Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 00:30

 

 

Imposteur
Sur le blog Imposteur, un commentateur a attaqué le dernier livre de Gil Rivière-Wekstein, Faucheurs de science, l'accusant du grave et impardonnable péché de scientisme.




Qu’entend ce commentateur par le mot de scientisme ? Il s’en explique :   « Je crains que l’auteur de ce livre de soit en fait scientiste, dans le sens où la science est alors élevée au rang d’une religion intouchable et qu’on n'a dès lors d'autre choix que de lui vouer un culte inconditionnel. Je ne refuse pas la science ni l’expérimentation scientifique, mais je m’indignerai toujours lorsqu'en son nom on s'adonnera à l'activation d’un dogme, d’une croyance mythique, en l’occurrence, qu’on ne peut s’opposer à des expérimentations en s’arrimant à ce bon vieux mythe du progrès, induisant que c’est in fine pour le plus grand bien de l’humanité, mais en faisant notamment l’impasse sur un indispensable garde-fou : le principe de précaution. »


Raffaello Sanzio Les vertus cardinales 2
Principe de précaution qui est une extension abusive, à l'infini, d'une des quatre vertus cardinales, la prudence (dont trois sont ici représentées par Raffaello Sanzio).






bonimenteur

Le scientisme n'est pas ce que désigne ce commentateur dans son explication qui relève d’une inculture philosophique répandue, soigneusement entretenue par les prédicateurs escrolos, environnementeurs et bionimenteurs.





Le scientisme n'est pas la confiance dans le progrès technique apportant le bien-être, le confort et la prolongation de l'espérance de vie aux pauvres humains que nous sommes.



Auguste Comte 3Le scientisme, philosophiquement parlant, c'est l'idée que la science aurait réponse à tout : le sens de la vie, la morale, ce qui disntingue la beauté de la laideur, l'existence ou non de Dieu, etc. Contre certains d'entre eux, les philosophes ont montré de façon plutôt convaincante que la science ne pouvait prétendre avoir réponse à toutes les questions que se pose l'humanité. Aussi le mot scientisme a-t-il acquis, à juste titre, une valeur péjorative.



img037 (9) - CopieC'est cette valeur péjorative que retournent contre la science les escrolos environnementeurs bionimenteurs, manipulateurs d'opinion, pour prendre dans leurs rets leurs auditeurs de faible culture philosophique, discréditer la science et faire croire qu’elle n'est pas bonne par nature.



La science n'est ni bonne ni mauvaise par nature. La science est la recherche de la vérité, dans son seul domaine, la connaissance de l'Univers et de ses lois.


Esopus 2
Les applications de la science, les technologies, ne sont pas la science. Les technologies, à l'instar de la langue d'Esope, peuvent le mieux comme le pire, cela dépend de la façon dont on en use.




Prinicipia, Newton
Depuis que la science moderne est née, disons pour simplifier, au XVIIe siècle, elle a débouché sur des applications techniques qui font que jamais l’humanité n’a connu une aussi rapide amélioration de son bien-être, de son confort et de son espérance de vie.





Little Boy -1

Que les résultats de la science puissent néanmoins être utilisés de façon nuisible ou nocive, chacun le sait !






Pasteur

Mais taxer de scientisme ceux qui pensent que sans la science les immenses progrès accomplis par l’humanité n’auraient pas eu lieu est tout simplement un sophisme au service d’une propagande profondément réactionnaire.






Chirac

Le prétendu principe de précaution est brandi à tout bout de champ contre le progrès technique. C’est cela le vrai sujet, et non le scientisme. On pourra reparler une autre fois de ce principe de peur, érigé par les écolo-réactionnaires en principe d’immobilisme. Merci papy Chirac !







revolverMa conclusion personnelle : à chaque fois que je lis ou entends l'accusation de scientisme sous la plume ou dans le microphone d'un escrolo environnementeur bionimenteur, je sors mon revolver, purement mental, il va de soi !





Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article

commentaires

Jeanbar 17/10/2012 18:25

Bla bla bla
Ou comment étaler des platitudes philosophiques qui évitent à l'auteur de regarder en face la science telle que se fait, et non telle qu'elle apparaît à travers le prisme complaisant de
l'épistémologie. La science c'est de l'argent. Vous pouvez le retourner n'importe comment, Herr philosophe, la science qui se fait aujourd'hui n'a plus grand-chose à voir avec le passe-temps
aristocratique des siècles passés. Quand vous comparez la science et XVIIème avec celle qui se fait aujourd'hui, vous oubliez tout simplement le développement des moyens de production qui
apparaissent au XIXème et qui finissent par orienter et faire extensivement usage de la recherche scientifique au cours du XXème. Je dis "vous oubliez", c'est pour être sympa, on est bien d'accord
: vous le faites exprès.

Vous jargonnez philo comme si cela était censé apporter un éclairage indiscutable sur la question de la techno-science, mais vous ne faites qu'obscurcir le débat.

Vous ânonnez le mantra de la science pure complètement détachée de ses applications. Mettez donc les pieds dans un labo et voyez comment il est financé, où il est situé, avec qui et pour qui il
travaille, combien de brevets il a déposés, combien de start-ups en sont sorties.

Et avant que vous me répondiez qu'il n'y a là rien de surprenant, ni de choquant : je suis d'accord avec vous, mais relisez-vous. Relisez vos âneries sur la science indépendante, regardez-vous bien
en face dans le miroir, et dites : "Non non, la recherche sur les OGM c'est de la science pure, ce n'est absolument pas orienté, il n'y aucun intérêt économique là-dedans"

Laurent Berthod 17/10/2012 23:45



Vous avez cru lire ce que vous aviez envie de lire. Je n'ai pas écrit ce que vous avez cru lire.



robin-brosse jean 18/09/2012 20:35

j'ai pas encore lu le livre en entier mais ayant participé a une réunion d'information de rés ogm j'ai vraiment eu l'impression d'assister a un délire scientisme.positionner la mutagénése comme
technique post transgénése zt la classer comme nouveau OGM c'est vouloir gommer la réalité de plus de 70 ans d'utilisation de la mutagénése par tout les semenciers au profits de toute les
agricultures.vouloir presenter comme tournesol mutés les parcelles n'ayant pas d'ambroisie comme ces faucheurs ont communiqués a la presse le 14 juillet(lu dans le Dauphiné libéré du 15 juillet
2012) démontre le n'importe quoi de ces faucheurs en manquent de marchandises pour exister

Yves Egal 18/09/2012 11:16

Bonne réaction !
Puisqu'on essaie d'utiliser un vocabulaire précis, oublions le mot "technologie", jadis réservé à l'étude des techniques comme son étymologie l'indique (comme dans les instituts de technologie),
mais revenu à la mode par l'anglais qui réserve "technique" à son sens de "coup de main", "savoir faire" et a donc du se replier sur "technology" pour parler de "technique". La bourse a beaucoup
aidé en appelant "technologiques", à la suite de Wall Street, les valeurs boursières du secteur des "technologies de l'information" (informatiques, en bon français), comme si Apple et Google
étaient technologiques, mais que Renault ou Mercedes ne l'étaient pas. Parlons donc de "techniques" et d'entreprises "informatiques" (et d'ordiphones plutôt que smartphones), même si cela déplaît
aux technolâtres de la secte à la pomme.
Quant à "scientisme", je me demande si on ne devrait pas l'oublier aussi, tant il correspond à une époque où l'Eglise essayait de contrer l'anticléricalisme et la perte de foi généralisée en
France. Car, rigoureusement, on peut dire que les sciences humaines peuvent résoudre les problèmes "philosophiques", ici à l'évidence au sens de métaphysique.
Car "science" vient directement de savoir en latin (scire) et la philosophie est l'amour du savoir (sophia a le sens de sagesse, mais en grec signifiait savoir... qui donne la sagesse). La
philosophie est l'amour du savoir, de la science. Les problèmes philosophiques sont des problèmes que se posent ceux qui aiment savoir, les curieux de tout, les scientifiques au sens large,
donc.
Ceux qui vous traitent de scientistes sont ceux qui se méfient du savoir, ce sont ceux qui ne veulent rien savoir !

iris 18/09/2012 10:49

Merci Laurent ; grâce à la lecture de ce post,puis celle du livre de GRW ( que je vais faire ) + qqs menues recherches sur "scientisme", je serai mieux armée pour faire feu sur les allumés de
l'écologie qui grouillent un peu partout !

cdc 18/09/2012 10:37

Billet utile, à garder sous le coude pour le brandir chaque fois qu'on me fait le même reproche, celui d'être "scientiste", et que je dois alors mettre les points sur les i. C'est évidemment assez
facile comme argument, et les sophistes en abusent. Encore dis-je sophistes par charité, parce que la majorité de ceux qui utilisent ledit argument sont d'un niveau philosophique très moyen.

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche