Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2009 1 21 /12 /décembre /2009 20:20



Gerondeau2Dans la revue de presse anti pensée unique 
j’ai signalé l’excellente intervention de Christian Gérondeau, interviewé par Guillaume Durand sur Radio-Classique. Christian Gérondeau y annonçait “l’échec” de Copenhague. Que disait-il ?



voitures4
Les Chinois sont devenus les premiers producteurs mondiaux de voitures et de camions, qui ne vont pas rester au garage.


 

ShangaiIls se sont engagés à limiter l’augmentation de leurs émissions de CO2 à + 6% par an. En effet le seul engagement annoncé était d’améliorer leur efficacité énergétique de 40 % d’ici 2020, soit de 3% par an. La croissance économique de la Chine est de 9% par an. Résultat : 9 % – 3 % = + 6% par an pour les émissions de gaz à effet de serre. Christian Gérondeau nous disait que les Chinois n’en démordraient pas.


Il ne s’est pas trompé. Cela a suffi pour que les USA refusent de s’engager, ce qui était parfaitement prévisible compte-tenu du précédent de Kyoto.


Brasilia
Les cinq grands pays qui ont conclu « l’accord » de Copenhague sont, à l'exception de l'un d'entre eux, dirigés par des gouvernements démocratiquement désignés. C'est le cas des USA, de l'Inde, du Brésil et de l'Afrique du Sud.


Wen JibaoLa Chine pour sa part est dirigée par un pouvoir dictatorial qui sait cependant que la seule légitimité qui lui permette de ne pas être destitué par une révolte populaire, avec tous les risques que cela comporte pour la vie-même de ses dirigeants, réside dans l’amélioration continue du niveau de vie et du bien être de la population chinoise résultant de sa politique.

Sur ce plan là, avec 10 % ou plus de taux de croissance pendant de longues années, 9 % aujourd’hui, et la montée en puissance d’une classe moyenne de plus en plus nombreuse et aisée, on ne peut pas taxer les dirigeants chinois d’amateurisme. On peut donc considérer qu’ils représentent effectivement, bien que fort peu démocratiquement, les intérêts économiques du peuple chinois.


Obama 2
Ces grandes nations, conscientes de l’intérêt de leurs peuples, ont refusé les mesures contraignantes organisant les restrictions et la pénurie proposées par la vieille Europe ou par les ONG vertes irresponsables.



Veronese enlevement d Europe, 1Seuls à avoir signé Kyoto, les gouvernements de la vieille Europe, quant à eux, se sont laissé aller au malthusianisme de par leur alliance ou leur concurrence avec les partis écologistes et de par le poids d’une frange de l’opinion convertie, sous l’influence de ces partis, à la culpabilité postmoderne. Ils devraient réfléchir à leur échec. Car l’échec de Copenhague n’est, en vérité, que l’échec des positions néomalthusiennes.


L’issue de Copenhague est heureuse pour le bien-être des peuples, notamment ceux des pays dits émergents.


CFACTCar, à supposer que l’origine anthropique du présumé réchauffement climatique soit une réalité présentant de graves dangers pour l’avenir de l’humanité, le problème ne sera pas résolu par les mesures qu’essayent d’imposer par la peur et les gesticulations médiatiques les tenants de l’école de pensée écolo-néomalthusienne antihumaniste.


Vinci Vitruve3
Il est plus utile et plus sage de s’inspirer de la culture  humaniste des ingénieurs et de chercher « à en sortir par le haut », comme on dit aujourd’hui, autrement dit par la recherche et l’innovation. Des règles contraignantes et restrictives ne conduiraient qu’à nous appauvrir.



energie
Mieux vaut investir dans la recherche et le développement d’énergies de substitution (et surtout, sans se limiter aux énergies qualifiées de renouvelables, dont on peut douter du potentiel global).




En conclusion, plutôt que d’en arriver à acculer les grandes nations, dirigées par des gouvernants ayant le sens des responsabilités, à botter en touche laborieusement  et avec grande perte de temps et d’énergie, mieux vaudrait débattre d’une politique internationale d’investissement massif dans des programmes de recherche visant à mettre au point et développer des énergies de substitution aux combustibles fossiles.

Raffinerie
Au cas où la théorie du réchauffement climatique anthropique s’avérerait n’être que le produit d’une auto-intoxication des experts du Giec et de certains gouvernants, une telle politique aurait alors pour avantage de préparer l’humanité à se passer des combustibles fossiles, qui seront un jour épuisés.




Delhommais2N.B. Dans Le Monde du 20 décembre, Pierre-Antoine Delhommais, avec son inimitable et cinglante verve ironique, envoie aux pelotes le malthusianisme bobo et bien-pensant. Pour lire sa chronique, cliquer ici.
 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Jean-Gabriel Mahéo 09/02/2010 18:29


CAM-V,

Vous en êtes déjà à l'écran de fumée ? Qui vous a demandé de "donner une note" à mon commentaire ?

Je ne confonds pas tout, et je ne tiens pas à encombrer plus que de raison le blog de Laurent en écrivant des commentaires détaillés, longs et pénibles à lire.
Cela vous permet donc d'étaler votre prétention, et de tenter de faire passer votre contradicteur pour un amateur imprécis. Les lecteurs jugeront.

En tout cas, vous savez maintenant ce que sont un PVD et une infrastructure frigorifique nationale - ainsi que les conséquences de la destruction de la seconde sur les premiers - , et aussi que les
CFC sont bien plus lourd que l'air, que Dupont de Nemours était le détenteur des brevets jusqu'à leurs expirations, qu'il est l'inventeur du substitut (HCFC, caloriporteur moins efficace), et que
le protocole de Montréal lui a permis de ne pas perdre de part de marché, bien au contraire.

Je suis aussi heureux de vous avoir rappelé l'existence de l'Erebus et de ses projections gazeuses - soigneusement ignorées par Paul Crutzen, Mario Molina et Sherwood Rowland, Nobel de chimie 1995,
"pour avoir tout particulièrement montré la sensibilité particulière de la couche d'ozone à l'influence des émissions de substances d'origine anthropique") - , celle du vortex polaire brassant la
stratosphère pendant l'hiver austral, celle du "trou" arctique, et celle du paradoxe "production dans l'hémisphère Nord/trou dans l'hémisphère Sud".

Je vous confirme que l'ozone stratosphérique est produit par le rayonnement solaire, (par des rayons UV haute énergie, apparemment), et qu'elle est détruite de même par le rayonnement solaire UV.
Il est d'ailleurs manifeste que les rayonnements UV ne sont pas seulement bloqués par l'ozone, mais aussi par le dioxygène, selon le cycle 3O22O3 et dans un aller retour permanent.

Voici pour les "approximations inexactes" et les "confusions regrettables".

Je vous laisse donc avec votre ridicule Jouzel, qui est complètement décrédibilisé actuellement, surement du fait de son exactitude, de sa précision, de sa clarté et de son honnêteté.

Salutations,
Jean-Gabriel Mahéo


CAM-V 09/02/2010 13:03


M. Mahéo, vous confondez un peu tout. par exemple le cycle de 11 ans du soleil, et l'inclinaison de l'axe de la planète sur l'ecliptique (les cycles de Milankovitch à 20 000, 40 000, 100 000 ans
etc...). Vous semblez également oublier que le pole Nord et le Pole Sud ne sont pas égaux devant le soleil: la Terre est plus loin du soleil pendant l'hiver austral que pendant l'hiver boréal. de
ce fait, les hivers sont plus rigoureux dans l'hémisphère SUD. Vous n'êtes pas très clairs non plus dans le mécanisme de la destruction de l'ozone, puisque vous attribuez au soleil un rôle de
"fabrication", alors que ce sont les UV solaires qui détruisent l'Ozone durant le printemps antarctique, à la sortie des longues nuits d'hiver pendant lesquelles l'ozone se concentre dans des
nuages stratosphériques. Vous n'etes pas très au fait non plus de la circulation atmosphérique, le vortex polaire isolant le pôle seulement pendant l'hiver. dès la fin du printemps, l'atmosphère
tropicale réalimente l'atmosphère polaire. etc etc etc....
bref: beaucoup d'approximations inexactes, de confusion regrettables, et à la fin un théorie "naturelle" de la diminution de l'ozone qui ne tient pas la route.

Mais comme le disait Jouzel hier dans libé "plus facile de faire passer un mensonge simple qu'une vérité compliquée". ce que vous dites sur la comparaison Nord/Sud "si c'était les CFC, alors
pourquoi seulement au pole Sud et pas au pole Nord" est exactement le reflet de ça. 1/ il y a une raison (compliquée), 2/ c'est un mensonge grossier car et si c'était le soleil ? ça expliquerait
pourquoi le pole Sud et pas le pole Nord ? il éclaire que la moitié de la planète le soleil ?


Jean-Gabriel Mahéo 08/02/2010 21:02


@ CAM-V

1) PVD : Pays en Voie de Développement


2) Il est question, lorsqu'on parle de sécurité alimentaire, d'infrastructures frigorifiques, pas de frigos individuels. Visitez Rungis, ou un abattoir, ou une plate-forme de distribution
alimentaire, ou encore un congélateur de l'infrastructure agro-industrielle nationale, pour comprendre l'importance primordiale que joue cette infrastructure sanitaire dans le développement des
sociétés. Les frigos domestiques ne représentent que le dernier maillon de la chaine du froid.

Comme le rappelle Laurent, c'est effectivement sous la contrainte et la menace, qu'à la suite du protocole de Montréal, on a forcé les PVDs à démanteler leurs infrastructures frigorifiques
nationales, sans leur permettre de les remplacer efficacement et immédiatement par des infrastructures équivalentes, quoique fonctionnant avec des gaz moins efficaces (les HCFC). Les conséquences
de ce protocole ont été désastreuses, et sont peut-être équivalentes à celles de l'interdiction mondiale du DDT, puisque les réseaux de production, de conservation et de distribution des denrées
alimentaires dans les zones équatoriales et tropicales en ont été complètement désorganisés, et que la malnutrition, les disettes et les famines que ces infrastructures permettaient d'éviter se
sont perpétuées.


3) Pour revenir sur le "trou" dans la couche d'ozone australe, je vous demandais de me donner la cause de son existence, ce que vous n'avez pas fait. Je peux vous la donner : c'est le rayonnement
solaire qui produit l'ozone stratosphérique, ce qui explique sa variabilité saisonnière aux pôles (car il y a aussi un "trou" saisonnier au pôle nord, moins remarquable que son équivalent
antarctique), en raison de l'absence de rayonnement solaire lors de l'hiver au Nord et de l'été au Sud (du point de vue de l'hémisphère nord). Voici donc la raison de la variabilité saisonnière des
"trous" dans la couche d'ozone.

Quant à la variabilité de la variabilité saisonnière des "trous", elle répond assez fidèlement à la variabilité de l'activité solaire (dont le fameux cycle de 11 ans). Je n'ai toujours pas compris
pourquoi l'on s'est mis à parler de "destruction" alors que cette "variabilité de la variabilité" était connue depuis longtemps, et que les données n'indiquaient rien d'exceptionnel ou de nouveau à
cet égard.


4) Par contre, j'ai très bien compris que la société Dupont de Nemours, qui détenait les brevets industriels des CFC, lesquels allaient bientôt tomber dans le domaine public (vers la fin des années
80), s'est très bien occupée de préserver son marché, en "inventant" et brevetant un produit de remplacement - les HCFC -, et en soutenant, voire organisant, la campagne mondiale de l'interdiction
des CFC, en s'appuyant sur les puissances néo-malthusiennes écologistes et financières qui inventèrent le "trou-dans-la-couche-d'ozone-de-la mort-qui-tue".
J'ai un livre intéressant à ce sujet, "Ozone, un trou pour rien" (Ed. Alcuin, 1992), très instructif, et que je ne vais pas tarder à mettre en ligne.


5) "si les éruptions de l'Erebus peuvent monter dans la stratosphère, alors les CFC des frigos aussi non ?"

Non.

L'Erebus est en antarctique, en éruption, et propulse violemment dans l'atmosphère des gazs très chauds dans l'air très froid et très agité du vortex polaire. Les particules et molécules de ce
volcan circulent donc très vite dans ce vortex et peuvent atteindre très facilement des altitudes élevées.
Les CFC, quant à eux, sont des gaz aux molécules très lourdes, au point qu'on peut les stocker comme des liquides, si l'on fait attention aux courants d'air. Lorsque s'écoulent dans la nature des
CFC, ils filent immédiatement au point le plus bas possible et stagnent. Ils ont de plus été produits et utilisés pour l'essentiel dans l'hémisphère Nord.
C'est donc un grand mystère, lorsqu'on connaît un peu la circulation atmosphérique terrestre, que la concentration de ces CFC en Antarctique, à des altitudes stratosphériques. L'autre grand
mystère, c'est la modestie du "trou" arctique, puisque, les mêmes causes produisant les mêmes effets, et de plus grandes causes produisant de plus grand effets, on devrait avoir au-dessus de
l'Arctique une catastrophe cataclysmique en termes de destruction de l'ozone stratosphérique polaire.
Mais non, pas du tout, tout est normal de ce coté...


Or donc, tant que le Soleil brillera, nous aurons une couche d'ozone au dessus de nos têtes, et les trous saisonniers polaires continueront de varier par la grâce de l'inclinaison de la Terre par
rapport au plan de l'écliptique, et celle de la bonne volonté de Phébus, qui n'est pas en forme en ce moment.

Et levons l'interdiction mondiale des CFC, les plus efficaces des gaz caloriporteurs, qui n'a aucun fondement scientifique et provient d'une fraude.

Salutations,
Jean-Gabriel Mahéo


CAM-V 08/02/2010 16:17


grace à l'INSEE on peut tout savoir sur tout.
Par exemple, l'indice des prix à la consommation des réfrigérateurs/congélateurs sur les derniers 20 ans :

http://www.indices.insee.fr/bsweb/servlet/bsweb?action=BS_SERIE&ONGLET=1&BS_IDBANK=637790&BS_IDARBO=06000000000000

il apparait que les prix sont "stables" entre 1990 et 1995, chutent continuement de 1995 à 2005, puis se stabilisent à nouveau entre 2005 et aujourd'hui. en 20 ans, les frigos ont perdus environ
15%...

Conclusion: à première vue, le renchériment des réfrigérateurs du à l'interdiction des CFC est un fantasme qui ne correspond pas à la réalité.


CAM-V 06/02/2010 11:39


toujours à propos du trou d'ozone, un excellent site de vulgarisation sur la physique de l'atmosphere et des phénomènes qui s'y produisent :

http://la.climatologie.free.fr/

et en particulier donc :
http://la.climatologie.free.fr/stratosphere/stratosphere1.htm#trou


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche