Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 20:00

 

ieg gr

 

Ce n’est pas à l'indignation qu’appelle Iegor Gran dans son dernier livre, L’écologie en bas de chez moi, c’est à la révolte.

Avec verve et humour, ce livre traite de l’omniprésence de la nouvelle religion écologiste, de la morale qu’elle prétend nous imposer, de l’exploitation commerciale sans vergogne qui en est faite. Il nous conte les démêlés de l'auteur avec ses voisins d’immeuble auxquels elle conduit et le délitement d’une vieille amitié que provoque la mal-pensance de l'hérétique.

 

 Sur ce terrain proprement littéraire, se déploient des analyses intéressantes et, pour certaines, originales. On appréciera tout particulièrement sa mise en pièce des modèles et des autres sortes de prédictions de l'avenir.

 

Quelques extraits pour donner envie

DSC05375

 

« Un voisin durable, c'est un voisin qui trie ses déchets et me surveille pour que j'en fasse autant. »

 

  

 

DSC05383« Depuis quelques années j’avais remarqué la pandémie, l’encombrement de vélos en bas de chez moi, les poubelles de tri sélectif et leurs mollahs, la dame du 3, escalier C, et le généraliste crétin, toujours aux avant-postes de la surveillance, du contrôle, et, bientôt de la rééducation forcée des récalcitrants… »

 

Nanook

« Home, en particulier, et le prurit écolo, en général, ne manquent pas non plus d’Africains ni d’Esquimaux, qu’ils appellent « populations su Sud », et qu’ils invitent à rester à l’état de sous-développement – message implicite du film ‒ parce que : 1) Ces braves bêtes réduisent leur empreinte carbone au strict minimum, en ne gaspillant pas les ressources fossiles comme le fait l’homme blanc, 2) ils ont appris à se contenter de peu – ils mangent très peu de viande, et 3) ils montrent l’exemple de ce que l’on peut obtenir avec un peu d’ingéniosité, d’huile de coude et de jeûne si l’on fait l’effort de dompter ses besoins consuméristes primaires. »

 

 

HomeOn apprend aussi pourquoi Iegor Gran avait commencé son article paru dans Libération le 4 juin 2009 à propos du film Home de Yann Arthus Bertrand par : « Leni Riefenstahl en avait rêvé, Yann-Dieu l’a fait ».

 

Et que cette entrée en matière sans ménagement a été censurée.

 

sucreDans le palmarès des ventes d’Amazon, L’écologie en bas de chez moi  occupe la 142ème place et la vingt-septième pour la catégorie de la seule litterature française . Si, comme Iegor Gran et moi-même, vous ne supportez plus ce totalitarisme qui nous enveloppe de sa sucrerie poisseuse quotidienne, vous pouvez faire progresser son livre dans le palmarès en l'achetant. À sa lecture vous ne vous ennuierez pas !

 

 

Lire aussi

Culpabilité postmoderne

Les écologistes n'aiment pas l'humanité

Villeurbanne, la ville dont le maire voulait sauver la planète

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article

commentaires

Olivier 11/06/2012 00:44

Monsieur Berthod,

Votre commentaire sur le tri sélectif me surprend. Recycler du verre, du carton, du métal me paraît être un geste de bon sens. Sans vouloir tout recycler on peut quant même tous avec un peu de
bonne volonté, faire quelques petits efforts pour prolonger la vie des matériaux.

Chez moi, il n'y a pas d'incinérateur, au final, les déchets ménagers finissent dans une décharge, quand celle-ci est pleine, il faut en trouver une autre ailleurs avec les risques de pollution
qu'elle génère... Réduire ses déchets, c'est limiter le développement des décharges. Je pense que si l'on triait en amont nos déchets mieux, la facture de la collecte des déchets pourrait baisser
ou au moins ne pas trop augmenter. Sans se prétendre écolo, on ne peut quand même pas tout rejeter (à la poubelle !). Lorsque les grandes surfaces par la pression des pouvoirs publics ont supprimé
aux caisses les sacs-poubelle en plastique, et même si sous me direz que leurs directeurs se sont frotté les mains, aujourd'hui ça se traduit concrètement par des saloperies plastiques en moins
dans le paysage.

Je reconnais que le plastique est une matière fantastique (je vous vois sourire !), son utilisation est omniprésente, mais son recyclage pose problème. J'aimerai bien voir à terme des emballages
biodégradables qui finiraient dans la cheminée ou dans le compost. Si les biocarburants ne sont pas l'avenir, l'agriculture a peut-être un rôle à jouer dans le domaine des emballages. J'aurai aimé
connaître aussi votre point de vue sur les ressources mondiales du pétrole. Le pétrole est partout dans notre existence, quelles alternatives à cette ressource fossile demain ? Nous dirigeons nous
vers le schéma peu enthousiaste du décroissant Pierre Rabhi ?

Pardon pour mon opposition sur ce sujet et merci pour vos articles.

Laurent Berthod 11/06/2012 16:54



Oui, pour le papier et le verre quelques containers bien placés et relevés pas trop souvent ne doivent pas coûter très cher. Et puis ce n'est pas difficile de distinguer les vieux journaux et les
bouteilles vides des autres déchets ménagers. Je les mets donc où il est demandé. Le verre a tendance à colmater les grilles des incinérateurs mais le papier est un excellent combustible,
renouvelable qui plus est, je ne comprends vraiment pas ce que les écolos reprochent au fait de les brûler dans des incinérateurs qui fournissent du chauffage urbain, de l'eau chaude et de la
cogénération à très bon marché.


Ce n'est pas de cela dont je parle, mais des déchets et des emballages alimentaires, bouteilles en plastique, barquettes de viande etc. Les consignes des communes sont incompréhensibles et
variables d'un coin de France à l'autre. En outre, tout ça est collecté fréquemment. C'est ça qui coûte cher.


Pour ce qui concerne les incinérateurs, si les écologistes ne montaient pas les populations contre leurs dangers imaginaires, il y en aurait plus en France et moins de décharges.


Pour les sacs de supermarchés il y a certainement de l'avenir du côté de matières à base d'amidon.


Bien à vous.



Laurent Berthod 10/06/2012 22:24

Mon cher James,

Quand je suis dans mon village dans le Vaucluse, la règle de tri n'est pas la même que lorsque je suis à Paris, laquelle n'est pas la même que lorsque je suis dans ma famille dans le Jura ! J'y
comprends rien et j'envoie tout balader !

En outre une collecte séparée des ordures ménagères revient plus cher au contribuable que tout foutre à l'incinérateur, qui produit pourtant une énergie bon marché, alors même que les élus crient
partout et sans cesse que l'enlèvement des ordures ménagères coûte de plus en plus cher.

C'est tout ça l'écologisme débile.

Bien à vous.

James 09/06/2012 20:23

Trier ses déchets, prendre son vélo au lieu de la voiture est donc une dictature ? Cela me paraît plutôt être des petits gestes simples, des moyens pour chacun d'agir à son échelle qui ne sont pas
issu du fanatisme écologique, mais plutôt du bon sens et de la citoyenneté. Marcher dans une rue d'Amsterdam (où le vélo est largement encouragé par les infrastructures et l'organisation de la
ville) est bien plus agréable qu'une rue de Paris, et je ne parle pas ici de Co2 ou d'autre sorte de gênes qu'on attribue aux fanatiques écologiques. Trier ses déchets ? Pourquoi ne pas faire du
neuf avec du vieux au lieu de tout jeter ? Est ce vraiment une contrainte de choisir entre la poubelle de droite et la poubelle de gauche ?
Et à ce jour aucun voisin n'est venu sonner à ma porte pour réclamer que je trie davantage mes déchets ou surveiller mes émissions de Co2...Ce livre, même s'il use d'ironie et d'humour, me semble
bien exagéré sur les thèmes que vous citez et dénonce des choses qui ne sont en aucun cas négatives.

Delarue 26/02/2011 18:25


Iegor Gran mélange tout, avec une pensée binaire qui ne fait pas honneur à l'esprit humain et au débat citoyen.
Il amalgame à dessein les propos des écotartuffes que sont YAB et Nicolas Hulot avec les tenants d'une réflexion écologique profonde, aux antipodes du capitalisme vert défendu par les 2 zozos
précités.
Iegor Gran développe des arguments superficiels, simples, caricaturaux, en évitant soigneusement de confronter ses pitreries aux arguments plus profonds proposés par des auteurs tels que Pierre
Rhabbi, Nicolas Georgescu-Roegen, etc.
Les vaches sacrées du consumérisme à tout crin sont bien gardées avec Iegor Gran qui ne vaut pas mieux que YAB et Nicolas Hulot.

Louis-Adrien


tang 23/02/2011 18:40


« réclamer le retour à 3 milliards d'êtres humains, comme au jour de sa propre naissance... »

Je trouve cela sensé. La Terre a des ressources finies et donc ne peut pas supporter une population infinie. Sans énergies fossiles bon marché les agriculteurs de demains verront leurs façons
culturales et de mise en marcher changer. Sans faire dans la peur de la science façon Coline Serraut ou dans les sermons en « bon père de famille » façon YAP; je pense que l'agriculture doit s’axer
sur sa «durabilité» (je n'ai pas dit le biologique). C'était d'ailleurs le titre (Sustainability: Learning the lessons of past civilizations ) du numéro de février de la revue CSA news qui regroupe
différentes associations d'agronomes des États Unis (https://www.crops.org/publications/csa-news), c'est un signe de la prise en compte de cet enjeu mondial.


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche