Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 14:32





Aussi loin que remontent mes souvenirs littéraires, Baudelaire fut pour moi le plus merveilleux des poètes. 





A l'époque où Baudelaire écrivait, ainsi qu'à l'époque où je le découvrais,  l'écologisme n'avait pas encore commencé de faire des ravages dans les esprits.




Pourtant, dans une lettre de refus à un éditeur, le poète écrivait :


« Mon cher Desnoyers, vous me demandez des vers pour votre petit volume, des vers sur la nature, n’est-ce pas ? sur les bois, les grands chênes, la verdure, les insectes – le soleil, sans doute ? Mais vous savez bien que je suis incapable de m’attendrir sur les végétaux, et que mon âme est rebelle à cette singulière Religion nouvelle qui aura toujours, ce me semble, pour tout être spirituel, je ne sais quoi de schocking. Je ne croirai jamais que l’âme des dieux habite dans les plantes et, quand même elle y habiterait, je m’en soucierais médiocrement et considérerais la mienne comme d’un bien plus haut prix que celles des légumes sanctifiés. »


 



Si Baudelaire a ressenti le besoin de s'exprimer en ces termes c'est que, déjà de son temps, l'animisme était de retour. On ne dira sans doute jamais assez ce que le romantisme allemand, une des sources idéologiques de l'écologisme moderne, a pu charrier en la matière.

Il me plairait bien que les ironiques légumes sanctifiés deviennent  l'emblème du combat contre le néo-animisme d'aujourd'hui.



















Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article

commentaires

James 03/06/2012 21:57

A savoir aussi que le rapport entre l'homme et la nature étaient bien différents au temps de Baudelaire ( je ne juge pas en bien ou en mal, mais l'homme était alors bien moins capable d'influencer
la nature de par la technique), et que peut être ce dernier aurait changé d'avis devant la destruction de forêts entières ou la disparition de certaines espèces.

Laurent Berthod 03/06/2012 22:53



"...le rapport entre l'homme et la nature étaient bien différents au temps de Baudelaire...". Oui, peut-être, cela n'est pas si certain, cela dépend du point de vue où
l'on se place.


Je ne crois pas que Baudelaire aurait eu une sensibilité écologiste à la déforestation. Cultivé comme il était, il avait certainement connaissance  des grands défrichements du Moyen-âge en
Europe, qui n'étaient rien d'autre qu'une vaste déforestation. La pluie sur les quartiers quelque peu sinistres des faubourgs des grandes villes lui donne plus le spleen que la disparition des
forêts, qu'il n'évoque jamais.


En revanche, envisager la disparirion de l'espèce féline l'aurait certainement traumatisé, lui qui admirait le caractère profondément indépendant de cette espèce pourtant commensale de l'homme.


Mais enfin, du côté de la prétendue perte de biodiversité, ce ne sont pas les chats qui sont aujourd'hui les plus menacés.


Merci de votre commentaire.


Bien à vous.



TATARD 22/08/2009 11:03

Magnifique illustration de Beaudelaire qui mériterait une diffusion dans un diaporama

Backa 19/08/2009 10:05

"bien au contraire"C'est donc au nom de tous les massacres commis qu'il faudrait aimer l'humanité et haïr les arbres et les fleurs qui font du mal en n'ayant jamais eu l'idée de massacrer qui que ce soit ?Il faut dire que si certains ne sont pas assez rentrés dans l'Histoire, d'autres, au contraire y sont rentrés par la Gande Porte : de Napoléon à Hitler en passant par tous les grands généraux. D'autres encore en sont carrément sortis par la petite porte : les amerindiens, les peuples africains décimés par des siècles d'exploitation humaine, agricole et minière : des saletés de peuples animistes, des dégénérés, des inférieurs, des sous-cultures, des qui-méritent-même-pas-d'exister, des pas vraiment humain, n'est-ce pas, puisqu'ils adorent les dieux des plantes et des bestiaux ces grands enfants, ces imbéciles, et qui ne méritent donc même pas qu'on les aime ni qu'on les considère...Mais qui deteste vraiment l'humanité ? Ceux qui tentent de parler aux fleurs et au vent ? ou ceux qui stockent de la radioacivité (en attendant...), inventent la bombe atomique, les camps de concentration, industrialisent l'esclavage et l'extermination des peuples, vendent des rèves dans des boites en plastique fluorescentes et rejettent dans les rivières des poisons que d'autres HUMAINS boiront ?Les écologistes ni les animistes ne haissent l'humanité ! Ils protègent au contraire ce qui lui NECESSAIRE, à sa vie et à son bien-être (l'eau, l'air, la nourriture...)Mais ceux qui se croient superieurs à tout ça, ben que voulez vous...moi, je trouve ça dangereux...triste et dangereux...

Laurent Berthod 19/08/2009 23:33



Ce n'est pas au nom des massacres qu'il faut aimer l'humanité mais au nom des victimes des massacres. Et aussi au nom des victimes de la misère.

Où ai-je dit le moindre mal des peuples animistes ? Nulle part.

Ce que je conteste c'est l'animisme porté par le romantisme allemand et le néo-animisme moderne qui en est directement issu. Ce n'est pas cette résurgence dégénérée de l'animisme,
ni l'écologisme, qui contribueront à sortir les masses misérables de la misère. En outre les pères fondateurs de l'écologie ont manifesté clairement qu'ils haïssaient l'humanité (voir leurs
déclarations que j'ai reprises dans l'article Les écologistes n'aiment pas l'humanité).



Backa 15/08/2009 09:56

Vive l'Animisme, seul rempart contre toutes les intolérances et toutes les bétises supérieures de toutes les religions et autres idéologies dominantes. Les animismes sont les seules religions respectueuses. Même en mangeant son père, on fait dans le socio-culturel, le recyclage, et le partage mutualisé...! le cannibalisme et l'animisme sont les deux mamelles du monde à venir de paix et de serenité et d'ou seront bannis tous les bien pensants de la droite débile réactionnaire, sécuritaire, raciste et absurde. les africains infiltrent déja les milieux bobos et répandront la pacifique écologie animiste dans les esprits des lampadaires, des flics et des horodateurs. Cousteau aura sa bobine sur les billets en papier recyclé et le bonnet phrygien érigé en Gongoloma Sooké, dieu des contraires qui n'est pas, lui non plus assez rentré dans l'Histoire, n'est-ce pas (ha, ces africians, quels grands enfants! ils avaient bien besoin d'un peu d'aspect positif, quand même, hein)...Vive le sarkozysme et mort aux méchants écologistes qui n'aiment pas l'humanité (pourtant si sympathique ces derniers temps, on vient de vivre un siècle ou l'humanité à fait preuve d'une grande... heu... ... ... , heu... humanité ?)Au fait on n'a pas beaucoup entendu parler de "Home" sur ce blog (le film écono-écolo).C'eut pourtant tété un sujet très rigolo traité à la manière intello néo réac anti tout...ps : bises à Charles (mais non, pas Pasqua!) de ma part et à ses fleurs (comment des fleurs, objets si stupides et sans âme peuvent-elles être taxées de "du mal" quand on n'est pas un imbécile animiste ? Ha il faut être poete... et le poete est le seul qui a droit d'être... poête. les autres, ils vont se faire faire une coupe chez le coifeur et pis c'est tout)"Moi, mon colon, celle que j'préfère, c'est la guerre de 14-18"

Laurent Berthod 18/08/2009 12:19



Que l'humanité puisse faire preuve d'inhumanité ne justifie pas qu'on la déteste, bien au contraire. 



Sceptique 13/08/2009 17:33

Merci pour ce rappel qui ne manque pas d'humour.

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche