Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 15:03


Il y a environ deux ans, la Région Rhône-Alpes consacrait un numéro spécial de sa revue à glorifier les actions menées par elle ou avec son aide pour lutter contre le réchauffement climatique. Deux pages donnaient des conseils à ses (é)lecteurs pour participer à ce grand mouvement indispensable au sauvetage de l’humanité.


 

 




C’est ainsi qu’il était suggéré aux habitants de la région de  choisir des produits issus de l’agriculture biologique et du commerce équitable, de faire ses courses à proximité plutôt qu’en hypermarché, de réduire le chauffage et d’enfiler un pull, de partir en vacances près de chez soi, de réduire sa consommation de viande, etc.

 




Cette littérature reflète un profond  mépris des classes pauvres et des classes moyennes, qui représentent pourtant une majorité de l’électorat. On peut donc se poser la question de la signification de tout ce fatras culpabilisateur.

 

Certains estiment que cette façon des responsables politiques, de tous bords, de s’immiscer dans nos actes de la vie quotidienne traduit une volonté sournoise, plus ou moins efficace, mais délibérée, de contrôler les comportements sociaux. Selon cette thèse, lorsque les citoyens, notamment des jeunes générations, acceptent des restrictions comme normales, ils ont moins de raisons de se révolter contre la dégradation des conditions sociales d’existence.

 

Cette analyse, pour pertinente qu’elle soit, est insuffisante.

 

Pendant longtemps l’Église a enseigné aux populations du monde occidental les bases minimales et générales de la morale dans les rapports à autrui. Elle n’intervenait dans la conduite de la vie quotidienne qu’en ce qui concerne la sexualité, chargée dans la plupart des cultures de culpabilité à l’égard des compor-tements considérés déviants selon des critères propres à chacune d’elles.

 

Certains considèrent les critères de la morale sexuelle du christianisme comme particulièrement restrictifs. Comparés à ceux d’autres cultures je n’en suis  pas si certain.

 

Toujours est-il que la post-modernité a mis à mal cette culpabilité sexuelle.

 

Comme il faut toujours qu’une disparition soit compensée  par une apparition (Rien ne se perd, rien ne se crée, principe psychique autant que chimique), la culpabilité moderne est écologique.









Cette culpabilité n’a pas été inventée par les écolos, mais par Malthus. Toute la philosophie des écologistes politiques se résume à la restriction : se restreindre, ne pas user de toutes les facilités ni du confort de la vie moderne, car s’y livrer, voici le huitième péché capital, qui est d’ailleurs devenu non seulement le premier, mais quasiment le seul : le péché contre la nature

 








C’est la culpabilité de ceux qui se pensent riches , la culpabilité de ceux qui, croyants ou incroyants, imprégnés par la culture chrétienne, ont mal digéré la phrase du dialogue avec le jeune homme riche des Évangiles : Il est plus facile à un chameau de passer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu ! C’est la culpabilité de ceux qui n’ont retenu que cette maxime et n’ont pas pris connaissance de la fin du dialogue avec le jeune homme riche. En effet, à ses disciples lui demandant qui, alors, pouvait être sauvé, Jésus répondit : Ce qui est impossible pour les hommes est possible pour Dieu. C’est la culpabilité de ceux qui n’ont pas compris que les Évangiles appellent d’une part un petit nombre d’élus à la sainteté et le commun des mortels à seulement renoncer au mal commun.

 


L’Ancien Testament ne déclare-t-il pas : Dieu les bénit en leur disant : « Croissez et multipliez ! remplissez la terre et soumettez-la ! commandez aux poissons de la mer, aux oiseaux du ciel, à tous les animaux qui se meuvent
sur la terre ! »
 

Par ce verset, la religion juive pour la première fois sans doute dans l’histoire de l’humanité ‒ reprise ensuite par la tradition chrétienne ‒ désacralisait la nature et justifiait que l’humanité s’en rende maître. Le développement scientifique et technologique de l’Occident est l’héritier direct de cette vision de la nature, faite pour être mise au service de l’homme.

 

Le dialogue avec le jeune homme riche, en vérité, ne condamne pas le progrès technique, économique et social. Il sanctifie l’esprit de pauvreté. Celui-ci, selon l’enseignement de la charité chrétienne, doit être consacré, d’abord et avant tout, à soulager la souffrance et la peine du prochain. C’est ce à quoi les savants et les ingénieurs de l’Occident se sont consacrés depuis la Renaissance, dans le sillage d’un mouvement d’idées né aux environs de l’an 1000. C’est ce à quoi l’écologisme postmoderne nous invite à renoncer, car nul ne saurait vivre sans culpabilité…

 
Bibliographie

Le rendez-vous citoyen de la région Rhône-Alpes
N° 5 / PRINTEMPS 2007

Ancien Testament :
Gen 1 28

Nouveau Testament :
Le jeune homme riche et Le danger des richesses
Mat 5 16-26 
Mc 10 17-27
Lc 18 18-27


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Berthod - dans Histoire des idées
commenter cet article

commentaires

jean-louis 19/09/2017 12:35

Que comprendre ? Touche pas à ma culpabilité, c'est le monopole de ma religion ? Il n'y a que là qu'elle soit bonne.
Le ressort est le même pour les altruistes obligés que nous sommes. L'Autre, l'autre (Dieu, la société, la cause écologique, l'humanité, le type de gars prévu par un système etc) doit être prioritaire et on doit se mettre à son service. Sinon c'est mal. Or l'altruisme, c'est comme le tonneau des Danaïdes. La culpabilité est assurée.

jf 16/12/2010 17:46


nice !!!


gardies mikael 02/11/2010 22:30


je ne sais si l'on doit parler en termes de culpabilité , mais il faut en tout cas que chacun se questionne sur les conséquences de nos modes de vies ,on veut nous faire croire que toutes nos
gesticulations quotidiennes sont anodines et sans conséquences alors qu'elles ont bien souvent un coup écologique, on veut nous faire croire que nous pourront consommer toujours plus, alors que
l'évidence nous dit qu'une croissance infinie , dans un monde fini est tout simplement une abberation,


Stim 29/12/2009 21:05


Personnellement je refuse de culpabiliser d'aimer manger un bon filet de boeuf de temps en temps.L'écologisme a des aspects inquiétants, du moins à mes yeux ;mais ce n'est qu'un jugement de...bon
sens..je ne suis guère savante ni engagée politiquement mais je souffre souvent d'entendre des inepties(?) tellement bien tournées qu' on a envie de les gober pour ne pas être en reste ou faire
tache.


Laurent Berthod 29/12/2009 23:05


Vous n'êtes peut-être ni engagée ni savante, encore que, mais vous êtes pleine de bon sens.

Bien à vous.


Delivré 10/11/2009 04:59


Merci d'avoir attiré mon attention sur votre beau travail


Présentation

  • : Le blog de Laurent Berthod
  • Le blog de Laurent Berthod
  • : Les idées d'un blogueur politiquement incorrect. Comment pourrait-il en être autrement, je suis un vieil humaniste kantien et qui dit kantien, dit con et réac !!! Histoire des idées, épistémologie, progrès technique, agriculture intensive, distinction homme/animal, réchauffement climatique, religion et science, etc. : ce blog n’épargne aucune des bienpensances de notre monde postmoderne idéologiquement formaté par l’émotion médiatique.
  • Contact

Recherche