la viande ou de la grande distribution.

(…)

Les Français mangent halal sans le savoir, puisque leur industrie produit beaucoup plus de viande de ce type que nécessaire.(…) On supprime un poste de la chaîne d'abattage, celui de l'étourdissement, et qu'importe si l'on saigne directement les bêtes, avec toutes les souffrances(…) afférentes. L'essentiel n'est-il pas de gagner davantage ?


abattage porc2Or la vérité c’est que, pour les bovins et les ovins, si l'on n'étourdit pas l'animal, il faut le mettre dans une cage de contention spéciale, ce qui prend plus de temps et présente plus de difficultés que de l'étourdir. Cela n’économise aucun poste de travail et coûte plus cher que de l’étourdir. (Compte tenu des méthodes d’étourdissement adaptées à chaque espèce on pourrait en discuter pour les porcs, mais les cochons ne font pas l’objet d’abattage rituel).



Capture2

Quand à la cupidité extrême de l’industrie de la viande, Monsieur Giesbert devrait se renseigner sur la situation économique et financière précaire de cette industrie avant de prononcer un tel jugement moral infondé.




Rembrandt, boeuf écorché, Louvre (2)
En France on ne cesse de fermer des abattoirs − et pas pour cause de délocalisation à l’étranger. Les résultats nets des entreprises de ce secteur ramenés au chiffre d’affaire sont très faibles et, certaines années, globalement en France, nuls ou négatifs. Les entreprises voient continuellement leurs coûts alourdis par de nouvelles normes. Secteur relativement atomisé, la concurrence y joue pleinement et le principal client, très concentré, la grande distribution, fait sa loi, au nom du consommateur. Alors, la cupidité, Monsieur Giesbert, ce mot vous fait mériter un zéro pointé !





Dans l’article publié dans le même numéro du Point, intitulé Halal, ce que nous cachent les abattoirs, de Mélanie Delattre et Christophe Labbé, on peut lire :

rapport (2)

Un rapport confidentiel que Le Point s’est procuré jette une lumière crue sur l’abattage rituel (…). Remis aux autorités en novembre 2011, le document (…) a été soigneusement enterré.




Ceci est parfaitement inexact. Un peu d’histoire.

campagne mars 2011 (2)Au début de l’année 2011 une violente campagne d'opinion est conduite par les militants de la cause animalière contre l’abattage rituel. J’insiste sur ce point : pas contre le fait que des animaux abattus rituellement soient commercialisés dans la filière conventionnelle sans que les consommateurs soient informés, mais contre l’abattage rituel.



Le ministère entreprend un examen approfondi de cette question, d’où il ressort l’excellent rapport qui lui est remis en novembre 2011.



Non, Madame Mélanie Delattre et Monsieur Christophe Labbé, ce rapport n’a pas été soigneusement enterré.

Décret6


Le 28 décembre 2011 Monsieur Bruno Lemaire, ministre de l’Agriculture, signe un décret et un arrêté qui transcrivent dans la réglementation une conclusion implicite du rapport : sont seuls autorisés à pratiquer l’abattage rituel les abattoirs disposant d’un système d’enregistrements permettant de vérifier que l’abattage rituel correspond à des commandes commerciales qui le nécessitent*.




anses2Par ailleurs, en application d'une recommandtion explicite du rapport, une expertise sur la souffrance animale selon les différentes méthodes d'abattage est demandée à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dont les résultats sont attendus dans l'année 2012. Sans compter que rien ne permet à ces journalistes d'exclure qu'un certain  nombre d'autres recommandations seront sans doute mises en oeuvre. Pour le savoir il aurait fallu faire correctement son travail et interviewer les reponsables du dossier au ministère de l'Agriculture.


*NB Ce dispositif, appelé à entrer en vigueur le 30 juin prochain, délai permettant aux abattoirs de prendre leurs dispositions, rendra plus difficile l'ajustement de l'offre à la demande de viande rituelle et aura donc sans doute des conséquences sur les coûts des entreprises d’abattage. Ces coûts supplémentaires seront-ils répercutés sur la seule viande abattue rituellement ou sur l’ensemble des viandes, nul ne peut le prédire.


C'est tout pour aujourd'hui !

Pour en savoir plus

Le rapport confidentiel

Le décret du 28 décembre 2011

L'arrêté du 28 décembre 2011

Quelques chiffres de Blezat consulting sur l'industrie de la viande

L'éditorial du Point de Franz-Olivier Giesbert

Un résumé en ligne de l'article du Point version papier

 


Partager cet article

Repost0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 21:00


Fin février, une information avait été publiée dans la presse professionnelle, ici ou .


fi2Le grand public en a été informé, sur France Inter, dans le journal de Denis Astagneau du samedi 3 mars à huit heures (écouter à partir de 6' 30'').



Pénurie sur les œufs 


poulailler

 

Les travaux de mise aux normes prescrites par la directive européenne sur le bien-être des poules pondeuses ont pris du retard, ne sont pas terminés et beaucoup de poulaillers se retrouvent sans poules.




cpo.gif
Le président du Comité national pour la promotion de l’œuf déclare :




pénurie (1)Il manque presque 10 % d’œufs sur le marché français. Il en manque autant sur le marché européen. Bien sûr, les importations d’Amérique du nord, du sud ou d’Inde pourraient approvisionner le marché, mais avec des œufs provenant de poulaillers non-conformes aux normes européennes de bien-être animal ni dans une situation sanitaire équivalente à celle prévalant en France.



mayonnaise2

Le journaliste nous indique que le prix des œufs a augmenté de 75 %, augmentation pour l’instant répercutée seulement sur les œufs vendus aux industriels (pâtes, mayonnaise,  desserts lactés, pâtisseries, etc…) et pas sur les boîtes d’œufs vendues aux consommateurs.





FALa France Agricole nous apprend que les industriels et professionnels de l'œuf craignent que la lourde et sévère pénurie d'œufs actuelle se poursuive sur toute l'année 2012.


Les mêmes professionnels pensent que les risques sont réels de voir disparaître des industriels fabricants d'ovoproduits, incapables de subir la hausse du prix de l'œuf qui découle de cette situation.


Mes conclusions purement personnelles

DSC07518
Ceux des RMistes qui, faute de pouvoir se payer des protéines animales plus nobles, avaient la chance de pouvoir encore manger des pâtes aux œufs risquent de devoir bientôt se rabattre sur les pâtes « pur farine ».



macaronis
Ils seront bientôt rejoints par les chômeurs de l’industrie des ovoproduits.






Mais, réconfortons nous, à toute chose malheur est bon

 

Murillo-Jeune-mendiant2.jpg
Les pauvres satisferont ainsi aux injonctions morales des végétaliens, antispécistes et autres militants du veganisme et à celles des environnementeurs qui prétendent que l’élevage contribue à un réchauffement climatique qui est, depuis 1998, purement imaginaire.





Pour en savoir plus

Journal de France Inter du 3 mars 2012 (à partir de 6’ 30’’)

La France Agricole

LSA


Lire aussi

Poules pondeuses, le retour

Les poules pondeuses ou le suicide économique de l'Europe


Partager cet article

Repost0
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 22:30

 

chèque (4)

Dans un précédent article, on a vu que les normes européennes pour le bien-être des poules pondeuses vont coûter un milliard d’Euros à l’économie française (combien à l’économie européenne ?)


Une autre question est de savoir si ces normes sont vraiment favorables au bien-être des poules !


D’abord, qu’est-ce que le bien-être des poules ?

souffrance--3-.jpg

 

Il peut s’envisager sous différents aspects : la souffrance physique, la santé, le stress, la possibilité d’exprimer des comportements instinctuels.



 



picotage (3)

 

Sur ce dernier point, chez la poule,  il s’agit de comportements tels que l’usage de nid, de perchoir, de bains de poussière, le grattage et le picotage.



 

 

 

piquage - Copie (2)

Dans les souffrances, outre celles provoquées par l’homme, les prédateurs ou les conditions matérielles d’élevage, on peut compter celles infligées par des congénères, telles que le picage et le cannibalisme. Le picage consiste à donner des coups de bec au plumage des autres volailles et à en arracher les plumes, ce qui peut entraîner des blessures. Le picage peut évoluer jusqu'au cannibalisme.






logofr.gif
À la demande de la Commission européenne, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a émis un avis.

 

 

 

inra.pngL’Institut national de la recherche agronomique (Inra), pour sa part, a publié un document de synthèse sur cette question. Ces deux documents  convergent.


 

En résumé, que nous disent-ils ?

Ils distinguent trois grands types de systèmes

batterie 3
Les cages conventionnelles, autrement dit celles que les amis des animaux combattent et qui sont désormais proscrites par la réglementation européenne.


 


nichage (5)
Les cages dites aménagées, comportant perchoir, nid, système permettant le raccourcissement des griffes, mangeoire dont la longueur ne doit pas être inférieure à certains seuils, accès à deux abreuvoirs minimum… Ces cages peuvent être classées selon la superficie par poule.

 



au sol - Copie
Les systèmes dits alternatifs : élevage au sol ou en volière, avec ou sans parcours en plein air.





Comparés aux cages conventionnelles, les cages aménagées et les systèmes alternatifs présentent :


CaptureINRA 2Des avantages en ce qui concerne les comportements d’utilisation de nid, d’utilisation de perchoir, de bain de poussière, de grattage et de picotage, de liberté de déplacement et de vol.

Des inconvénients en ce qui concerne le picage et le cannibalisme, la stabilité de la hiérarchie, presque tous les aspects relatifs à la santé des animaux, la mortalité.

Dans le système des cages aménagées,  les cages les plus petites sont souvent les plus avantageuses.





DSC07528

 


Des inconvénients pour tous les critères relatifs à l’hygiène alimentaire.




 

 

 

DSC07510
Des désavantages pour tout ce qui concerne le travail des éleveurs et la productivité des différents facteurs, donc le prix des œufs.


 

 

 

DSC07522 - Copie4En  écartant les critères qui concernent exclusivement les humainshygiène alimentaire et productivité, qui devraient pourtant être les premiers à être pris en considérationon voit néanmoins que l’intérêt réel des poules est plus compliqué que l’image anthropomorphique et simpliste que s'en font les amis des animaux.

 

Si vous étiez une poule, préféreriez-vous pouvoir prendre des bains de poussières mais vous faire déchiqueter plus souvent, éventuellement jusqu'à la mort, par les coups de becs de vos congénères ou l’inverse ? Bien malin qui peut se mettre dans la peau d’une poule et répondre à une telle question !

 

Pour en savoir plus

La note de synthèse de l'INRA

L'avis d l'EFSA


Lire aussi

Les poules pondeuses ou le suicide économique de l'Europe

 

 

nichage

 


Partager cet article

Repost0
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 22:59

 



insAu début du mois de janvier la presse a fait état des résultats d’une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) conduite sous la direction de Jacqueline Clavel.



quotidienOn a pu lire des articles sur les sites Internet de nombreux organes de presse, notamment ceux du Monde, du Figaro, de Libération, de Science et Avenir, du Temps − quotidien suisse – du Quotidien – journal luxembourgeois – cette liste n’étant certainement pas exhaustive.




géocap3Si l’on collationne les différentes informations figurant dans chacun de ces articles, on ne trouve rien de contradictoire mais on dresse un état des lieux plus complet que celui donné par un seul d’entre eux, état des lieux qui reflète sans doute mieux la réalité de l’étude et des conclusions qu’on peut en tirer, à commencer par celles que formule la responsable de l’étude elle-même.







Inauguration de l'Institut du Cancer 1934
Pour la période 2002-2007, ont relève 14 cas de leucémies aigues chez des enfants de moins de quinze ans vivant dans un rayon de cinq kilomètres autour des dix-neuf centrales nucléaires françaises, alors que, selon le taux d’incidence national, 7,4 étaient statistiquement attendus.







DSC06714 (250x140)

Cet excès de cas se retrouve dans un cercle concentrique de cinq kilomètres autour des centrales. Les tests statistiques classiques conduisent à le considérer comme statistiquement significatif.





Centrale nucléaire Cruas
Mais la localisation n’est pas corrélée aux zones les plus exposées aux retombées des rejets gazeux, eux-mêmes classés en fonction du danger présenté par les radionucléides dont ils sont porteurs.





Cet excès de cas sur six ans, pour la période 2002-2007, n'a pas été mis en évidence sur la période qui l’englobe, longue de dix-huit ans, qui court de 1990 à 2007.



Centrale nucléaire, Saint-Vulbas (3)Jacqueline Clavel déclare que « le lien avec les très faibles radiations ionisantes émises par les centrales en fonctionnement normal ne peut pas être établi » et « qu’aucun excès de risque de leucémie dans les zones les plus exposées aux rejets gazeux des centrales n'a été observé ».



Que peut-on alors conclure de cette étude ?

iarc« Pas grand-chose en fait : le résultat est certes statistiquement significatif mais il ne nous dit rien, car les chiffres – 14 cas autour de 19 centrales – sont trop faibles pour pouvoir en tirer des conclusions fermes » explique le Docteur Ausrele Kesminiene, du Centre international de recherche sur le cancer (Circ) à Lyon.



Je passe sur la discussion des causes suspectées de cet excès de cas (statistiquement significatif, mais qui ne nous dit rien !
)


logo
Le réseau Sortir du nucléaire a salué la publication de cette étude, jugeant qu'elle établissait
« une corrélation très claire »  entre la fréquence des leucémies infantiles aigües et la proximité des centrales nucléaires.



Mes observations personnelles



Si on a constaté un excès de cas de leucémies sur la période 2002 à 2007 mais pas sur la période 1990 à 2007, serait-ce qu’il y aurait eu un déficit de cas de 1990 à 2006 ?


balance-2.jpgBon, si on se place sur le seul plan de la moyenne, mon raisonnement n’est sans doute pas faux. Mais les statistiques c’est un peu plus compliqué que des moyennes. Il est possible que l’excès sur 2002-2007 soit statistiquement significatif (bien que ne pouvant rien nous dire) et que le déficit sur la période 1990-2006 ne le soit pas.




034 La demeure du chaos (2)

Mais enfin, c’est une question qui me tracasse et que j’aurais bien aimé pouvoir poser à Jacqueline Clavel, ce qu’aucun journaliste, du moins des organes de presse que j’ai consultés, n’a eu l’idée d’aller lui poser.







sortieLe réseau Sortir du nucléaire, par sa prise de position à propos de cette étude, donne un exemple de plus de la façon dont les organisations militantes se discréditent en tirant la couverture du côté de leurs positions politiques.



Pour une fois que les media, pourtant friands de catastrophisme, n’ont pas donné dans le panneau, les militants OUI !



015.1 Les trompettes (1)

Conclusion : quand les media embouchent les trompettes de la renommée en faveur d'études directement conduites par des organismes prétendument indépendants qui ne sont en vérité que des organisations militantes (CRIIRAD*, CRIIGEN** et autres CRII…) ils feraient mieux de se méfier. En embouchant, ils entubent…




Pour en savoir plus (c'est-à-dire pas grand chose) sur les facteurs de risques des leucémies de l'enfant : Installations nucléaires de base et leucémie de l'enfant (Rapport d'avril 2011 − antérieur à l'étude dont il est question dans le présent article)



* Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité, le truc fondé par la merveilleuse Michèle Rivasi, qui voudrait nous faire croire, par tous les moyens, que l'accident de Tchernobyl a eu des conséquences sanitaires pour la population française.

** Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie Génétique, de l'inénarrable Gilles-Eric Séralini, dont les analyses statistiques sur les souris nourries aux OGM sont contestées par tous les scientifiques sérieux.


Partager cet article

Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 00:30




Nico Koko 1er



Venise 2006 (11)Mes chers compatriotes, j’ai été informé que La Princesse de Clèves est au programme de nombre de concours administratifs. C’est un frein très important au recrutement de fonctionnaires sur la base de la compétence et de l’efficacité professionnelles. Cela nuit gravement au fonctionnement de l’Administration. Il est de mon devoir de mettre fin au plus vite à cette situation inadmissible. Aussi le prochain Conseil des ministres, qui se tient dans trois jours, examinera-t-il un projet de loi visant à supprimer La Princesse de Clèves des programmes de tous, je dis bien tous, les concours administratifs. Ce projet de loi sera soumis d’urgence à l'Assemblée nationale et au Sénat pour être adopté avant la fin de la session parlementaire dans trois semaines.




Bobo Fôku

Venise 2006 (4) - Copie


Aaargh ! Quel mépris pour la culture ! Quel inculte méprisable souverain !

 

 

 

Dick Coincoin

 
Venise 2006 (9)

 

La culture générale est discriminatoire. J’ai donc supprimé l’épreuve de culture générale au concours d’entrée à Sciences Po.




 

 

Bobo Fôku

 
Venise 2006 (4) - Copie


Ah ! Enfin ! C’est pas trop tôt ! À bas les discriminations ! À bas l’élitisme ! Vive l’égalité !

 

 

 

C'est tout pour aujourd'hui !


Venise 2006 (7)Bonne nuit les petits !


Venise 2006 (2)Dormez bien !



 

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 20:32

 


log
On peut lire dans Le Point de cette semaine (N°2051 du 5 janvier 2012) :




poulaillerSauvons nos pondeuses
. À partir du 1er janvier l’espace vital pour chaque poule pondeuse de l’Union européenne passe de 550 cm2 à 750 cm2, dont 600 cm2 de surface utilisable. Chaque cage doit être dotée d’un perchoir, d’une litière, d’une mangeoire d’au moins 12 cm de long, de l’accès à un abreuvoir, et d’un dispositif de raccourcissement des griffes. La mise aux normes devrait coûter aux éleveurs français environ un milliard d’euros.


1° On se demande pourquoi il est nécessaire d’inscrire dans une norme réglementaire l’obligation d’un accès à un abreuvoir, vu que si cet accès n’existe pas, les poules vont crever très rapidement, ce qui n’est manifestement pas dans l’intérêt de l’éleveur.


basse cour (3) -2° On se demande pourquoi la réglementation européenne ne s’intéresse qu’aux poules élevées en cages, et pas à celles courant plus ou moins librement en basse-cour et sur les vicinaux ordinaires ? Bon, on m’opposera que ces dernières ne sont qu'une très petite minorité. Certes. Mais une minorité oubliée et opprimée !



3° Plus sérieusement : cela va coûter un milliard d’euros aux seuls éleveurs français. On aimerait savoir ce que cela coûtera aux éleveurs de l’Union européenne.


Muillo Jeune mendiant (1)Alors que ces mesures n'aboutiront qu'à renchérir l'alimentation des européens ou à favoriser la concurrence des pays extra-européens
et donc le repli de la production européennealors même que l'Europe est une des rares régions du monde où la croissance économique est toujours en berne, avec le chômage et la misère qui vont avec, à l’heure où la Grèce, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande, le Royaume-Uni de sa gracieuse majesté, la France et, peut-être bien, même la sage Belgique, sont au bord de la faillite, à qui doit-on dire merci ?


 


Sans titre - 5 (2)
Merci qui ? Merci, les zamis des zanimaux !


 



  Allez hop !

Continuons gaiement !

Vers le suicide économique !

 

Lire aussi :

Les sales gosses (pièce de théâtre en un acte et une scénette)

Et unam, sanctam, ecologicam et apostolicam Ecclesiam

Les dessous pas très affriolants de votre facture EDF

 


Partager cet article

Repost0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 23:34

 


Centrale nucléaire, Saint-Vulbas (3)
On nous annonce ce mercredi à grand renfort de trompettes que la sécurisation des centrales nucléaires coûtera un peu plus de dix milliards d’Euros d'investissements.





048 Donzère, les éoliennes (300x400)

Mais, nous a-t-on jamais parlé du coût de l’électricité issue des énergies renouvelables ?




media.JPGIl y a un dispositif en France, concernant la tarification de l’électricité, dont la presse et les media ne parlent que rarement, sinon jamais.


Un commentaire ou un message du lecteur du présent article qui aurait une référence à m’opposer sera le bienvenu.



logo ED
Le client d’EDF ou de tout autre fournisseur de courant électrique est soumis à une taxe, pudiquement appelée Contribution au service public de l’électricité (CSPE).




Cette contribution est destinée à compenser des surcoûts liés au service public.


Haute-Corse-copie-1.jpgIl s’agit pour l’essentiel des surcoûts liés aux dispositifs de soutien aux énergies renouvelables,  des surcoûts de production dans les DOM, à Mayotte, en Corse et dans les îles bretonnes, mais aussi de divers surcoûts dont, dans une très faible mesure, ceux résultant de tarifs spéciaux consentis aux pauvres.



giotto (2)Pour ce qui est des DOM, de la Corse et des autres îles, dites zones non interconnectées, dans lesquelles le coût de production de l’électricité est plus élevé que la moyenne nationale, cette compensation est la manifestation d’une solidarité nationale. Il en est de même pour les tarifs préférentiels accordés aux pauvres.




DSC07188 (400x225)

La CSPE est aussi destinée à couvrir les surcoûts résultant de l’obligation d’achat, par EDF ou les distributeurs non nationalisés, de l’électricité produite par certains types d’installations (éoliennes, photovoltaïque, cogénération…)




CRE2.JPGLa CSPE est fixée chaque année par arrêté ministériel, sur proposition de la Commission de Régulation de l’Énergie, en fonction d’une estimation pour ladite année du montant total des charges de service public et d’une estimation de l’assiette de consommation soumise à contribution.



Elle fait l’objet d’ajustements a posteriori en fonction des charges et de la consommation réellement constatées. Chaque année cette contribution prend donc en compte une prévision pour l’année et une régularisation du passé.



DSC06721 (640x360)La Commission de Régulation de l’Énergie a évalué que la contribution au service public de l’électricité nécessaire pour financer les charges prévisionnelles pour 2012 s’élève à 4,3 miliards d’Euros, soit 11,3 €/MWh, ce qui représente environ 9 % de la facture moyenne TTC*.




Le coût lié à l’achat obligatoire de l’électricité produite par les énergies renouvelables compte pour 52 % du total** (32,3 % pour le seul photovoltaïque).


101 Damme, le moulin


Le surcoût 2012 lié aux énergies renouvelables représente donc 4,7 % de la facture moyenne TTC !


(Et 3 % pour le seul photovoltaïque)







L’augmentation de la charge de service public, prévisionnel 2012/constaté 2010, est de + 60 % pour le total, de + 290 % pour les seules énergies renouvelables et de + 610 % pour le seul photovoltaïque !


photovoltaïque
Avec les données collectées dans les documents cités, j’ai calculé qu’en 2012, le prix d’achat du kWh photovoltaïque revient environ huit à neuf fois plus cher que le kWh ordinaire !




La Commission de Régulation de l’Energie estime d’ailleurs que l’augmentation de 60 % des charges prévisionnelles au titre de 2012 par rapport aux charges constatées au titre de 2010, est due notamment à un très fort développement des installations photovoltaïques et, dans une moindre mesure, éoliennes.


A qui dit-on merci, en ces temps de crise économique et de rigueur ?

 
 Borloo4
Merci qui ?

Merci l'écologisme !



* En y ajoutant les régularisations sur le passé, la charge de service public se monte à 5,2 milliards d’Euros, soit 11 % de la facture TTC ! Ce montant pour une année seule peut être comparé aux dix milliards d’Euros d’investissements annoncés pour la sécurisation des centrales nucléaires.

** Zones non interconnectées : 28, 5 %. Dispositions sociales : 2,3 %


Pour en savoir plus

La CRE et les charges de service public de l’électricité en 2012

Délibération de la CRE du 13 octobre 2011 portant proposition relative aux charges de service public de l’électricité et à la contribution unitaire pour 2012



Partager cet article

Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 21:30



En ces temps de fêtes, dont l'une invite à  méditer sur un passé d'au moins deux mille ans, je propose une petite récréation à caractère historique et philosophique.

La question est : « De qui est-ce ? »


C’était un stoïcien à l’égal de Sénèque et d’Epictète


Giordano, La mort de SénèqueLa vie ? Le voyage vaut la peine d'être fait une fois.

Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme.

Quand on obtient d’une chose ce qu’on en attendait, on n’en demande pas plus.

La grande leçon de la vie, c'est que parfois, ce sont les fous qui ont raison.

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque occasion, un optimiste voit une occasion dans chaque difficulté.

S’occuper des choses les plus sérieuses du monde n’est possible qu’à condition de comprendre aussi les choses les plus dérisoires.

Le pouvoir de l’homme s’est accru dans tous les domaines, excepté sur lui-même.

On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne.

En avalant les méchantes paroles qu'on ne profère pas, on ne s'est jamais abîmé l'estomac.




C’était un homme d’action indomptable


- César franchissant le Rubicon -Il n'y a qu'une réponse à la défaite, et c'est la victoire.

Agissez comme s'il était impossible d'échouer.

Il ne sert à rien de dire “Nous avons fait de notre mieux”. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire.

Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli. 

C'est une belle chose d'être honnête, mais il est également important d'avoir raison.

Je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n'aime pas toujours qu'on me donne des leçons.

Le cheval est dangereux devant, dangereux derrière et inconfortable au milieu.




Qui n’avait pas une piètre idée de lui-même


Caravage, NarcisseNous sommes tous des vers... Mais je pense que je suis un ver luisant.

Ce n'est que quand il fait nuit que les étoiles brillent.

Je me satisfais aisément du meilleur.

Il n’y a aucun mal à changer d’avis. Pourvu que ce soit dans le bon sens.

Pour s'améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent.

L’Histoire me sera indulgente, car j'ai l'intention de l'écrire.





Mais qui ne manquait pas d’humour


Franz HalsJe suis prêt à rencontrer mon Créateur. Quant à savoir s'il est préparé à l'épreuve de me voir, c'est une autre histoire.

Le secret de ma vitalité ? Je n'ai dans le sang que des globules rouges : l'alcool a tué depuis belle lurette tous mes globules blancs...

J’ai retiré plus de choses de l’alcool que l’alcool ne m’en a retirées.

Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député !

Une pomme par jour éloigne le médecin, pourvu que l'on vise bien.

Les économies, c'est très bien, surtout si vos parents les ont faites pour vous.




Il était un observateur politique hors pair qui savait prendre de la distance


- lunette marine -Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait... et il faisait tout ça aux frais du contribuable.

Un bon politicien est celui qui est capable de prédire l'avenir et qui, par la suite, est également capable d'expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l'avait prédit.

En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En U.R.S.S., tout est interdit, même ce qui est permis.

L’Angleterre s’écroule dans l’ordre, et la France se relève dans le désordre.

_________



V Churchill

 

Beaucoup  l'auront deviné, il s'agit de celui dont le Général de Gaulle écrivit que « Dans ce grand drame, il fut le plus grand », le vieux lion, Sir Winston, bien sûr !






Churchill

V Victoire





Partager cet article

Repost0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 01:00

 

 

Dans un forum à propos du projet de décret sur l’étiquetage « sans OGM », un participant glissait malicieusement : « (…) en attendant les hosties sans OGM. »

Je me préparais à répondre non moins malicieusement : « Et surtout, à quand les hosties bio ? » Avant de cliquer sur « envoyer », j’ai navigué un peu sur Internet pour voir ce qui était dit de cette question.


lavie.JPG


Je n’ai vraiment pas mis longtemps pour trouver un Appel aux évêques pour l'écologie, publié le 2 novembre 2011 dans La Vie.fr.




Après des considérations introductives, la première demande listée dans cette pétition est rédigée ainsi qu’il suit :

emmaus champaigne (2)1. Commencer par le plus saint, c’est-à-dire des hosties et du vin de messe issus de l’agriculture biologique est un premier pas essentiel. Le corps et le sang du Christ qui apportent la vie ne peuvent plus contenir des substances dont nous savons à présent qu’elles sont susceptibles de la détruire. Soutenir par un accompagnement la conversion des communautés qui s’engageront dans cette voie est nécessaire.



cène-champaigne2

Selon la foi catholique et la doctrine de l’Église, l’hostie consacrée est le corps du Christ.


 

Je pose donc la question très simple :


 ab - Copie 


Le Christ était-il certifié bio ?
De la marque Lemaire-Boucher ? La Vie Claire ? Biocoop ?







On aura compris que je ne me moque pas là de la foi catholique mais de la naïveté des signataires de cette pétition, qui n’ont pas saisi que le bio est une vaste fumisterie à objectif exclusivement commercial qui abuse les consommateurs en prétendant être meilleur pour la santé et pour l’environnement.



Saint-Sulpice chaire

Il semble, je ne suis pas expert en la matière, qu’ils n’aient pas non plus assimilé la doctrine de l’Église. Sur cette question, les lecteurs intéressés pourront se référer au très savant article de Stanislas de Larminat : Ecologie : « Ni un esthétisme de luxe, ni un vague naturalisme ! » (Mgr Vingt-Trois)





En un mot : Stanislas de Larminat qualifie cette prise de position de syncrétisme. Qu’est-ce que le syncrétisme ? C’est, en l'occurrence,  pour simplifier, servir à la fois Dieu et Gaïa ! Ce qui est tout aussi impossible que de servir Dieu et Mammon.



Vade retro Satanas !

 

l'ange rebel

 

Pour en savoir plus :

Appel aux évêques pour l'écologie

Ecologie : « Ni un esthétisme de luxe, ni un vague naturalisme ! » (Mgr Vingt-Trois)
 

larminat

 

Un excellent livre :

Les contrevérités de l’écologisme, Stanislas de Larminat, Éd. Salvator, avril 2011.


 

 

 

 

Ma touche personnelle.

gaïa (2)Cette demande d’hosties bio a profondément choqué les convictions philosophiques les plus intimes de l’agnostique que je suis, qui plongent leurs racines dans l’humanisme chrétien. Je partage, à ma façon, l’accusation de syncrétisme portée par Stanislas de Larminat. Je trouve assez lamentable, et ce d’autant plus venant de fidèles, d'assaisonner le plus sacré du christianisme d'une vinaigrette idéologique bassement mercantile et terrestre, relevant tout au plus du paganisme, pour ne pas dire de l’animisme.


Bon, enfin, on me dira, sans doute à juste titre, que ce n’et pas à un agnostique de donner des leçons de religion à des croyants ! Mais de raison, un peu, non ?

 



Partager cet article

Repost0
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 00:06

 

Une vidéo du JT de TF1, par où l'on voit que les vrais écologistes, les écologistes pratiques, les écologistes efficaces, ne sont pas les écolo-politiques ni les ONG environnementalistes, mais les ingénieurs à la solde du grand capital !

Durée : 2' 40" (après avoir supporté la pub !)

 

C'est tout pour aujourd'hui !

 

 

microscope (5)

 

 


 


Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche