Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 17:03



Depuis que le loup prolifère de nouveau dans les Alpes françaises, les pouvoirs publics incitent les éleveurs et les bergers d’alpage à protéger leurs troupeaux en utilisant des chiens de protection. La race la plus souvent employée pour cette tâche est le patou, autre nom du chien de montagne des Pyrénées.

 



Le patou est la race de chien la plus efficace pour protéger les troupeaux des attaques de loups, bien qu’il ne constitue pas une garantie. Élevé très jeune au sein du troupeau il le considère ensuite comme sa famille. S’il détecte un intrus, il aboie et s'oppose à l'intrusion perçue comme une menace, qu'il s'agisse d'un prédateur ou d'un promeneur, par tous les moyens, y compris l'attaque si nécessaire. Très tôt les partisans du loup se sont préoccupés des dangers que les patous présentaient pour les randonneurs.


 




Deux études ont été conduites par Gilles Le Pape, éthologue, docteur en biologie, maître de conférences à l’université de Tours. L’une en 1998 dans le parc national du Mercantour, l’autre en 2001 dans le parc régional du Queyras.




Elles avaient pour objet de faire le point sur les rapports des chiens de protection de troupeaux ovins et des promeneurs dans ces deux massifs. Elles ont été menées sur la base d’observations des comportements des chiens et des randonneurs et de questionnaires servant à recueillir les opinions de ces derniers. Des traitements statistiques modernes ont été mis en œuvre.

 

Dans la conclusion de la première étude on lit :

 

Il est très rare que les promeneurs se disent effrayés. En général, soit ils évitent d’interagir avec les chiens, soit ils ont une réaction amicale avec eux.

 

Et :

 
Cette étude contredit donc la réputation de chiens « dangereux » ou « agressif s » parfois faite au chien de protection. Certes il impressionne, mais il ne représente manifestement que peu de danger pour les promeneurs, et on peut dire que sa réputation est souvent surfaite.

 
Dans la conclusion de la deuxième étude on lit :

 



Les patous ne représentent manifestement pas plus de danger que tout autre type de chien pour les promeneurs et ne risquent pas de modifier leurs habitudes de randonnée.

 





Quelques années plus tard, alors que les attaques de loups contre les troupeaux se sont multipliées, rendant la vie des bergers de plus en plus difficile, et que le nombre de patous s’est bien entendu fortement accru (et peut-être aussi celui des randonneurs !), qu’en est-il ?

 




En 2007 et 2008 en Savoie les incidents se multiplient. Deux affaires se terminent devant le tribunal. Une troisième a failli coûter la vie à la victime.

 


Dans un jugement prononcé en 2008 à propos d’une attaque de cinq randonneurs, dont deux mineurs, par des chiens patous, à Foncouverte - La Toussuire en 2007, les prévenus sont relaxés du chef de blessures involontaires « car ils se sont comportés en bons bergers » et n’ont commis aucune « faute caractérisée ».

 



En juin 2008, à Aussois, un chien berger des Abruzzes s'est précipité sur la gardienne du refuge de Plan Sec et l'a mordue à plusieurs reprises au bras et aux cuisses. Rien d'irréparable, mais la victime reconnaît qu'elle a eu la peur de sa vie. « Ça a duré plus d'une demi-heure et j'avais très peur de tomber tellement il été agressif. » En septembre 2008 le procureur a requis une peine d’amende avec sursis contre l’éleveur, alors que dans des affaires similaires aucune peine n’avait jamais été requise. En novembre le tribunal de police relaxe l’éleveur.


 

Le lundi 28 juillet 2008, près de Termignon, trois chiens ont failli tuer une randonneuse grenobloise de 53 ans. La victime a été lourdement mordue à l'épaule droite et aux deux jambes. Les chiens l'ont traînée sur le sentier. Une personne alertée par ses appels au secours a frappé les patous avec un bâton de marche pour leur faire lâcher prise. Évacuée par hélicoptère, la victime a été opérée pendant trois heures et demie. Les mêmes chiens auraient été impliqués dans au moins une attaque grave dans les jours qui ont précédé.

 

Ces accidents et ces procès émeuvent élus, responsables du tourisme, éleveurs… qui y vont de leurs déclarations, interpellations des Ministres, etc.

 

On apprend du directeur du développement à l’Agence départementale du tourisme qu’on compte environ 700 patous dans les Alpes. On estime que 15 % environ ont déjà mordu un humain au moins une fois. Les offices du tourisme de Haute-Maurienne sont submergés par les récriminations.


 


Se pourrait-il qu'un éthologue, docteur en biologie, maître de conférences à l’université de Tours, travaillant pour le programme Life Loup, ait pris ses désirs pour des réalités ?

 


NB En réaction à toutes ces affaires, Philippe Yolka, professeur de droit à Grenoble, pense qu’il se trouvera bien un jour, à la suite d'une condamnation, quelque éleveur - ou, plus sûrement, quelque assureur - pour se retourner contre la puissance publique afin de lui faire régler l'addition, au nom de l'idée selon laquelle l'accident vient certes du chien, mais le chien vient du loup, loup dont la responsabilité de la présence revient à l'État, qui a choisi de le laisser  s'implanter dans des espaces restreints et humanisés, sans en mesurer suffisamment les conséquences.



                                                                                     Ceci n'est pas un patou




Bibliographie


Étude Mercantour

 

Étude Queyras


Relaxe pour les bergers

 

Son chien avait mordu une gardienne de refuge : l'éleveur relaxé

  

Une Grenobloise hospitalisée à la suite d'une attaque de patous

 

La colère de Claude Ponson, directeur du développement à l'Agence touristique départementale

 

Parole d’expert : le patou sous l'œil du juriste





Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Homme-animal
commenter cet article

commentaires

jlv 17/06/2013 09:13

Il serait utile , concernant, les accidents liés au Patou, de connaître exactement, les circonstances, pour en faire une analyse, certains témoignages laissent à penser, que, souvent, la victime, à
outrepasser les avertissements du ou des chiens....un chien ne mord pas sans prévenir.....ou alors il est psychologiquement défaillant... concernant les morsures du Patou, sur les brebis, elles
sont toujours la conséquence, d'une mauvaise intégration au troupeau, les chiens de conduite, tuent également des brebis...en l'absence du berger....

LEGER JEAN-CLAUDE 12/07/2010 15:49


le berger est responsable des animaux dont il a la garde et à plus forte raison de ses patous qui sont potentiellement dangereux compte tenu de leur taille. les acquittements dans les affaires
d'agressions sont inacceptables, il faut agir juridiquement pour inverser cette situation (il y a une loi sur les chiens dangereux qui doit aussi s'appliquer aux bergers).
En attendant va-t-il falloir s'équiper d'armes de défense pour aller en montagne ?


Laurent Berthod 12/07/2010 17:06



Il y a une solution très simple à cet épineux problème.


Les bergers sont tenus de prouver qu'ils ont pris des mesures de protection s'ils veulent pouvoir être indemnisés en cas de dégâts faits par le loup dans leur troupeau. La seule mesure
qui soit un peu efficace pour un coût raisonnable est le patou. Indemnisons les bergers sans barguigner et sans obligations bureaucratiques, ils n'auront plus besoin de patous. En
attendant, il est parfaitement souhaitable que les bergers, sauf faute caractérisée, soient acquittés. Ils ne devraient même pas être inculpés.


Maintenant, si les randonneurs veulent entretenir les alpages dans lesquels ils prennent leur plaisir, et qui ne leur appartiennent pas, on peut aussi leur proposer de les brouter.



alain 10/09/2009 23:05

En tant que victime d'un patou l'année dernière lors d'une randonnée dans les pyrénées, et ayant pu aprécier sa hargne et le danger qu'il peut représenter, je n'ai aucun doute sur l'issue fatale qui sera infligée un jour ou l'autre à un promeneur qui n'aura pas pris la précaution de prendre avec lui un «outil de défense».

Laurent Berthod 11/09/2009 16:15



Merci de votre témoignage.



Nicolas 07/09/2009 08:46

Quand on n'aime pas l'écologiste et qu'on veut s'en débarssr, on l'accuse d'avoir la rage. Et si ce n'est lui, c'est donc son cleb's. Et si ce n'est pas le clebs non plus, ça doit donc être le cousin de l'écologiste : le grand méchant loup ! Le même que celui qui nous fait peur depuis qu'on est tout petit... L'écologiste est un cousin du Grand Méchant Loup, il peut avaler un néolibéral en deux ou trois bouchés, avec juste un petit pot de beurre et une galette au blé (sans OGM)...d'ailleurs, ça se voit à la taille de ses dents et au sang séché qui y pendouille...l'écologiste ne se lave pas les dents...Bon, j'ai peut-être une solution à ce problème, solution venue d'un pays pas si lointain (y a pas si longtmps, on y trouvait même des lions !):http://www.desboisdelimare.com/ps : si les néolibéraux se mettent à manger les écolos, on s'en sort plus, et c'est le renard qui se mord la queue...veuillez recracher se bout d'écolo que vous êtes en train de mâcher, svp, on n'est pas des bêtes, tout d'même!

Laurent Berthod 07/09/2009 09:32


Apparemment, il y en a que la vérité dérange.

Comme a chanté Guy Béart : Le poète a dit la vérité. Il doit être exécuté.


Leclercq 05/09/2009 12:51

Je n'ai pas fait de statistiques, mais j'ai remarqué à l'occasion de mes années d'exercice en campagne, que les chiens agressifs étaient enchaînés, ou interdits d'entrer dans la maison, exclus, d'une manière ou d'une autre, de la compagnie des hommes. Des chiens de garde, et non, de compagnie. Il y a des chiens naturellement hargneux, mais pas dangereux en raison de leur taille, comme les yorkshires, les penschers, et sans doute d'autres. 

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche