Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 16:10

 

 

Le 1er avril 2008 en plein débat parlementaire sur les OGM, en application du Grenelle de l’environnement, deux interviews de leaders anti-OGM paraissaient, l’une dans le Figaro, l’autre sur le site web Agrisalon, spécialisé dans l’information agricole.

 

Dans la dépêche d’Agrisalon,
il est rapporté que Lylian le Goff, médecin et spécialiste des biotechnologies à la Fondation Nicolas Hulot et à la Fédération France Nature Environnement, avait déclaré : Le débat a été faussé par les aspects scientifiques. Et moi qui croyais que la science éclairait les débats plutôt qu’elle ne les faussait. Je dois être un grand naïf, pour ne pas dire un imbécile. Ce qui me rassure c’est que je crois ne pas être seul dans ce cas.

 



Dans l’interview accordée au Figaro, Hervé Le Meur, président d'OGM Dangers déclare : Avec les OGM et les techniques toujours plus complexes qui laissent toujours moins de place à l'humain, au fragile, au mortel, à la maladie, à la faiblesse, nous voyons là une tendance lourde de nos sociétés industrielles. Celles-ci veulent plus de technique, concrètement plus de machines, alors que nous voudrions plus d'humanité. Cette déclaration revient à dire que plus d'humanité c'est plus de fragilité, plus de mortalité, plus de morbidité et plus de faiblesse... ça se passe de commentaire.

 

Par ou l’on voit que de ces deux « responsables » anti-OGM : 

- le premier est favorable à l’obscurantisme, puisqu’il refuse que la science éclaire le débat,


- et l’autre déteste l’humanité, puisqu’il lui veut plus de maladie et plus de mortalité.


En l’occurrence pour ces deux là, l’enfer est pavé de mauvaises intentions.
Comment faire confiance à ce qu’ils avancent par ailleurs contre les OGM ?

 

 

Bibliographie

 

Les deux articles sont encore en ligne. (Pour combien de temps ?)

 

Les OGM, à quelles conditions ? La parole aux députés :
http://www.agrisalon.com/06-actu/article-20231.php

 

OGM : le point de vue d'Hervé Le Meur : http://www.lefigaro.fr/debats/2008/03/31/01005-20080331ARTFIG00591-ogm-le-point-de-vued-herve-le-meur.php







Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans OGM
commenter cet article

commentaires

bertrand 03/07/2009 12:40

sorti du contexte suivant, vos analyses paraissent pour le moins sectaire:
Depuis dix ans que l'on débat de ces PGM, le niveau de connaissance de certains protagonistes n'a toujours pas monté. J'ai ainsi pu entendre un vice-président de l'Assemblée nationale dire devant La Chaîne parlementaire : «Les OGM, on en fait depuis des centaines d'années.» S'il pense que la transgénèse ne diffère pas de la reproduction classique, pourquoi s'arrêter à des «centaines d'années» quand ce serait des milliards d'années ? Les promoteurs des PGM nous les vantent comme une révolution et commencent leur historique au néolithique (cf. le site de l'INRA par exemple). Il faudrait savoir ! Puisqu'un scorpion ne peut pas féconder un peuplier (sic), et qu'un peuplier transgénique avec un gène de scorpion a été fait (1), leur propos est soit une erreur grossière, soit un mensonge. Même la définition par la Commission européenne d'un OGM leur donne tort : «Organisme dont le patrimoine génétique a été modifié d'une manière qui ne s'effectue pas naturellement…» Pas naturellement !
Les PGM diminuent-ils la pollution ? Il existe essentiellement deux types de PGM : ceux qui produisent un insecticide (appelés Bt) et ceux qui résistent (en le stockant) à un herbicide. Avec les PGM, ce n'est donc pas fromage ou dessert, mais insecticide ou herbicide, ou les deux ! Prenons donc l'exemple d'un colza Bt. Puisqu'il produit un insecticide, on peut accepter (dans un premier temps) que le fermier n'ait pas besoin d'en mettre. Peut-on en déduire que cette PGM pollue moins ? Eh bien, non, car la seule question scientifique serait de savoir quelle quantité de cet insecticide la PGM produit et la comparer à celle du «même»insecticide. Ça, ce serait de la science. Mais ces questions futiles n'intéressent pas l'Inra qui n'a toujours pas de chiffre à nous proposer pour alimenter le débat. Sachant que l'insecticide est produit par toutes les cellules pendant toute l'année, on se doute que la réponse n'est pas en faveur des PGM. Deux études partielles évaluent à entre 2 000 et 100 000 fois plus du «même» insecticide produit par la PGM que par une plante conventionnelle. Vous avez dit «pollue moins» ?
Mais après tout, ces questions sont peut-être secondaires. Prenons un peu de recul et voyons ce qui se passe aux États-Unis. Les scientifiques et les politiques ont fait manger des PGM aux Américains depuis douze ans. On ne peut même pas en tirer de leçon, car ils ne séparent pas les filières : sans témoin au sens scientifique, il n'y a pas d'expérience. Ces mêmes scientifiques et politiques viennent de décider de leur faire manger de la viande clonée. Il ne s'agit pas de discuter des risques, mais du monde que suppose et entraîne une telle décision. À force que chacun (scientifique, politique et citoyen) soit le nez dans le guidon, on n'ose plus se poser la question «dans quel monde je veux vivre ?». Pourquoi ? Pour ne pas être en reste contre les (méchants ?) Américains ou pour «ne pas arrêter le progrès». Il ne pourra jamais y avoir de progrès s'il ne peut être approprié par les citoyens. Et même quand leur réaction paraît déraisonnable, elle n'est peut-être pas irrationnelle.
Nous ne demandons pas un risque zéro, mais un risque que nous pouvons assumer. C'est une question d'autonomie. Avec les OGM et les techniques toujours plus complexes qui laissent toujours moins de place à l'humain, au fragile, au mortel, à la maladie, à la faiblesse, nous voyons là une tendance lourde de nos sociétés industrielles. Celles-ci veulent plus de technique, concrètement plus de machines, alors que nous voudrions plus d'humanité.
C'est le sens de la pétition que nous avons lancée et qui demande l'interdiction des OGM dans l'agriculture et l'alimentation, ainsi que l'utilisation des crédits de recherche pour des recherches en agriculture biologique. Nous maintiendrons cettepétition après la loi, car nous soutenons que celle-ci doit être l'émanation de la volonté générale.
Pour toutes ces raisons et bien d'autres consultables sur notre site, nous continuerons de nous opposer à tout OGM dans l'agriculture et l'alimentation, non seulement pour ce qu'ils sont, mais aussi pour le monde qu'ils supposent et peut-être surtout pour le meilleur des mondes vers lequel ils nous entraînent.
 

Laurent Berthod 03/07/2009 13:44



Pour moi le contexte est très clair, les OGM sont un progrès dont l'humanité aurait tort de se priver. Si je suis sectaire, alors les anti-OGM sont des obscurantistes. En tout état de cause
ils manipulent l'opinion à des fins électorales et/ou de notoriété. Dans vingt ans nous aurons tous des OGM dans nos assiettes et personne ne s'en plaindra. Simplement, grâce aux
anti-OGM, les semences, les paysans français devront se les procurer à l'étranger. Belle victoire !



agd 03/07/2009 12:08

"Cette déclaration revient à dire que plus d'humanité c'est plus de fragilité, plus de mortalité, plus de morbidité et plus de faiblesse... "

Je suis arrivé à la même conclusion en lisant ces propos qui me semblent par ailleurs un peu schizophrène de la part d'un type qui lutte contre les OGM selon le principe qu'ils introduisent un risque accru de fragilité,
mortalité, morbidité et faiblesse...

vegetalizer 24/06/2009 13:47

Les OGM sont certainement une saloperie qui n'a aucun intérêt pour le consommateur.Je ne suis pas contre l'expérimentation en vase clos. Mais là on l'a volontairement disséminé aux quatre vents pour nous l'imposer de facto alors qu'on ne sait absolument pas quelles vont être les conséquences. Je suis pour pendre les responsables haut et court.La seule voie perenne est le retour à l'agrciulture Bio et l'abandon de la mono culture.

Sceptique 08/06/2009 08:52

Ce n'est pas intéressant(pour les médias) d'annoncer que la rumeur est fausse.Quant aux peurs collectives, alimentées et entretenues par les prophètes de malheur, que peut-on faire quand elles ne sont pas fondées? Et que les spécialistes ne sont pas écoutés?C'est à vous-même de prendre conscience que vous êtes manipulée et de vous dire que la vie est quand même plus longue et plus facile aujourd'hui qu'à l'époque de vos grands-parents. 

Nancy 08/06/2009 07:48

vous dites que ce n'est pas intéressant et pourtant il s'agit de milliers -sinon plus - de personnes qui sont dans mon cas et souvent beaucoup plus inquiètes..c'est au contraire, je trouve, un mouvement de foule qui mérite qu'on s'y intéresse et c'est le manque d'explications qui fait que "les gens" ont des pensées et des craintes comme les miennes... qui ne sont peut-être pas rationnelles mais le propre des craintes n'est-ce pas de ne pas toujours être rationnelles???et si vous n'expliquez pas votre point de vue et si vous ne prouvez pas le contraire, comment voulez-vous que "les gens" changent d'avis????

Laurent Berthod 08/06/2009 13:31



Il est tout à fait normal que vous ayez des inquiétudes. Le changement a toujours inquiété les pauvres humains que nous sommes, seuls
parmi les animaux à avoir une capacité d'anticipation à long terme. Vous avez parfaitement raison de vouloir comprendre et vous faire une idée raisonnable.


 


Sur un sujet qui fait appel à des données scientifiques nombreuses, complexes et parfois reconnues plus tard erronées, la facilité de
manipulation de l'opinion est une véritable aubaine pour les démagogues à la recherche de notoriété ou de succès électoraux. Il est difficile de contredire ces messages car il y faut du temps et
de la pondération, ce qui est fort peu recherché par les media. En effet, il est difficile d'être didactique sans ennuyer. Il est difficile d’être simple sur des questions complexes. Le
sensationnel fait plus monter l’audimat que les arguments raisonnables. Ce blog à pour volonté, dans la mesure des faibles moyens de son rédacteur, article après article, de combattre un certains
nombre d'idées fausses.


 


La page de Daniel Flaysakier, à laquelle vous pouvez accéder en cliquant sur le lien qui figure à droite sur les pages de ce blog,
est très intéressante. 


 


Bien cordialement.


 



Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche