Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 00:20



LindzenRichard Lindzen est titulaire de la chaire de météorologie au prestigieux Massachuchetts Institute of Technology (MIT). Il est membre de l’académie nationale des sciences, titulaire d'un grand nombre de prix et de récompenses académiques. Ses recherches portent sur les grandes questions de la climatologie actuelle auxquelles il a apporté une contribution majeure dans plusieurs domaines. Son Curriculum vitae et la liste de ses publications sont impressionnants
.


Un article de vulgarisation de sa plume a récemment été mis en ligne
.

J’en donne ici un résumé. Je n’aborde que la partie exposant les arguments scientifiques. Les considérations idéologiques, contrairement à ce qu’a dit un commentateur de ce blog, ne concernent pas un quart de l’article.

Navstar-2
Richard Lindzen déroule une série d’arguments à l’appui de sa thèse sur le climat. Le plus récent résulte d’un article qu’il a publié en 2009 avec Choi, interprétant les données satellites recueillies dans le cadre du programme ERBE (Earth Radiation Budget Experiment, Expérience sur le budget radiatif de la Terre) (Barkstrom, 1984, Wong et al., 2006).



mammouth2
Le climat change perpétuellement. Il y a eu l’alternance des ères glaciaires et des interglaciaires. Il y a eu des périodes qui semblent avoir été plus chaudes qu’aujourd’hui avec des niveaux de CO2 plus faibles qu’aujourd’hui.



glacier Aletsch

Plus récemment il y a eu l’optimum climatique médiéval et le petit âge glaciaire. Durant la petite période glaciaire, les glaciers alpins s’étendirent au grand dam des habitants des villages ensevelis, alors que depuis le début du dix-neuvième siècle, ces glaciers reculent.



                                                                                                                                                   Aletsch, le plus grand glacier d'Europe


Algarve cote vicentine (4)La Terre n’est jamais réellement en équilibre. Les mouvements thermiques au sein des océans, où la chaleur est transférée entre les couches profondes et la surface, causent des variations sur des échelles temporelles pouvant aller de quelques années à des siècles. Les travaux les plus récents suggèrent que cette variabilité est suffisante pour expliquer l’ensemble des changements climatiques observés depuis le dix-neuvième siècle.

img008 (2)Mais ce qui s’oppose à l’assertion que l’homme est la cause de ces changements usuels de température, c’est surtout le fait que le réchauffement causé par l’effet de serre possède sa propre signature : le réchauffement de la surface devrait être accompagné d’un réchauffement sous les tropiques à une altitude approximative de neuf kilomètres qui soit 2,5 fois plus élevé qu’en surface. Or, les mesures montrent que le réchauffement n’y est que d’environ trois quarts de ce qui est observé en surface, ce qui implique que tout au plus un tiers environ du réchauffement en surface pourrait être lié à l’effet de serre ; il est probable que même ce réchauffement infime ne soit pas dû dans sa totalité à l’activité humaine.

Par conséquent, l’ensemble des modèles prédisant un réchauffement planétaire important surestiment très largement le phénomène.

L’exagération des modèles quant à la sensibilité du climat au CO2 apparaît sans équivoque si l’on tient compte du rôle fondamental des rétroactions. L’augmentation de CO2 à elle seule ne contribue que modestement au réchauffement.

NuagesLes prédictions d’un réchauffement plus élevé des modèles climatiques sont dues au fait qu’ils supposent que les substances à effet de serre les plus importantes, comme la vapeur d’eau et les nuages, amplifient les variations dues au CO2. On appelle cela une rétroaction positive.


planete bleue
Or, les observations par satellite de la radiation de la Terre nous permettent de déterminer le signe de la rétroaction. Il s’avère que les données satellite recueillies dans le cadre du programme ERBE  (Earth Radiation Budget Experiment, Expérience sur le budget radiatif de la Terre) montrent une forte rétroaction négative – réduisant sensiblement l’effet du CO2 en parfaite contradiction avec les modèles.



grand-bretagne-neige 07-01-2010 (2)À en croire le Groupe intergouvernemental d'experts sur le changement climatique des Nations Unies (Giec), l’effet de serre provenant des gaz à effet de serre d’origine humaine atteindrait déjà 86% de ce que l’on pourrait attendre d’un doublement du CO2. Les prédictions alarmistes dépendent de modèles qui prévoient que la sensibilité du climat à un doublement du CO2 est supérieure à deux degrés Celsius. Or, si c’était exact, nous aurions dû logiquement observer un réchauffement beaucoup plus important que cela n’a été le cas jusqu’ici, et ceci même en supposant que le réchauffement observé ait été causé entièrement par l’homme.

Cette contradiction est aggravée par le fait qu’il n’y a pas eu de réchauffement global net statistiquement significatif ces 14 dernières années.
Les alarmistes répondent que certaines des années les plus chaudes jamais observées ont eu lieu durant la dernière décennie. Étant donné que nous nous trouvons effectivement dans une période relativement chaude, cela ne saurait surprendre. Cela ne permet pas, néanmoins, de tirer des conclusions sur les tendances futures.

Les quelques observations résumées dans cet article indiquent que le réchauffement de cause anthropique a été lourdement exagéré par le passé. L’alarmisme à propos du réchauffement causé par l’homme en est d’autant moins justifié.

Source :

L’article de Richard Lindzen : Résister à l'hystérie sur le climat

Lire aussi :

Réchauffement climatique : la science sacrifiée sur l'autel de la pensée unique


au dessus du glacier Aletsch


vers le glacier Aletsch



 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Climat
commenter cet article

commentaires

CAM-V 06/02/2010 09:10


ah au fait, petite remarque qui n'a rien à voir:
la "photo" du satellite que vous avez mis en face du chapitre sur ERBE, est celle d'un satellite... GPS.....


Laurent Berthod 06/02/2010 11:19


Oui, merci de votre remarque. Cela me donne l'occasion de m'expliquer une deuxième fois, ce qui est utile à ceux qui n'ont pas lu ma précédente explication enfouie dans un vieux
commentaire.

Les illustrations des articles de mon blog sont faites pour en faciliter et rendre plus agréable la lecture.

Je m'en tiens à des images libres de droits. Dans toute la mesure du possible je puise dans ma phototèque personnelle. Il se trouve que je n'ai pas encore réussi à photographier un satellite en
orbite, ils passent tous trop vite devant mon objectif !  J'ai donc cherché dans des phototèques en ligne une
photo dans le domaine public. Le choix est limité.

Une idée à retenir donc : les illustrations s'essayent à être en rapport avec l'idée illustrée, mais elles ne la représentent exactement que rarement.


ChanteurDeCharme 06/02/2010 00:54


Très modestement, mon blog est publié sous revereveille.over-blog.com...


Laurent Berthod 06/02/2010 11:35


Oui, excusez-moi pour la confusion que j'ai créée en écrivant "Votre article" au lieu de "L'article que vous avez signalé".

Cordialement.


ChanteurDeCharme 05/02/2010 22:14


Pour mémoire, et tous égards dus à la sacro-sainte transparence, je me déclare incompétent en matière de climatologie mais de formation scientifique qui me permet de comprendre les articles
publiés, agnostique aussi en la matière mais assez convaincu par les travaux du GIEC dont je regrette qu'il se soit laissé polluer par des articles non-peer-reviewed, ainsi que bilingue FR-EN... Et
je publie mes références et mon avis, comme le fait un vrai chercheur qui a, lui aussi, ses doutes ("I have my doubts" - The Cask of Amontillado) :
http://egoborone.free.fr/?p=529


Laurent Berthod 05/02/2010 23:01


Votre article est très intéressant. Je mets donc son adresse sous forme de lien :

You Don’t Need an Education to Save the Planet
Et aussi les deux qui le précèdent :

Wash My World

Waiting For The Sun

Les titres de ces articles sont en anglais mais les articles sont en français !


ChanteurDeCharme 05/02/2010 16:55


Oui, merci à CAM-V pour les références. Je remarque d'abord que le papier de Curry est un post de blog, alors que l'article de Lindzen et Choi se trouve dans GRL (je n'en tire aucune conclusion sur
la validité de la critique - mais enfin, on peut estimer que les arguments de LC ne sont pas à écarter d'un revers de la main). Ce qui interpelle, malgré tout dans cette affaire, c'est qu'on
n'entende virtuellement jamais parler des sceptiques, sauf à épingler par-ci par-là un fumiste ou un imbécile : donc, volonté de déconsidération évidente. Faites une recherche sur Le Monde :
"lindzen", un an. Rien, zéro. Et, aussi, il me semble que de toutes ces controverses il apparaît que les modèles climatiques sont très grossiers, que les interactions sont très mal connues, et
peut-être que les conclusions générales du GIEC ont un degré de probabilité moins élevé que ne le pensent les politiques.
Il est instructif, p.ex. de lire un artcle cité par Curry : http://www.drroyspencer.com/2009/11/some-comments-on-the-lindzen-and-choi-2009-feedback-study/ pour se rendre compte de la somme de
doutes qui s'y trouve. "It is not clear to me just what the Lindzen and Choi results mean in the context of long-term feedbacks (and thus climate sensitivity)". On ne saurait mieux dire...
Tout cela ne serait qu'une discussion scientifique passionnante - comme tant d'autres - sauf que la politique et l'esprit partisans s'en sont emparés. Et reconnaissons que Hansen est tout autant
provocateur que Lindzen !


Laurent Berthod 05/02/2010 19:17


Quand je parcours le blog signalé par CAM-V, malgré mon mauvais anglais et ma méconnaissance des équations de base de la climatologie auxquelles les intervenants font référence avec
virtuosité, j'ai cru comprendre que dans l'article de Lindzen et Choi tout ne serait pas à mettre intégralement ni définitivement à la poubelle. Mais je me trompe peut-être. En tout cas je
partage votre point de vue sur l'ostracisation des scientifiques sceptiques en France (et il n'y a pas que Lindzen, j'en ai cité un certain nombre plus haut).


bofbof 05/02/2010 08:48


Etes-vous seulement capable d'arguments objectifs et rationnels ? Je vous en fournis (article publié, antérieur à Lindzen et Choi, non réfuté et concluant en sens inverse ; réserves prudentes de
Lindzen et Choi eux-mêmes sur le cadre de leurs calculs). Qu'apportez-vous au débat ? J'attends des arguments, pas des invectives.


Laurent Berthod 05/02/2010 14:20


La réponse à votre question figure dans la réponse que j'ai faite au commentaire de CAM-V, que j'ai remercié pour les références dont il a fourni les liens.


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche