Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 21:37



Le projet de loi organique de réforme du Conseil économique et social a été adopté en conseil des ministres le 25 août 2009. Ce projet met en œuvre les mesures de "modernisation" du Conseil économique et social prévues par la réforme constitutionnelle de juillet 2008.

Les attributions du Conseil sont élargies au domaine environnemental. Il change donc de nom et devient "Conseil économique, social et environnemental".



Le nouveau CESE, est réorganisé en trois pôles : « vie économique et dialogue social », « cohésion sociale et territoire, vie associative » et « protection de la nature et de l’environnement ».




Le nombre de conseillers ne change pas et reste fixé à deux cent trente-trois.
 




Trente-trois conseillers représentant les tenants de l’écologisme vont faire leur entrée au Conseil.








Le monde agricole perd onze sièges, pour ne plus compter que vingt-quatre représentants.









Les dix sièges du groupe des entreprises publiques disparaissent.
 







On a vu dans des forums des intervenants bêler  contre le nombre encore trop élevé de représentants de l’agriculture.  Vingt-quatre conseillers sur deux cent trente-trois, cela fait à peine plus de 10 %.






Je sais bien que la part de l’agriculture dans le produit intérieur brut est aujourd’hui d’un peu moins de 2 % et que l’agriculture emploie un peu moins de 4 % de la population active.






Néanmoins les agriculteurs, à ce que je sache, continuent à nourrir le monde, fonction économique primordiale sans laquelle aucune autre ne pourrait se déployer.








Accessoirement, l’activité agricole met en valeur et entretient plus de la moitié du territoire national (54 %) !








J’ajoute que si les agriculteurs nourrissent le monde, les écolos ne savent que lui mettre des bâtons dans les roues.



Les écolos vont avoir plus de sièges que les agriculteurs.  A mes yeux, c’est un signe du déclin intellectuel et moral auquel la démocratie d’opinion conduit notre pays (le démocrate et libéral Tocqueville a écrit quelques pages impérissables sur l'opinion).


                                                                                    Les vignes du Seigneur




                                                                                       Les vestiges du jour


Lire aussi : Le potager de mon grand-père




Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Progrès
commenter cet article

commentaires

colbert 08/09/2009 12:40

La suppression du collège des entreprises publiques n'est pas moins grave. Elle veut die qu'à proche échéance, il ne doit plus y avoir aucune entreprise publique en France, et qu'en attendant les quelques entreprises publiques qui subsistent doivent se conduire excatement comme des entreprises privées. Une fois de plus, on voit que la pensée écologiste fait bon ménage avec la pensée libérale-libertaire.

Leclercq 08/09/2009 04:47

C'est un billet d'humeur, c'est sûr! Mauvaise!J'en suis resté au Conseil Économique et Social, caisse de secours pour personnalités cigales en difficultés d'argent. Je n'ai jamais eu le sentiment que ça servait à quelque chose, qu'il était écouté. Ce n'était certainement pas la troupe de choc des agriculteurs! Il ne le sera pas davantage pour les écolos, et on peut soupçonner les politiques de les endormir par des prébendes et des hochets*. Par contre le nombre fixe de membres fait partie d'une politique, celle de contenir le nombre de "passeurs-à-la-caisse", et même de les réduire. L'opinion publique a une certitude: les institutions de la démocratie lui coûtent trop cher.*Ce ne sont pas les Laboratoires Boiron que Sarkozy est allé promouvoir au Brésil, mais Dassault! 

Laurent Berthod 08/09/2009 09:59



Bon, alors, si vous me dites que la réforme du CES permettra d'envoyer 33 écolos au "gagatorium", ça me rassure !

Parmi les représentants du monde gricole au CES il y en a eu des pas si mauvais que ça.

Boiron/Dassault : c'est justement ça le problème de la démocratie d'opinion, le décalage entre les beaux discours pour la galerie et les réalités qui s'imposent implacablement (comme la taxe
carbone, autre exemple).

Bien à vous.



Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche