Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 20:30

 

OMS

 

Dans un bulletin du 15 juin dernier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recense 3362 cas de contamination par la bactérie Escherichia coli O104:H4, dans 14 pays européens, aux États-Unis et au Canada. Trente sept de ces cas ont été mortels.

 

 

 

hydroponie (2)

 

Samedi dernier, 11 juin, l'origine de la contamination a été confirmée par les autorités allemandes. Il s’agit de graines germées en provenance d'une ferme du nord de l'Allemagne pratiquant l'agriculture biologique .

 

 

concombres

 Je me suis fait attaquer vertement pour avoir prétendu que l’origine de la toxi-infection était due aux concombres bio en provenance d’Espagne. Je n’ai pas vraiment dit ça dans mon précédent article. Je ne tirerai donc aucune gloriole revancharde du fait que, cette fois, il est attesté que le produit incriminé provient d’une ferme bio.

 

 

E. coli (2)

 

En effet, selon Jean Daniel Flaysakier "Ces pousses sont mises (...) à des températures de 37°C. Et pour des bactéries à tropisme digestif, c’est le Club Med ! (...) Il suffit (…) que les pousses aient été légèrement souillées au départ pour que la mise en culture chaude fasse croître de façon exponentielle la quantité de bactéries. C’est cette énorme quantité ingérée, ce qu’on appelle l’inoculum, qui a fait que des adultes jeunes en pleine forme aient pu être malades à ce point."

 

 

thermostat--2-.jpgJe n’ai pas pu vérifier que ces graines sont bien mises dans une atmosphère à 37° pour les aider à germer, mais le Codex alimentarius* confirme qu’en général, les procédés de germination employés pour la production de germes exigent le maintien des graines dans un milieu chaud et humide pour une période de deux à dix jours.

Le facteur de risque principal pour ce produit est donc la température à laquelle on fait germer les graines. C’est pourquoi il faut être d’autant plus vigilant sur les sources possibles de contamination.

 

 

Dans le cas qui nous occupe on ignore, et on ne saura peut-être jamais, d’où vient la contamination qui a touché l’exploitation où les graines étaient mises à germer. Parmi les plus probables, il y a trois possibilités :

  

DSC06533

 

- défaut d’hygiène du personnel

 

 

 

eau--3-.jpg

 

- eau avec laquelle on humidifie les graines pour les faire germer, souillée par le bacille.

   

Soybean (4)

 

 - graines achetées porteuses du bacille.

 

 

 

 

Dans un document du Codex alimentarius* datant de 2003 on lit :

 

Soybeans (4)

Ces dernières années, les graines germées ont vu leur popularité s’accroître considérablement. Elles sont beaucoup appréciées pour leur valeur nutritive. Cependant, le nombre croissant de cas d’intoxication alimentaire associés aux germes crus soulève des inquiétudes chez les organismes de santé publique et les consommateurs quant à l’innocuité de ces produits.

 

Et encore :

Les enquêtes sur les flambées d’infection indiquent que les micro-organismes trouvés sur les germes proviennent généralement des graines.

 

AbreuvoirLa plupart des graines fournies aux producteurs de germes sont produites pour les cultures fourragères et les pâturages et n’ont donc pas fait l’objet des bonnes pratiques agricoles permettant de prévenir la contamination microbienne des graines destinées à la germination, notamment à cause de la mauvaise utilisation d’engrais naturels ou d’eau d’irrigation contaminée.

 

Mais enfin, quand même, en principe, les graines fournies pour faire des germes bio doivent elles-mêmes être des graines bio provenant d’exploitations bio.

 

Cet épisode infectieux a été l’occasion de fantasmes nombreux, multiples et infondés sur Internet. Je ne m’attaquerai qu’à un seul d’entre eux.

  

labo (4)

 

La souche du bacille en cause étant résistante à plusieurs antibiotiques, il ne pouvait donc s’agir, pour les esprits tordus, que de bactéries modifiées génétiquement dans des laboratoires fous et/ou militaires, relâchées volontairement ou accidentellement dans l’environnement. Certains ont été jusqu’à imaginer un complot pour discréditer l’agriculture bio au profit des multinationales comme Monsanto. En réalité la bactérie était effectivement résistante à plusieurs antibiotiques mais parfaitement sensible à beaucoup d’autres, couramment utilisés en médecine.

  

 

Hotel-Dieu---Copie--2-.jpgSi les antibiotiques n’ont pu être utilisés pour combattre la maladie, nous apprend la Société française de microbiologie, c’est tout simplement qu’il est fortement déconseillé de traiter massivement par antibiotiques les sujets atteints sous peine d’aggraver l’état clinique du patient. En effet, la lyse bactérienne observée lors d’un traitement antibiotique entraîne la libération d’endotoxines bactériennes aggravant la symptomatologie.

 

 

 

charolais.jpgPour ce qui est de l’infection par les steaks hachés, actuellement en cours en France, il ne s’agit pas de la même souche d’Escherichia coli. Un article de Jean-Daniel Flaysakier apportera au lecteur intéressé toutes les informations utiles sur les précautions à prendre pour consommer des steaks hachés, dont ont sait depuis fort longtemps qu'il s'agit  de produits à risque.

 

 

 

 

NB1 Personnellement je n'aime pas les pousses de soja et n'en mange quasiment jamais.

 

maïs épis

 

S'agissant de graines, je préfère nettement le pop-corn ! J'aime beaucoup les steaks hachés et comme j'ai le goût du risque, je les mange plutôt saignants !

  

 

 

 

NB2 Les écolos, les OGM, le bio

 

La surface mondiale cultivée certifiée bio est estimée à 37, 5 millions d’hectares fin 2009, selon Elisabeth Mercier, directrice de l’Agence Bio, en hausse de 6% par rapport à 2008.

  

supergicies-GM.JPGEn 2010, 148 millions d’hectares ont été cultivés avec des OGM dans le monde (+10 % par rapport à 2009) ! Depuis quinze ans qu'on cultive des OGM dans le monde, aussi bien pour l'alimentation humaine que pour l'alimentation animale, on n'a pas détecté un seul cas de maladie lié à leur ingestion, encore moins un seul mort, mais les écolos  nous bassinent avec le principe de précaution.

 

morts--2-.jpg

 

Des germes bio font plus de trente morts en quelques semaines. A-t-on entendu les écolos ? Vive le bio, brevet qui met à l'abri de leurs imprécations !

 

 

 

 

* La Commission du Codex Alimentarius a été créée en 1963 par la FAO et l'OMS afin d'élaborer des normes alimentaires, dont les buts sont la protection de la santé des consommateurs, la promotion de pratiques loyales dans le commerce des aliments et la coordination de tous les travaux de normalisation ayant trait aux aliments entrepris par des organisations aussi bien gouvernementales que non gouvernementales.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Bio
commenter cet article

commentaires

Cultilandes 25/06/2011 19:44


Au sujet de la posture de Mamère contre l'approvisionnement lointain, si les graines viennent d'on ne sait où, elles ont quand même été "cultivées" sur place, par ses employés!


Cultilandes 25/06/2011 17:41


Encore une intoxication qui serait due à des graines germées. Cette fois dans un centre de loisirs de Bègles, ville dont le maire est Noël Mamère!
Graines achetées chez Jardiland, en partie "bio", et mises à germer par les animateurs du centre de loisirs... ou la cantine municipale...?

http://www.sudouest.fr/2011/06/25/la-piste-principale-mene-a-begles-435619-654.php#xtor=EPR-260-[Newsletter]-20110625-[zone_info]


Laurent Berthod 25/06/2011 18:37



Pour lire l'article de Sud-ouest cliquer ici.


Un prochain article pour ce blog ? Attendons d'en savoir plus.


En attendant, il est pour le moins curieux d'entendre Noël Mamère - qui, par ailleurs, n'hésite pas à accuser beaucoup de gens, industriels, fonctionnaires, etc. de tout un tas de choses qui
n'ont pas l'heur d'entrer dans le catéchisme écolo - dégager la responsabilité de sa municipalité, non pas au nom de ce qu'il n'est pas encore prouvé par des tests bactériologiques que les
graines germées de sa kermesse sont à l'origine de l'intoxication, ce que l'on pourrait encore admettre, mais au motif que ce n'est pas la municipalité qui a introduit les bactéries dans les
graines ! (Entendu dans une déclaration radiophonique).


Il a aussi déclaré que c'est la faute à la mondialisation de la production agricole. Et bien, que n'a-t-il donné la consigne aux services municipaux qui ont acheté les graines de se les procurer
auprès d'une Amap locale plutôt qu'à la grande distribution, en l'occurence la grande chaîne de jardinerie Jardiland ?


En voilà un qui se défile et fuit ses responsabilités comme on a rarement vu. Georgina avait déclaré qu'elle était responsable mais pas coupable, lui il affirme qu'il n'est pas responsable.
Un irresponsable 100% en somme !



iris 20/06/2011 10:17


1) Cette histoire ressemble à un tapis de noeuds tricoté par les journalistes, et ils se sont pris les pieds dedans. Mais ils ne sont pas tombés de très haut ;-) , ne se sont rien brisé, s'en
fichent de qui paye et courent vers d'autres chaudrons.
2) N'y a-t-il pas tous les jours un certain nombre de personnes victimes d'intoxication par l'escherichia coli ( au nom si évocateur, mdr ) ? Depuis l'affaire du concombre y en a-t-il vraiment
davantage qu'avant , sur une population donnée ? le nombre de morts est-il supérieur à la norme habituelle ? et les critères retenus pour caractériser les victimes ( âge, état de santé
etc...)donnent-ils des résiltats différents sur la période "concombre à steak haché" ?
Enfin, comment les choses se passent-elles dans la réalité ? consommateurs affolés, toubibs alertés , journalistes gesticulant vocalement et touillant à plaisir etc...Bon , j'admets, c'est une
vision peu scientifique des choses...
3 ) Cet épisode révèle au moins l'évidence que le concept de l' agriculture bio est une foutaise ; non pas pcq des gens sont tombés malades par l'agent ...machin-chia.. ( l'humanité atteinte de
diarrhée non stop depuis la nuit des temps est un truisme..), mais parce que on est bien obligé d'admettre que les produits bio ne sont pas plus sains que les autres, voire moins, puisque davantage
exposés aux bactéries pathogènes du fait de certaines techniquesde culture.
J'insiste pour dire que l'AB n'est pas, à mon sens, mauvaise en soi, mais elle n'est certainement pas meilleure comme on veut le faire croire pour mieux l'imposer.
Dans tout ça il me semble que dans vos 2 articles successifs sur la question vous avez maintenu le cap. Bravo, vos billets sont d'envergure.


Laurent Berthod 20/06/2011 23:27



Merci pour votre appréciation.


Il m'arrive cependant d'avoir des remords d'écrire trop vite.


Par exemple quand j'ai écrit : « Je n’ai pas vraiment dit ça dans mon précédent article », ce n'était pas exact. Je me suis relu. J'ai bien mis en cause les concombres bio
espagnols (sur la foi d'informations officielles et non d'une rumeur, comme on m'en a fait le reproche). J'ai seulement signalé qu'il n'était pas exclu que la contamination ait eu lieu en
aval de l'exploitation bio, ce qui signifiait que le mode d'exploitation bio n'aurait alors pas été en cause. Le fond de mon message, qui portait sur la façon dont la
presse parle du bio et sur les allégations santé qui servent à vendre l'image du bio au public n'en est pas moins parfaitement fondé.


Je présente néanmoins mes excuses à mes lecteurs pour l'affirmation un peu rapide que je n'avais pas mis en cause les concombres bio. Mea culpa !



Listo 19/06/2011 23:43


Mais finalement, que s'est-il passé à propos des concombres? J'avais cru comprendre qu'ils étaient bien contaminés mais par une autre souche, était-ce bien le cas? Je lis dans ce très intéressant
billet que c'est la souche O104:H4 qui est incriminée finalement. Mais il me semblait que c'était justement celle sur les concombres. je ne comprends plus très bien.
Si quelqu'un peut m'éclairer, merci.


Laurent Berthod 19/06/2011 23:58



Excellente question ! Votre question me renforce dans l'idée que notre système journalistique est en dessous de tout. Peut-être pouvez vous essayer de poser la question à Jean-Daniel Flaysaquier
sur son blog. Il ne sait pas toujours tout mais je ne
l'ai jamais surpris à dire des bêtises. C'est précieux !


 


Bien à vous.



Rémi Aubry 19/06/2011 22:32


Bonsoir Laurent,
Je trouve intéressant le traitement médiatique de cette affaire: le bio ne pouvant pas être mauvais - selon certains et sûrement nombre de gens de médias - aucun média n'a souligné le fait que
l'origine des produits contaminés est une ferme bio. Comme si ce tabou du bio / bon était profondément incrusté chez ces gens.
De même, l'ampleur du dol subi par tous les maraîchers du fait de la publicité autour du "concombre tueur" selon la rumeur relayée en masse par ces mêmes gens, n'est pas mis en perspective. Et
surtout, aucun de ces "lanceurs d'alerte" ne sera tenu pour responsable des dégâts occasionnés: le contribuable payera, sans doute pas à la hauteur des dommages subis (c'est le côté financier), nos
oiseaux de presse resteront innocents, c'est à dire irresponsables, et pourront aller sévir ailleurs, sur d'autres sujets (c'est le côté moral).
En tous cas, merci de tenir le coup sur votre blog salutaire.
Bien amicalement.
Remi (je suis assez peu "grenello-compatible")


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche