Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 18:44


La revue de presse à propos du piratage du CRU (Unité de recherche climatique) de l’Université d’East Anglia, unité rattachée au Hadley Center, est très instructive.

Rappelons d’abord brièvement les faits.

Le CRU fournit les données climatiques terrestres aux climatologues du monde entier, notamment à ceux du GIEC. Il a toujours refusé de communiquer les données brutes qu'il collecte partout dans le monde. Il ne diffuse que des données traitées. 


La semaine dernière ses fichiers informatiques ont été piratés et les données recueillies, notamment un peu plus de mille courriers électroniques échangés entre chercheurs, ont été publiées sur Internet.

Que disent ces mails, dont aucun n’a fait à ce jour l’objet de démenti de la part des auteurs ?



Ces mails révèlent des manœuvres peu reluisantes :

- corruption du processus de relecture par les pairs (peer-revew) et de publication dans les revues à comité de lecture

- manipulation les données

- dissimulation de données soumises à l’obligation de publicité

- affichage d’un consensus de façade

- dénigrements de collègues scientifiques

-  refus de donner certaines données aux journaux insuffisamment dociles

- tentatives d'intimidation pour modifier la ligne éditoriale d'un journal

-  évasion fiscale

- utilisation curieuse de certains fonds...
____________________________________________________________________

 


Une lecture partielle des courriels démontre que, dans beaucoup de cas, les climatologues révèlent que leurs propres travaux ne sont pas concluants. Dans d'autres courriels, ils discutent de comment dissimuler des désaccords entre eux afin de présenter une position « unifiée » du changement climatique. Dans au moins un courriel, on conseille à ces climatologues de « renforcer » leurs conclusions au sujet du changement climatique et d'événements climatiques extrêmes parce que les responsables gouvernementaux d'un pays préparaient « un gros événement médiatique ».
____________________________________________________________________

Le lundi 23 novembre et le mardi 24, que nous disent les journaux Français ? Presque rien.

Contrairement à la presse anglo-saxonne et au journal Suisse Le Temps, ils minimisent l’affaire, cachent à leurs lecteurs les enjeux, en prétendant que tout ça n’est fait que pour torpiller Copenhague. Peut-être, mais ils n’en apportent pas le moindre élément de preuve. D’autres hypothèses sont émises par des gens aussi sérieux que nos brillants journalistes français.



Mais, pour s’être trop engagée et s’être mouillée jusqu’au cou, notre presse nationale a du mal à faire machine arrière. Seule Rue 89, qui n’est pas vendue en kiosque et n’est lisible que sur Internet, sauve in-extremis le peu d’honneur qui reste au journalisme français.



Qu’est-ce qui fait si peur à nos journalistes ?



Pendant des années les journalistes français :

Ont donné la parole exclusivement aux pontes du GIEC (Ils continuent de plus belle depuis lundi).

Ont relayé les communiqués des terroristes de Greenpeace et des incompétents notoires que sont Hulot, Yann Arthus Bertrand et le WWF.


N'ont jamais informé leurs lecteurs de la lettre ouverte signée par soixante scientifiques internationaux spécialisés dans des disciplines relatives au climat, adressée le 6 avril 2006 au Premier Ministre canadien, Stephen Harper, contestant les thèses du GIEC, ni du "Report of the nongovernmental international panel on climat change" intitulé en français "C'est la nature, et non l'activité humaine qui détermine le climat", publié le 3 mars 2008 par un panel international de vingt-quatre scientifiques de haut niveau, ni de la pétition dite de l'Oregon, signées par 9000 docteurs en science.




N'ont jamais donné la parole au grand climatologue Richard Lindzen.  






Ont refusé d'écouter Allègre et Courtillot , les ont agonis d'injures et trainés dans la boue, traitant le premier de vieux fou solitaire et le second de falsificateur.





 N'ont même pas signalé à leurs lecteurs les doutes sérieux que commençaient à émettre quelques solides piliers du GIEC à Genève en septembre dernier.




Ont méprisé leurs lecteurs, dont certains d’une culture scientifique très supérieure à la leur, qui allaient farfouiller un peu plus loin qu'eux.


Aujourd’hui ils ne comprennent pas pourquoi la presse française se meurt.


 
La presse a parfaitement le droit de prendre parti pour les thèses du GIEC. Ce qu'on est en droit de lui reprocher c'est de cacher à ses lecteurs que des scientifiques sérieux, et de haut niveau, du monde entier, pas seulement Allègre et Courtillot, contestent les thèses du GIEC.



Les journalistes ne sont pas des journalistes, ce sont des militants. Les journaux ne sont pas des journaux, ce sont des tracts.


Laissons, provisoirement, le mot de la fin à
Keith Briffa, du CRU, qui, dans un e-mail révélé par le piratage, a eu ce cri du cœur : "Je me suis donné beaucoup de mal pour trouver un équilibre entre les besoins de la science et ceux du GIEC qui ne sont pas toujours les mêmes."

 

Bibliographie :

Daily Telegraph , Guardian , Wall Street Journal , Le temps , Rue 89 , Le Monde ,

Libération
 , Libération , L’Express , Le Point , Le Nouvel Observateur , Une excellente

synthèse


Le Figaro : je n'ai rien trouvé.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Climat
commenter cet article

commentaires

Laurent Berthod 29/11/2009 18:36


Un entretient très intéressant avec Claude Allègre est publié dans Le Figaro Magazine de vendredi. Intitulé « L'écologie des Verts, c'est la philosophie du déclin », on peut y lire :

« [Ces climatologues] ont réussi à tirer beaucoup d'argent pour des recherches qui ne servent qu'à faire tourner leurs modèles d'ordinateurs, sans aucune considération pour l'observation. »

Et :

« Quand les climatologues ne comprennent pas la physique, le rôle exact des nuages, du cycle de l'eau, des aérosols et surtout de l'océan, les ordinateurs moulinent dans le vide et c'est tout.
Aussi puissants soient-ils ! »

Claude Allègre ne fait que rappeler ce que tout scientifique ou tout ingénieur ne doit jamais oublier : un modèle non vérifié empiriquement n’est tout au plus qu’une hypothèse.

A lire sur : http://www.lefigaro.fr/environnement/2009/11/28/01029-20091128ARTFIG00167--l-ecologie-des-verts-c-est-la-philosophie-du-declin-.php


rageous 28/11/2009 15:17


je n'avais pas lu Libé, encore un bel exemple de désinformation, de dénigrement, bref un niveau de recherche du sujet volontairement superficiel, par contre les échanges des commentaires qui
suivent sont pertinents, Papy-Jako amène habilement qqs internautes sur leurs contradictions et leurs idées reçues, c'est du grand art de plus avec humour et arguments incontestables c'est
imparable. Un exemple à suivre...

Pour éviter que ça fasse pshittt, je crois qu'il y'a encore un paquet de mails à décrypter et à replacer dans leur contexte, pour le moment ils dévoilent tous un intérêt certain sur les manières
utilisées par ces éminents scientifiques et sur le reste du piratage, les dossiers sur les données, elles aussi montrent des traficotages suspects!
http://wattsupwiththat.com/2009/11/25/climategate-hide-the-decline-codified/

C'est bien sûr qu'il ne faudra pas compter sur nos journalistes pour une suite enfin honnête à ce scandale, mieux vaut compter sur les britanniques et les américains avec la réaction saine depuis
de plusieurs chercheurs et pas seulement sceptiques.
Il est d'ailleurs intéressant de lire leur réactions sur http://wattsupwiththat.com/

Comme Courtillot bien plaçé pour accepter qu'un chercheur puisse être renvoyé à revoir ses copies, ne peut pas être tendre avec cette idée de consensus qui a mené à cette affaire. Finalement ils
récoltent ce qu'il ont semé quand il n'est nullement tenu compte des incertitudes et en sciences c'est ce qui fait avancer les connaissances!

skyfall.free.fr est aussi le site de référence pour se tenir informés sur tous ce qui touche au climat


pablo 28/11/2009 03:28


Félicitations !
Bref survol mais excellent aperçu du traitement réservé dans la presse française (et probablement européenne ?) de ce climatogate en préparation... et puis qui fait pschitt et s'effondre comme un
soufflé au fromage après seulement quelques heures par la force de la désinformation, de la coércition, du mensonge, de la compromission.

Le CRU ou bien la Presse nationale avec ses correspondants PLANETE/TERRE représentent juste une portion visible d'une écolo mafia puissante et dangereuse regroupant plusieurs corporations qu'il
serait très pertinent et urgent d'étudier puis de contrecarrer car au delà de l'hystérie sur le changement/réchauffement climatique, il y a des enjeux cachés pas bons du tout pour le citoyen de
base...et si toute acte a une conséquence, alors tôt ou tard, la démocratie se met elle-même en danger quand elle laisse des experts s'approprier et confisquer des informations publiques et se
structurer en bande organisée avec des activistes pour l'une des plus meilleures manipulations des dernières décades..
On cite toujours la manipulation de la guerre d'Irak, et qu'en est-il du débat enterré sur les origines du HIV (cf. the river, edward Hooper) ou bien le scandale du tabac (rylander) ?

Quid du prosélitysme "Deep Ecology" tendance vert brun ? même au gouvernement, des conseillers mentionnent Arne Næss... serait-il bientôt le philosophe inspirant la prochaine révolution nationale
de notre cher aimé grand leader ? Quand Yves Cochet commence à parler de climat, ça dérape sur l'eugénisme: thématique plutôt sulfureuse non ?

Après la terreur religieuse et l'absolutisme, après le péril nationaliste puis national-socialiste, voire même le péril rouge, voilà maintenant le péril vert des bobos écotartuffes, ces fanatiques
croisés qui ne reculent devant rien pour se monter en mayonnaise leur propres terreurs millénaristes sur écran géant façon "2012".

Comment agir concrétement pour que le soufflé du CLIMATOGATE ne fasse pas pschitt... ?


floyd 28/11/2009 00:23


Pour conclure sur le journal Le Temps, aujourd'hui (vendredi) trois articles catastrophiques sur le climat, avec un de nouveau sur les 'négateurs' et le complot des lobbies pétroliers, un autre qui
se demande si on ne devrait pas avoir un des lois moins démocratiques pour sauver le climat et un troisième sur les efforts non assez significatif d'Obama.
Donc 'Le Temps', la même m****e que les autres torchons. Désolé si je suis grossier, mais des fois cela défoule.


JG2433 27/11/2009 11:59


Convaincre un large public, dîtes-vous. Malgré une démarche scientifique objective, j'imagine, vous avez pourtant été amené à y renoncer. Vous n'avez pas été compris, ni suivi dans votre façon de
présenter les choses. Malheureusement.
Je fait mienne cette observation du sociologue Raymond Boudon :
« Peu importe qu'une connaissance soit fausse, les gens y croient parce qu'ils ont besoin d'y croire »


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche