Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2009 2 06 /10 /octobre /2009 21:09




J’aime bien le blog de Jean-Daniel Flaysakier. J’ai d’ailleurs mis un de ses articles parmi les liens sur mon propre blog. Jean-Daniel Flaysakier allie rigueur scientifique et simplicité de la langue et du message.

 

Hier, je me balladais sur son blog. J’y avais grand plaisir tout en y apprenant beaucoup de choses. Entre autres, sur un sujet d’actualité quelque peu brûlant, la grippe A(H1N1) et plus particulièrement sur les adjuvants des vaccins.

Les adjuvants des vaccins sont accusés par la rumeur et par les campagnes anti-vaccination de provoquer des accidents graves comme le déclanchement de maladies auto-immunes. Les adjuvants à base d’aluminium sont expressément accusés. Jean-Daniel Flaysakier nous informe « qu’il n’y a, contrairement à ce qui peut se dire, aucun essai de vaccin avec des adjuvants à base de sels d’aluminium ». Il nous donne d’autres informations intéressantes que vous pourrez lire dans son article Grippe A(H1N1) : quelques précisions sur les adjuvants et le bon usage des traitements.

 

Dans Le Monde d’aujourd’hui, un article de Pascale Santi (tiens, encore elle !) donne la parole aux opposants à la vaccination contre la grippe.

Les adjuvants y sont mis en cause par différents interlocuteurs. On y lit : "Je suis assez réticente aux vaccins, surtout que certaines substances utilisées, comme les adjuvants tels que l'aluminium, sont parfois jugées suspectes" explique Géraldine, maman d'un garçon de 5 ans.

Nulle part l’article ne dément que des adjuvants à base de sel d’aluminium soient utilisés dans les vaccins qui vont être mis sur le marché.

Mieux ! Pour faire croire à un semblant d’équilibre, un second article donne la parole à des professionnels de la santé, favorables à la vaccination, qui exposent que les inquiétudes qui se manifestent sur les adjuvants ne sont pas fondées. Là encore, pas un mot pour démentir l’utilisation de sels d’aluminium comme adjuvant.


La parole de ces professionnels est d’autant plus dévalorisée que dans le premier article un des interlocuteurs déclare : « souvenons-nous que toute information officielle, OMS y compris, vient de l'industrie pharmaceutique » !


 

En outre, il est triste que des journalistes croient, ou fassent semblant de croire, que pour faire correctement leur travail il leur suffit d'aligner sur le même plan les arguments de l'accusation et de la défense, sans donner aucun repère sur la qualité des uns et des autres. Toutes les paroles n'ont pas même valeur de vérité.



C’est tout pour aujourd’hui !



 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article

commentaires

bob 13/11/2009 16:31


Depuis l'histoire du sang contaminé c'est la psychose générale et les média sautent la-sesus pour vendre du papier. Le complot est dans ttes les tetes, même moi parfois je doute de l'honnêteté des
politiques qui autorisent certains médicaments sur le marché. Résultat: si un vrai expert met en garde contre tel produit, il est impossible de le distinguer dans la masse des baratineurs!


JD. Flaysakier 07/10/2009 16:36


Merci beaucoup pour ces propos très aimables.
j'ai, comme vous, remarqué depuis plusieurs mois les articles de Pascale Santi.
je ne sais qui elle est mais elle est sans doute la meilleure illustration du nouveau positionnement marketing du Monde, journal qui, après nous avoir dit comment penser, surfe sur la tendance
"tous experts"  chère à RMC !
On ne sait pas qui est géraldine, ni comment elle a acquis sa compétence sur les adjuvants.
Mais c'est un article très "people", où la mère de famille va facilement s'identifier à cette femme.

Quand il faut vendre du papier, mieux vaut se rapprocher du client !


leclercq 07/10/2009 06:54


Il y a diverses raisons, non prouvées, de la réticence envers les vaccinations. Le rôle de l'hydroxyde d'aluminium, fait partie de la liste*.
Il y en a UNE, officieuse, et inavouable, la peur, infantile, des piqûres! Elle concerne aussi des médecins.
Il est, "a priori", difficile de guérir une névrose aussi répandue et aussi dissimulée. La couverture vaccinale de toute maladie infectieuse ne sera jamais complète. Il suffit heureusement d'une
protection largement majoritaire, entre 70 et 80%, pour freiner la diffusion de la maladie..
*L'hydroxyde d'aluminium accentue modérément la réaction locale. 


Michel 06/10/2009 22:57


J'oubliai : principal problème avec l'aluminium, c'est qu'il que ses sels ont été incriminés dans la survenue de la maladie d'Alzheimer, et que toute bonne ménagère et mère à bien compris qu'il
fallait qu'elle jette ses superbes carserolles en aluminium. Le message a bien été reçu et généralisé à tout ce qui pourrait contenir de l'aluminium. C'est le problème avec tous les messages
simplistes ou  réducteurs, surtout que le pire, c'est que finalement l'aluminium n'y est pour rien dans l'Alzheimer (même pas en tant que facteur de risque ou accélérateur de l'évolution de
cette maladie).


Michel 06/10/2009 22:48


Les adjuvants à base d'aluminium, et notamment les complexes ISCOM remontent à 1984 (Bror Morein). Depuis le milieu des années 1980, ils sont très très largement utilisé pour une énorme proportions
de vaccins sans effet secondaire qui leur soit rapporté.


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche