Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 19:13



La samedi 4 avril 2009, le député de Paris Yves Cochet, membre des Verts, ancien ministre de l’environnement de Lionel Jospin, a déclaré dans un colloque de la revue de la décroissance Entropia, qu’un enfant européen ayant « un coût écologique comparable à 620 trajets Paris-New York » il faudrait faire voter une directive baptisée «grève du troisième ventre» qui inverserait l’échelle des prestations familiales. « Aujourd’hui, plus on a d’enfants, plus on touche. Je propose qu’une famille continue de percevoir des aides pour les deux premiers enfants, mais que ces aides diminuent sensiblement à partir du troisième ». Cette déclaration a été considérée comme scandaleuse par beaucoup de commentateurs. Pourtant cette déclaration d’Yves Cochet s’inscrit dans une tradition qui remonte aux origines du mouvement écologiste.



René Dumont
, fondateur de l’écologie politique en France, déclarait en 1973 dans L’Utopie ou la mort : « Il serait possible, surtout quand les méthodes contraceptives et d’avortement précoce auront fait des progrès décisifs, de n’autoriser qu’une natalité compensant exactement la mortalité, donc d’atteindre vite la croissance zéro, si on employait des méthodes autoritaires – que le danger mondial permettrait de justifier ». Et : « L’abandon des petites filles dans les familles pauvres chinoises, ou l’avortement systématique au Japon, avant 1869 comme après 1945, peuvent être, à la lumière de nos récentes observations, considérés comme des mesures comportant une certaine sagesse ».
 



En 1986, dans Pour l’Afrique, j’accuse, il déclarait : « La plus grave menace pour l’avenir de l’humanité reste l’explosion démographique, la prolifération du plus redoutable prédateur, l’homme, sur une “petite planète” ».

 





Le
commandant Cousteau, longtemps personnalité la plus populaire en France, déclarait en 1991 : « Nous voulons éliminer les souffrances, les maladies ? L’idée est belle mais n’est peut-être pas tout à fait bénéfique sur le long terme. Il est à craindre que l’on ne compromette ainsi l’avenir de notre espèce. C’est terrible à dire. Il faut que la population mondiale se stabilise et, pour cela, il faudrait éliminer 350 000 hommes par jour. » On raconte que quand son ami Michel Serres lui demandait malicieusement comment il comptait s’y prendre pour atteindre ce merveilleux résultat, il se mettait en colère.

 



Hubert Reeves
, à propos d’un reportage sur les écoterroristes anglais diffusé sur France 3, où l’on voyait notamment des opérations de résistance passive mais aussi des menaces de mort, a déclaré : « Sans aller jusqu’à approuver les actions terroristes, je pense que leur cause est bonne. Je suis très admiratif de leur courage. Je trouve très bien que ces jeunes se mobilisent pour des actions que l’on peut qualifier d’héroïques. »


 



En août 1988
le prince Philip, duc d’Édimbourg, époux de la reine d’Angleterre, cofondateur et président d’honneur de la multinationale au panda, le WWF, affirmait : « Au cas où je serais réincarné, je souhaiterais l’être sous la forme d’un virus mortel afin d’apporter ma contribution au problème de la surpopulation. »

 





Lovelock,
inventeur de Gaïa, la nouvelle déesse animiste de l’écologie politique, déclare que « les êtres humains sont devenus trop nombreux et agressent Gaïa. Gaïa n’a pas besoin d’eux pour fonctionner. Un jour, s’ils continuent à transgresser ses lois, Gaïa va s’ébrouer et ils tomberont comme les poux tombent d’un chien ».

 


Julian Huxley (frère du célèbre écrivain Aldous Huxley, auteur du roman d’anticipation Le Meilleur des mondes), qui fut directeur général de l’UNESCO dans l’immédiat après guerre, fonda en 1948 l’Union internationale pour la protection de la nature (UIPN). Dans son discours inaugural de l’UIPN il déclara : « À long terme, le problème démographique est plus important que celui de la guerre et de la paix parce que l’homme a commencé à se répandre sur la planète comme un cancer. »

 

Aurelio Peccei, fondateur du club de Rome en 1968, écrit dans La nature humaine, son autobiographie de 1974 : « L’homme a inventé l’histoire du dragon malfaisant, mais s’il y a jamais eu un méchant dragon sur la terre, c’est bien l’homme lui-même ».

 



L’homme, dragon malfaisant, le plus redoutable des prédateurs, cancer de la planète, dont les sinistres représentants tomberont comme les poux d’un chien, sinon on rêve de devenir un virus pour les éliminer massivement, ou bien encore on juge héroïques les écoterroristes. Par où l’on voit que les écologistes ne portent pas l’humanité dans leur cœur. Certains justifient ce jugement par la survie-même de l’humanité, les ressources terrestres ne pouvant selon eux assurer la subsistance d’une population trop nombreuse. A la faute morale, ceux-ci ajoutent la faute intellectuelle, inaugurée par Malthus il y a deux siècles et depuis lors constamment démentie par les faits. Ce sera le sujet d’un autre article. 


Lire aussi :

À la faute morale, les écologistes ajoutent la faute intellectuelle

Culpabilité postmoderne



                                                                              Champ de blé intensif productiviste


                                                                                           Champ de blé écolo bio




Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article

commentaires

bob 29/03/2012 03:23

«En clair que l'on arrête de faire des enfants pour notre propre survie, mais plutôt pour leur donner un avenir heureux.»

En quoi un nombre élevé d'enfants est la cause d'un avenir miséreux. De plus nos sociétés occidentales font moins de 2 enfants par femme, on leur assure déjà l'avenir heureux dont vous parlez.

«j'attends moi aussi avec impatience l'époque où les arbres OGM mangeur de CO²»

Les arbres mangent du CO2 existent depuis que les premières algues ont intégré des bactéries photosynthétiques leur permettant de faire la photosynthèse. Ce sont donc des OGM. De nos jours une
telle opération de biotechnologie ne serait pas autorisée par les lobbys écolos.


« nos capacités physique, notre apparence, notre phallus devraient pouvoir être artificialisés pour être à notre goût etc…»

L'homme artificialise son environnement depuis l'invention de l'agriculture et de l'élevage. Ainsi il produit plus en se fatigant moins. Libre à vous de retourner vivre dans le dénuement total dans
une jungle quelconque. Ne vous étonnez pas si vous mourez à 35 ans, car c'est l'espérance de vie de l'homme «naturel».

«Le sort de l'Humanité doit être entre les mains d'Hommes capables de vivre ensembles simplement et sainement, sans avoir besoin de manger des tomates en décembre ou de voyager à l'autre bout du
monde 5 fois par ans.»

Oh oui, imposez-moi votre vie bonne.


«Il ne s'agit pas alors d'être contre la race humaine, mais d'être pour l'émancipation de celle-ci face aux multinationales polluantes qui ont la mainmise sur le Monde.»

Là encore, montrez-moi l'exemple: émancipez-vous et n'ayez plus aucun rapport avec les produits de l'industrie.

vm 11/03/2012 23:25

Il est dur de ne pas prendre à la rigolade ce type de jugement infondé et agressif sur cette caste de la population titrée d'"écologistes".

Tout d'abord, il est important de préciser que YAB, Hulot, Reeves, Dany et toute l'équipe de technocrates d'EELV sont une catégorie à part de l'écologie, policée et moderne, l'écologie
libéral-libertaire décomplexée qui veut légaliser la fumette et le téléchargement dans un grand élan humaniste (et populiste un peu...). Qui n'a pas peur de vanter les mérites d'une voiture de luxe
hybride ou d'un shampoing qui respecte la planète. Ces écologistes ont bien entamé le processus de destruction de toute proposition d'écologie politique concrète et sans concession.

Ensuite, il est important de noter que la plupart des vrais écologistes-humanistes (puisque que vous le vouliez ou non, ces notions sont par essence étroitement liées) ne sont pas pour des mesures
drastiques de réduction de la natalité mais plutôt pour une transition démographique: en clair que l'on arrête de faire des enfants pour notre propre survie, mais plutôt pour leur donner un avenir
heureux. Quand Gandhi disait "vivre simplement pour que tout le monde puisse simplement vivre" il s'agissait de la position la plus Humaniste qu'il soit et pourtant c'est également la plus grande
preuve possible de respect de la planète. De plus, une grande majorité des vrais écologistes (ceux dont on entend jamais parler) sont d'abord humaniste, je vous invite à lire le mensuel La
Décroissance si votre esprit est capable de mettre de coté les idées préconçues qui semblent bien ancrées dans votre esprit.

Enfin, si vous croyez que c'est les avancées scientifiques qui vont sauver l'humanité, j'attends moi aussi avec impatience l'époque où les arbres OGM mangeur de CO² remplaceront la flore
majestueuse que nous offre la planète, où on se rendra compte que de toute façon la planète est trop peuplée pour que les riches puissent être à leur aise et qu'il faut "faire le ménage" dans les
pays pauvres (car c'est comme ça que ça se passe et que ça se passera si on confie le sort de l'Humanité à la science, ça a déjà commencé avec les agro-carburants, les élevages industriels, le soja
OGM qui mutile les peuples du Tiers Monde et j'en passe une sacrée liste)
, où notre démesure engendrée par la publicité nous conduira à penser que nos capacités physique, notre apparence, notre phallus devraient pouvoir être artificialisés pour être à notre goût
etc...

Le sort de l'Humanité doit être entre les mains d'Hommes capables de vivre ensembles simplement et sainement, sans avoir besoin de manger des tomates en décembre ou de voyager à l'autre bout du
monde 5 fois par ans. Il ne s'agit pas alors d'être contre la race humaine, mais d'être pour l'émancipation de celle-ci face aux multinationales polluantes qui ont la mainmise sur le Monde.

Cordialement.

Erache 24/08/2009 12:50

Ah des discours passionnés, mouvementés...Je ne le nierai pas, je pense un peu comme certaines personnes un peu plus haut , que nous sommes très nombreux sur cette planète. Mais j'ai la chance de vivre là où il fait bon vivre. Il n'est pas si simple de dire "il faut limiter la population". A qui pourrons-nous le dire ? Avons-nous plus de droits à faire des enfants que dans d'autre pays, je ne le pense pas... Et d'autres dirons que notre planète peut accueillir encore plusieurs milliards d'habitants supplémentaires... je pose juste une question: quel est le but de tt ça, atteindre le maximum pour voir ce que ça fait ??... Oui ça pourrait être marrant de voir les limites :)Je ne rentrerai pas plus dans le débat d'écolo - anti-écolo... c'est un combat sans fin semble-t-il ^^.En tout cas, j'aime bien ce blog et le blog recherchedubonheur.com, vous me permettez d'être critique envers ce que je pense et j'aime bien ces petites confrontations.A bientôt, j'espèreErache

macintoche 17/08/2009 15:26

je lis les échanges et je conclus par : replantez des haies pour les oiseaux qui n'ont plus d'endroits où nicher; stop avec ce type d'agriculture intensive et mangeuse de produits qui court à sa ruine (nous ne sommes plus au début des années 50 où effectivement on en eu besoin): j'exige une agriculture propre et saine dans nos campagnes; des repas bios, naturels pour nos enfants dans les cantines et ensuite dans les hopitaux;et ensuite partout; j'exige le retour des petits agriculteurs, (prête à payer impôts) , stop à une consommation effrénée de viande, surtout industrielle. Stop à la surpopulation!  je vous laisse les rivières de par ici remplies de gens et de déchets en tout genre! (canettes de bières etc..etc..) j'exige qu'on arrête de couper des arbres des forêts tropicales pour le profit de quelques uns qui nous vendent  nos meubles! enfin j'exige qu'on se rende compte une bonne fois pour toute que l'on DOIT respecter ce merveilleux et terrible "salon" dans laquelle nous avons attérri :la nature; on a pas à la dominer, mais à en percer les mystères, à craindre ses dangers et sa force, et à la chérir, oui revenons un peu au sacré! sinon: La gerbe matérialiste! et comme je ne suis pas seule à vouloir tout çà je signe  FRONT de Libération des Papillons. oui, FLP.vaincra!Je terminerai par cette citation d'un de nos poètes : Il suffit d'abaisser notre prétention à dominer la nature et d'élever notre prétention à en faire physiquement partie, pour que la réconciliation ait lieu. (Francis Ponge, Le Grand Recueil).évidemment y en a qui vont trouver à redire et je serais curieux de voir comment?
#7244

Laurent Berthod 18/08/2009 12:21


"J'exige", "j'exige" et encore "j'exige", on dirait un discours de Mussolini.


reriquet 17/08/2009 02:00

Ok, si vous rejetez tout en bloc, on va en rester là ......salut

Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche