Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 18:33

 


img002 (2)
Le titre du présent article m’est venu de la lecture du livre de Benoît Rittaud intitulé Le Mythe climatique. Page 189, on peut y lire :



« Le réchauffement, c’est le refroidissement. En anglais, cela donne Global warming can cause global cooling (un réchauffement global peut causer un refroidissement global), qui est le titre d'un entrefilet de Jeff Poling en 1999, résumant un article paru dans la revue Nature en juillet de la même année (…). Nulle trace d'ironie dans cet article qui explique en substance qu'un réchauffement global ferait fondre la glace de la banquise et provoquerait l'arrêt du Gulf Stream qui réchauffe les côtes de l'Europe de l'Ouest, abaissant brutalement et durablement la température de cette partie du monde. (Notons que, malgré encore quelques annonces sporadiques, plus personne ne craint pour de bon la réalisation d'un tel scénario à l'échelle des prochains siècles.) »

J’en ai conclu que si le réchauffement global avait le pouvoir de refroidir une bonne partie de l’hémisphère nord, il pouvait aussi bien refroidir la petite vallée du Rhône.

vendredi-19-decembre-2008-Vaison.jpgLe contenu du présent article, quant à lui, se veut une réponse, que je sais très imparfaite, à la critique formulée par un commentateur à l’article Mon village à l'heure du réchauffement climatique. A propos de cet article, qui se voulait surtout humoristique, ce commentateur me reprochait d’utiliser une démarche non quantitative et basée seulement sur des impressions subjectives, lorsque j’affirmais que depuis 2007 les hivers sont de plus en plus froids dans le Haut-Vaucluse, et de n' apporter à l’appui de ma thèse ni chiffres ni moyennes.


Je ne dispose pas de thermomètre enregistreur dans ma maison de campagne, ni même de thermomètre à minima et maxima. Mais, s’agissant du village de Richerenches et de ses environs, dans le Haut-Vaucluse, dans la Drôme méridionale et dans la vallée du Rhône, je possède des photos, répertoriées et datées.

2010---7-mars--l-autoroute-aire-de-la-Bouterne-Mercurol--6-.jpg

L’épisode neigeux très important de ce dimanche 7 mars 2010 m’a donné l’idée de faire une petite rétrospective.




On pourra ainsi observer à des moments semblables de l'année la floraison des arbres fruitiers et l’enneigement sur les sommets et en plaine.

2008 - 19 février Montségur sur Lauzon, amandier en fleur

19 février 2008 - Montségur-sur-Lauzon, amandiers en fleurs.

44° 21′ 41″ Nord
  4° 51′ 37″ Est

Altitude : 112 m




2010 - 11 février (3)

11 Février 2010 – Richerenches, vignes sous la neige

44° 21′ 37″ Nord
  4° 54′ 47″ Est
Altitude : 152 mètres



2010-14-fevrier--14-.jpg

14 Février 2010 – Marsanne sous la neige

44° 38′ 40″ Nord
  4° 52′ 25″ Est
Altitude : 140 mètres





2008 - 8 mars Nyons, mimosa


8 mars 2008 – Nyons, mimosa en fleurs

44° 21′ 37″ Nord
  5° 08′ 23″ Est
Altitude : 234 mètres








2008 - 14 mars Valréas, pêchers en fleurs (5)

14 mars 2008 – Valréas, pêchers en fleurs

44° 23′ 06″ Nord
  4° 59′ 28″ Est
Altitude : 158 mètres

 



2009 - 13 mars 2009 Valréas, abricotiers en fleurs (2)


13 mars 2009 – Valréas, abricotiers en fleurs






2010 - 7 mars, Richerenches

7 mars 2010 – Richerenches sous la tempête de neige







2010 - 7 mars, l'autoroute aire de la Bouterne Mercurol (2)7 mars 2010 – Autoroute A7, aire de repos de la Bouterne – Arbres fruitiers en fleurs (de neige) !

Près de Mercurol
45° 04′ 37″ Nord
  4° 53′ 30″ Est
Altitude : 110 mètres


2009 - 13 mars 2009 Valréas, abricotiers en fleurs (1)
13 mars 2009 – Au fond, derrière les abricotiers, la montagne de la Lance, presque entièrement "déneigée".

44° 27′ 27″ Nord
       5° 06′ 03″ Est
Altitude : 1338 mètres






2010 - 6mars La montagne de la Lance
6 mars 2010 – La montagne de la Lance. Avec l’épisode neigeux de ce dimanche et la météo de la semaine, il n’y aura pas photo entre les couvertures neigeuses de la montagne de la Lance le 13 mars 2010 et le 13 mars 2009.



2008 - 4 mai Le Ventoux
4 mai 2008 – Le Ventoux

44° 10′ 28″ Nord
  5° 16′ 44″ Est
Altitude : 1912 mètres





2009 - 2 mai, Le Ventoux sous la neige (2)

2 mai 2009 – Le Ventoux







2009 - 16 mai, dernier jour de neige sur le Ventoux (3)


16 mai 2009 – Le Ventoux, dernière neige de l’année.






UK sous la neige 07-01-2010
Personnellement, je pense que le refroidissement des hivers dans le Haut-Vaucluse depuis 2007 est bien réel. J’ai trouvé sur un forum, sans avoir pu recouper l’information, qu’un tel refroidissement était constaté en Grande-Bretagne. Les derniers hivers ont été aussi très froids en Asie centrale. Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer ce refroidissement apparent de l’Europe et de l’Asie : l’oscillation nord atlantique ou le cycle solaire de faible activité dans lequel nous sommes entrés.



23 janvier 2010

Compte tenu de la périodicité et de la durée de ces deux phénomènes cycliques, si l’une ou l’autre de ces explications est exacte, alors nous avons encore quelques hivers désagréables à passer. Vive le réchauffement climatique ! Je peux vous garantir que c’est en tout cas ce que pensent tous les forains frigorifiés sur leurs marchés !



           C’est tout pour aujourd’hui !


Bibliographie

img002 (2)Le mythe climatique, Benoît Rittaud, Éd. du Seuil, coll. Science ouverte

Je recommande chaudement cet ouvrage écrit par un mathématicien, maître de conférences à l’université Paris-XIII. Il met en perspective, d’un point de vue méthodologique et épistémologique, la thèse du réchauffement climatique d’origine anthropique, de façon claire et accessible à un vaste public. On y trouve en outre des considérations passionnantes sur des sujets comme le rasoir d’Occam, le pari de Pascal ou encore sur le bon et le mauvais usage des statistiques.


Les partisans de la thèse du réchauffement climatique anthropique, qu’il dénomme carbocentristes, qui lui opposeraient qu’il n’est pas climatologue, le verraient leur apporter la réponse suivante, que je partage totalement, surtout après la lecture de son livre :

En l'espèce, puisque les carbocentristes affirment l'existence d'un
consensus parmi les scientifiques, ils doivent être à même d'emporter l'adhésion non seulement du grand public ou des décideurs, mais également des spécialistes des disciplines connexes. « La science est une et indivisible », et les mathématiques en font partie. Loin d'éloigner du débat sur le carbocentrisme, elles en constituent un point d'appui essentiel. Cela n'a d'ailleurs rien d'étonnant car, pour ce qui est des prévisions météorologiques ou climatiques, les mathématiciens sont chez eux depuis l'Antiquité. Dès la Grèce ancienne, en effet, c'est l'astronomie mathématique qui permet de décrire avec précision des phénomènes comme le retour des saisons. Le plus grand traité antique de description du ciel, celui de Ptolémée, porte le titre de Grande Syntaxe mathématique. Plus près de nous, au milieu du xxe siècle, c'est bien à un mathématicien, Milutin Milankovitch, que nous devons la théorie aujourd'hui la mieux à même de décrire le retour des périodes glaciaires. Plus près de nous encore, les origines de la « théorie du chaos » ont mêlé les modèles climatiques d'Edward Lorenz aux mathématiques d'Henri Poincaré, de Steven Smale et d'autres. Et l'on se doit enfin, bien sûr, d'évoquer les nombreux outils statistiques utilisés en permanence par les climatologues pour l'analyse de leurs données.
 

 

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Clair de Lune 16/09/2010 01:03


Entièrement d'accord avec vous, Géronimo.

"« Quand j'essaye d'expliquer le réchauffement climatique à des gens en Iran ou en Turquie, ils n'ont pas la moindre idée de ce dont je parle. Leur vie se résume à survivre jusqu'au lendemain, à
trouver leur prochain repas. La culpabilité écologique est un luxe de pays développé. C'est la nouvelle religion de populations urbaines ayant perdu leur foi dans le Christianisme. Le rapport du
GIEC est leur bible. Al Gore et Lord Stern sont leurs prophètes. »"

Ce passage résume bien la débilité et la dangerosité de l'écologisme ( l'écologie politique donc ).


Géronimo 15/09/2010 21:31


Heureux de trouver un blog on l'on s'interroge sainement.
Je suis comme tous, dubitatif, comme dirait Pierre Desproges.
Je ne peux résister à ce copié/coller qui est à l'origine de la "polémique" (Victor) et comme tous, j'aime bien l'avis des vrais scientifiques

Le : 01 Septembre 2009
L'homme qui dévoile l'arnaque du réchauffement climatique

James Delingpole parle au Professeur Ian Plimer, le géologue australien, dont le dernier livre montre que le « réchauffement climatique d'origine humaine » est une fiction ruineuse et dangereuse,
un « luxe de pays développé » sans aucune base scientifique. Honte aux éditeurs qui n'ont pas voulu de ce livre!

Spectator

Imaginez à quel point le monde serait merveilleux si le réchauffement climatique d'origine humaine n'avait été qu'une fiction dans l'imagination d'Al Gore. Plus de ces fermes éoliennes immondes
étendant leur ombre sur le haut pays. Plus de factures d'électricité délirantes, augmentées artificiellement par une taxe carbone instaurée par l'Union Européenne. Plus besoin de prendre chaque
jour de douceur ensoleillée comme le terrible présage d'un désastre écologique à venir Et, finalement, plus besoin du projet de loi de limitation des émissions de carbone à 7.400 milliards de
dollars - la plus haute taxe de l'histoire américaine - que le président Obama et ses partisans essayent sans relâche d'imposer à l'économie des Etats-Unis.

N'imaginez plus, votre bonne fée est ici. Son nom est Ian Plimer, professeur de géologie minière à l'Université d'Adélaïde, et il a récemment publié Heaven And Earth , un livre qui fera date et
changera pour toujours la façon dont nous pensons au changement climatique.

« L'hypothèse comme quoi l'activité humaine pourrait créer un réchauffement global est extraordinaire parce qu'elle est contraire à tout ce que nous enseignent la physique du soleil, l'astronomie,
l'histoire, l'archéologie et la géologie », explique Plimer, et bien que sa thèse ne soit pas nouvelle, il y a peu de chances que vous l'ayez entendue exprimée avec autant de vigueur, de certitude
et d'autorité scientifique. Alors que d'autres sceptiques comme Bjorn Lomborg ou Lord Lawson of Blaby se préparent soigneusement à approuver les prédictions les plus modestes du Groupe
Intergouvernemental d'experts sur l'Evolution du Climat (GIEC), Plimer ne cède pas un pouce de terrain. La théorie du réchauffement climatique d'origine humaine, explique-t-il, est la plus grande,
la plus dangereuse, et la plus ruineuse manipulation de l'histoire.

Pour comprendre, allons à la rencontre du bon professeur. L'homme a le teint hâlé, les trais rudes, les cheveux blancs, la soixantaine - courtois et jovial mais combatif quand il faut l'être - et
rayonne de la santé d'un homme qui a passé la moitié de sa vie dans des expéditions sur le terrain en Iran, en Turquie et dans son cher Outback australien. Et il est assis dans mon jardin à boire
du thé pendant un de ces jours que George Monbiot du Guardian aimerait faire interdire. Un beau jour doux et ensoleillé.

Alors, allons-y, prof. Qu'est-ce qui vous rend si sûr que ce que vous dites est vrai et que tous ces scientifiques qui disent le contraire est faux ?

« Je suis géologue. Nous autres géologues avons toujours admis que le climat change au cours du temps. Nous sommes différents de ces gens qui soutiennent le réchauffement climatique
anthropocentrique par notre compréhension des échelles. Ils ne s'intéressent qu'aux 150 dernières années Notre cadre est de 4.567 millions d'années. Ce qu'ils essayent de faire équivaut à essayer
de comprendre l'intrigue de Casablanca à partir d'une courte séquence de la scène d'amour. Vous ne pouvez pas. Ca ne marche pas.

La force de Heaven And Earth est de restaurer une perspective scientifique à un débat qui a été détourné par « des politiciens, des activistes de l'environnement et des opportunistes ». Il fait
remarquer, par exemple, que la glace des pôles n'a été présente sur terre que pendant 20% du temps géologique; que les extinctions d'espèces sont banales ; que les changements climatiques sont
cycliques et normaux; que le CO2 dans l'atmosphère - auquel l'activité humaine contribue pour une fraction infime - ne représente que 0,001% du CO2 contenu dans les océans, les roches de surface,
les terres et les espèces vivantes; que le CO2 n'est pas un polluant mais une nourriture pour les végétaux; que les périodes les plus chaudes de la Terre - comme lorsque les Romains faisaient
pousser des vignes et des citronniers jusqu'au nord du Mur d'Hadrien en Angleterre - étaient des époques de richesse et d'abondance.

Tout ceci sont des faits scientifiques avérés - plus que ce que vous pouvez dire de ces modèles informatiques dégorgeant leur flot de scénarios de fin du monde avec des températures inexorablement
croissantes, des îles submergées et des banquises qui s'effondrent. Plimer n'accorde aucune confiance à ces modèles parce qu'ils semblent n'avoir peu ou pas de prise avec la réalité observée.
« Je suis un scientifique de terrain. Je suis dehors chaque jour, enfoncé dans la m... jusqu'au cou à récolter des données brutes. Et c'est pourquoi je suis si sceptique quant à ces modèles, qui
n'ont rien à voir avec la science ou l'empirisme mais se contentent de torturer les données jusqu'à ce qu'elles se confessent. Aucun d'entre eux n'a prévu la période de refroidissement global dans
laquelle nous nous trouvons. Il n'y a pas de problème de réchauffement climatique. Il a cessé en 1998. Les deux dernières années de refroidissement ont effacé presque trente ans d'augmentation de
température.

La position sans compromis de Plimer ne l'a pas rendu populaire. « Ils disent que que viole les vaches, que je mange les bébés, que je ne sais rien sur quoi que ce soit. Ma lettre favorite est
celle qui dit: « Cher monsieur, allez vous faire foutre ». J'ai aussi eu droit à une manifestation à Sidney lors du lancement d'un de mes livres, et j'avais une mère venant vers moi en tenant son
gamin de deux ans dans les bras en disant : « Vous n'avez donc aucune moralité ? L'avenir de cet enfant est en train d'être détruit. » Typique du personnage, Plimer lui rétorqua vigoureusement: «
Si vous êtes tellement inquiète, pourquoi avoir eu un enfant ? »

Cette approche pragmatique doit sans doute quelque chose à l'éducation du jeune Ian à Sydney, dans une situation financière difficile. Son père souffrait de sclérose multiple, laissant sa mère
élever trois enfants sur le seul salaire d'une institutrice.

« Nous ne pouvions pas nous offrir une télévision - bien que la télé soit arrivée en Australie dès 1956. Nous utilisions le même sac en papier brun encore et encore pour nos déjeuners à l'école,
nous éteignions toujours les lumières, non à cause d'un quelconque impératif moral, mais par pure nécessité. »

L'écologisme moderne l'irrite profondément, notamment parce qu'il est mené par des gens qui sont trop riches.

« Quand j'essaye d'expliquer le réchauffement climatique à des gens en Iran ou en Turquie, ils n'ont pas la moindre idée de ce dont je parle. Leur vie se résume à survivre jusqu'au lendemain, à
trouver leur prochain repas. La culpabilité écologique est un luxe de pays développé. C'est la nouvelle religion de populations urbaines ayant perdu leur foi dans le Christianisme. Le rapport du
GIEC est leur bible. Al Gore et Lord Stern sont leurs prophètes. »

Heaven And Earth est la suite d'un livre de vulgarisation publié par Plimer en 2001, appelé A Short History of Planet Earth. Il se basait sur dix années d'émission radio sur ABC destinées aux
habitants des zones rurales. Bien que le livre soit un best-seller et gagne un prix Euréka, ABC refusa de publier la suite, de même que les autres éditeurs majeurs que l'auteur approcha.

« Il y a ici beaucoup de gens qui ont peur . Personne ne veut aller contre le paradigme à la mode. »

Puis, quelqu'un l'a mis en relation avec un minuscule éditeur perdu au milieu du bush – « Le mari, l'épouse, trois enfants, si pauvres qu'ils n'avaient même pas de rideaux ». - et ils ont dit
oui.

Plimer se retint de réclamer une avance qu'ils ne pouvaient clairement pas se permettre. Mais quelque chose de remarquable est arrivé. Les 5 000 exemplaires de la première édition furent écoulés en
deux jours seulement. Cinq autres éditions ont rapidement suivi. L'ouvrage a été vendu à 26 500 exemplaires rien qu'en Australie - avec des perspectives tout aussi réjouissantes pour l'Angleterre
et les Etats-Unis. Il est même question d'une édition destinée à la très verte Allemagne.

Mais entre tous, les Australiens, avec leurs feux de brousse et leurs sécheresses prolongées, ne devraient-ils pas être les derniers à souscrire à son message

« Ah, mais l'homme de la rue n'est pas un imbécile. Je reçois parfois jusqu'à 1 000 lettres et emails par jour de gens qui se sentent impuissants, désabusés et carrément malades de toutes les
aberrations qu'ils entendent sur le réchauffement climatique de la part de gauchistes urbains qui ne savent même pas d'où viennent leur viande ou leur lait. »

En outre, l'économie australienne est particulièrement vulnérable aux effets de l'alarmisme sur le changement climatique

« Bien que disposant de 40% des réserves mondiales d'uranium, nous n'avons pas l'énergie nucléaire. Nous nous reposons sur des tonnes de charbon à bon marché. 80% de notre électricité vient du
charbon et les producteurs d'aluminium s'agg


antianthropomorphiste 15/04/2010 10:52


Superbes photos, et bravo (j'en suis sensible en tant qu'ancien Géorgaphe) d'avoir indiqué précisément la latitude et la longitude des endroits photographiés, car j'ai remarqué une chose : les
"réchauffistes" ne donnent jamais ce types d'exemples.
Apparemment, ils sont fâchés avec la géographie!


Laurent Berthod 16/04/2010 22:31



J'ai beaucoup d'estime pour la profession des géographes. Parmi les sciences humaines, ils me semblent, avec les historiens, être les plus intéressants, les plus productifs et les plus
rationnels. Enfin, n'oublions pas totalement les économistes. Vous me démentirez si je me trompe, mais je crois me souvenir que Marcel Leroux était géographe. Avec l'idée de l'anticyclone
mobile polaire (AMP) il a, me semble-t-il, apporté un concept utile et injustement méprisé des météorologues et climatologues.


Merci de votre appréciation.


Bien à vous.



jean 01/04/2010 18:25


Bonjour Laurent,

Moi aussi j'ai eu froid cet hiver. Voici les données objectives qui vous manquent:

source: http://www.ncdc.noaa.gov/sotc/?report=global&year=2010&month=1

"Si l’Europe et la Russie ont eu des températures plus froides que la moyenne, l’essentiel du reste du monde a connu des températures plus chaudes que cette moyenne.

En moyenne globale, la température en janvier 2010 a été supérieure de 0,6°C à la moyenne des mois de janvier de tout le 20ème siècle. Il s’agit du 4ème mois de janvier le plus chaud depuis 1880.
"

J'ai vu que vous intéressiez à Rittaud, que pensez-vous de ce commentaire d'un de vos collègues blogeur?
http://effetsdeterre.fr/2010/03/27/epistemologie-ou-climatoscepticologie/


Laurent Berthod 02/04/2010 00:45



Merci, Jean, de votre commentaire.


Le présent article ne visait qu'à répondre à la critique qui avait été faite à mon article

ZOE 14/03/2010 17:28


C'est la peur pour vendre la rassurance .Genre : Vous êtez foutus ! .... Mais on est là pour vous sauver ! .... Merci qui ? ..... Merci le Nouille-Age ! ...... En échange de ce sauvetage , nous ne
vous demandons pas grand chose .... Signez là ! Oui , en bas de ce document qui stipule que vous nous donnez vos âmes ....
Je pense que le prochain totalitarisme qui se met discretement en place , se battira sur les ruines des démocraties frileuses et terrorisées . Le grand totalitarisme et sa nouvelle religion
Nouille-Age : Le faschisme écolo-politique structuré selon le modéle des castes indouistes dans lequel chacun trouvera sa place "tout naturellement" . Oui j'en conviend , ce n'est pas drôle ....


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche