Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 18:50

 

MLP7

 

Ces derniers temps, les responsables politiques y ont été de leurs idées et de leurs propositions électorales concernant l’abattage rituel.


 

 

mediaBeaucoup de chiffres fantaisistes et d’approximations ont été prononcées. Pour la pêche aux voix tout est bon, dans tous les camps. Les journalistes en ont rajouté.




lemaire - Copie

Dans cette affaire, s’il n’y en avait qu’un à sauver, ce serait Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, qui connaît le sujet, il a signé un décret et un arrêté sur cette question le 28 décembre dernier. Mais dans le concert glapissant de klaxons, qui l’a entendu ?




Dans cet article je ne prendrai pas parti sur la question de savoir si un animal égorgé sans étourdissement préalable souffre plus, ou non, qu’un animal qui l’a été. Bien qu’il soit raisonnable de le penser, il ne me semble pas, en toute sincérité, que cela soit aujourd’hui solidement et scientifiquement établi.



leonardo (2)

Et quand bien-même cela le serait, je me garderais bien de me prononcer sur des pratiques religieuses qui ne concernent pas le seul être sacré à mes yeux, l’être humain.






Venons-en aux faits.

Les chiffres.

abattoir (3)Alors que compte tenu des populations concernées, la demande de viande abattue rituellement ne devrait guère dépasser 10 % (estimation très approximative, les statistiques ethniques étant interdites en France) une enquête conduite dans quinze abattoirs établit que 40 % des bovins et 60 % des ovins y sont abattus rituellement et que la proportion d'animaux abattus rituellement a eu tendance à augmenter ces dernières années.


Comment cela peut-il s’expliquer ?


Steak3.jpgDans la presse on a lu que la consommation des arrières étant, selon les cas pour des raisons d’habitude de consommation ou pour des raisons religieuses, moins consommées que les avants par les populations concernées, les premières se retrouvaient dans les circuits de commercialisation des viandes non rituelles et que le consommateur lambda non religieux mangeait ainsi de la viande abattue rituellement.



Cela est vrai, mais cela ne suffit pas à expliquer que l’on abatte selon les rites religieux proportionnellement beaucoup plus d’animaux que la part de la population concernée dans la population totale.


abattoir (4)La raison en est la suivante. Un abatteur, lorsqu’il fait abattre des animaux, ne sait pas à qui il les vendra plusieurs jours plus tard, après achèvement de la maturation de la carcasse en frigo. Il ne sait pas quelle sera sa demande en viande rituelle, problème d’autant plus compliqué que la demande ne porte pas que sur ce critère, mais aussi sur  la race de l’animal, son sexe, son âge, son état d’engraissement, son gabarit. Pour être prêt à satisfaire toute demande et ne pas perdre de marché, l’abatteur se couvre, il fait donc abattre rituellement plus d’animaux qu’il n’en écoulera dans le circuit religieux. Les carcasses surnuméraires se retrouveront sur le marché ordinaire.



Voilà, c’est tout simple. Voilà pourquoi, Madame, Monsieur, vous achetez de la viande abattue rituellement sans le savoir.


logoRéglons maintenant son sort au journalisme à la française. Je m’appuierai sur deux articles du Point, et me garderai donc, sur notre sujet d’aujourd’hui, de critiquer les autres organes de presse.


 

Le N° 2012 du jeudi 8 mars 2012 consacre deux articles à cette affaire d’abattage rituel
.

Image1J’ai trouvé deux affirmations parfaitement erronées, dans l’éditorial de Franz-Olivier Giesbert, intitulé Halalisation à la française (ce n’est pas que le directeur du Point soit particulièrement islamophobe, il est végétarien).

Ce n'est pas une affaire anecdotique, mais une sorte de scandale d'État, enfanté par (…) la cupidité extrême de l'industrie de la viande ou de la grande distribution.

(…)

Les Français mangent halal sans le savoir, puisque leur industrie produit beaucoup plus de viande de ce type que nécessaire.(…) On supprime un poste de la chaîne d'abattage, celui de l'étourdissement, et qu'importe si l'on saigne directement les bêtes, avec toutes les souffrances(…) afférentes. L'essentiel n'est-il pas de gagner davantage ?


abattage porc2Or la vérité c’est que, pour les bovins et les ovins, si l'on n'étourdit pas l'animal, il faut le mettre dans une cage de contention spéciale, ce qui prend plus de temps et présente plus de difficultés que de l'étourdir. Cela n’économise aucun poste de travail et coûte plus cher que de l’étourdir. (Compte tenu des méthodes d’étourdissement adaptées à chaque espèce on pourrait en discuter pour les porcs, mais les cochons ne font pas l’objet d’abattage rituel).



Capture2

Quand à la cupidité extrême de l’industrie de la viande, Monsieur Giesbert devrait se renseigner sur la situation économique et financière précaire de cette industrie avant de prononcer un tel jugement moral infondé.




Rembrandt, boeuf écorché, Louvre (2)
En France on ne cesse de fermer des abattoirs − et pas pour cause de délocalisation à l’étranger. Les résultats nets des entreprises de ce secteur ramenés au chiffre d’affaire sont très faibles et, certaines années, globalement en France, nuls ou négatifs. Les entreprises voient continuellement leurs coûts alourdis par de nouvelles normes. Secteur relativement atomisé, la concurrence y joue pleinement et le principal client, très concentré, la grande distribution, fait sa loi, au nom du consommateur. Alors, la cupidité, Monsieur Giesbert, ce mot vous fait mériter un zéro pointé !





Dans l’article publié dans le même numéro du Point, intitulé Halal, ce que nous cachent les abattoirs, de Mélanie Delattre et Christophe Labbé, on peut lire :

rapport (2)

Un rapport confidentiel que Le Point s’est procuré jette une lumière crue sur l’abattage rituel (…). Remis aux autorités en novembre 2011, le document (…) a été soigneusement enterré.




Ceci est parfaitement inexact. Un peu d’histoire.

campagne mars 2011 (2)Au début de l’année 2011 une violente campagne d'opinion est conduite par les militants de la cause animalière contre l’abattage rituel. J’insiste sur ce point : pas contre le fait que des animaux abattus rituellement soient commercialisés dans la filière conventionnelle sans que les consommateurs soient informés, mais contre l’abattage rituel.



Le ministère entreprend un examen approfondi de cette question, d’où il ressort l’excellent rapport qui lui est remis en novembre 2011.



Non, Madame Mélanie Delattre et Monsieur Christophe Labbé, ce rapport n’a pas été soigneusement enterré.

Décret6


Le 28 décembre 2011 Monsieur Bruno Lemaire, ministre de l’Agriculture, signe un décret et un arrêté qui transcrivent dans la réglementation une conclusion implicite du rapport : sont seuls autorisés à pratiquer l’abattage rituel les abattoirs disposant d’un système d’enregistrements permettant de vérifier que l’abattage rituel correspond à des commandes commerciales qui le nécessitent*.




anses2Par ailleurs, en application d'une recommandtion explicite du rapport, une expertise sur la souffrance animale selon les différentes méthodes d'abattage est demandée à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dont les résultats sont attendus dans l'année 2012. Sans compter que rien ne permet à ces journalistes d'exclure qu'un certain  nombre d'autres recommandations seront sans doute mises en oeuvre. Pour le savoir il aurait fallu faire correctement son travail et interviewer les reponsables du dossier au ministère de l'Agriculture.


*NB Ce dispositif, appelé à entrer en vigueur le 30 juin prochain, délai permettant aux abattoirs de prendre leurs dispositions, rendra plus difficile l'ajustement de l'offre à la demande de viande rituelle et aura donc sans doute des conséquences sur les coûts des entreprises d’abattage. Ces coûts supplémentaires seront-ils répercutés sur la seule viande abattue rituellement ou sur l’ensemble des viandes, nul ne peut le prédire.


C'est tout pour aujourd'hui !

Pour en savoir plus

Le rapport confidentiel

Le décret du 28 décembre 2011

L'arrêté du 28 décembre 2011

Quelques chiffres de Blezat consulting sur l'industrie de la viande

L'éditorial du Point de Franz-Olivier Giesbert

Un résumé en ligne de l'article du Point version papier

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Homme-animal
commenter cet article

commentaires

Laurent Berthod 13/04/2012 21:47

Mon cher Olivier,

Comme je l'ai dit au début de mon article je n'ai pas souhaité entrer dans la discussion sur la plus ou moins grande souffrance selon le mode d'abattage. Comme chacun peut le vérifier, je me suis
volontairement limité au terrain de l'économie.

Les partisans de l'étourdissement préalable ont des arguments raisonnables pour prétendre que sans cet étourdissement les animaux souffrent plus. Ils ne me semblent cependant pas convaincants à 100
%. Néanmoins, si souffrance il y a, il est à peu près certain qu'elle dure moins longtemps avec l’étourdissement par le matador, la perforation de l'encéphale et la neutralisation des centres de la
douleur par cette méthode étant quasiment instantanées. Je ne me sens cependant pas suffisamment armé sur le plan scientifique pour conduire à bonne fin un tel débat.

NB. Pour les ovins il est aussi pratiqué une autre méthode d'étourdissement que le matador : l'électronarcose.

Merci de votre commentaire.

Bien à vous.

Olivier Muller 12/04/2012 09:59

Merci pour votre excellent article.

Il y manque cependant un détail important que la presse omet volontairement ou pas de signaler. Ce qu'on appelle étourdissement, avant abattage, est la méthode habituellement pratiquée par les
abattoirs, à la différence de l'abattage rituel.
Et qu'est-ce que l'étourdissement ?
Cela consiste à poser un pistolet sur la boîte crânienne de l'animal et à tirer à bout portant. Dans ce pistolet se trouve une pointe de fer qui s'enfonce de 20 cm violemment dans la boîte
cranienne, la perfore (la défonce donc), et endommage le cerceau. Et avec cela, "on" dit que la bête est assommée, ce que ne fait pas l'abattage rituel.
On ne peut lui demander si elle souffert ou pas, elle est "étourdie" ...

iris 16/03/2012 23:39

Dans l'abattage rituel il n'y a pas qu'une question de forme ( saigner l'animal etc...) mais aussi une question de fond ( l'abatteur ne peut pas être un non- musulman ou un non-juif ). Le fait que
l'abattage rituel soit une règle stricte pour une partie de la population rend la religion assez intrusive dans la vie sociale.
Consommer de la viande hallal n'est pas dérangeant en soi, mais ce qui l'est,c'est bien l'abattage rituel, dans sa forme ( décriée par les militants de la cause des animaux) et plus encore dans son
fond. Si dansla préparation de la viande et autres denrées (?), le facteur religieux intervient de façon aussi importante, la question mérite réflexion car les enjeux ne sont pas négligeables.
Quant au journalisme à la fr. illustré par FOG en ses articlesdans Le Point, vous faites bien, Laurent,de mettre les pendules à l'heure en rappelant qqs réalités.

rageous 16/03/2012 11:17

A lire aussi ce rapport d'un chercheur au CNRS Florence Bergeaud-Blackler
"L'Etat, le culte musulman et le halal business"
http://hal.inria.fr/docs/00/05/19/05/PDF/papierhalal.pdf

Laurent Berthod 19/03/2012 13:53



Je mets ici le lien vers cet intéressant document.


Pour ceux qui souhaiteraient  acquérir ou réviser des connaissance techniques approfondies sur les techniques d'abattage, un document FAO/OMS est en ligne ici.


 



rageous 16/03/2012 11:07

Il est intéressant de lire en fin du rapport confidentiel les exigences religieuses juives et musulmanes.
Est-ce de les avoir dévoilées tout comme l'intervention de Fillon sur l'évolution des pratiques religieuses avec notre époque qui fait reconnaitre par le Conseil français du Culte Musulman
d'étudier la possibilité de faire évoluer la pratique du halal vers plus de respect de la souffrance animale.
Au final c'est une très bonne chose d'avoir dénoncé cette pratique de + en + étendue, comme l'a été auparavant par les défenseurs de la cause animale les pratiques d'abattage des animaux d'élevage,
et surtout de cesser de nous faire bouffer du halal ou du casher sans avoir rien demandé!

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche